top of page

Panier garni du 7 mai CANTATE


Accueil :

La grâce et la paix vous sont données de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ notre Seigneur Bienvenue en ce 4ème dimanche après Pâques !

« Cantate » : c’est le nom latin de ce dimanche signifie « chantez ».


Avant d’entendre les grands plus tard dans ce culte, faisons place aux enfants du Club du dimanche : « Si tu as de la joie dans le cœur » : petit réveil vocal et corporel pour tous ! ( chant des enfants)…


Qui de vous se souvient d’un chant de son enfance, appris par sa maman, grand-mère, un chant qu’on aura transmis plus loin, aux générations d’après ?

Le chant est souvenir, le chant est ouverture de l’âme, un bon indicateur que de voir quelqu’un chanter ou siffler dans la rue…

En religion, le chant est vecteur de communion entre les hommes, au-delà des langues et des cultures…Cela est vrai aussi pour nous autres chrétiens, réunis en Eglise le dimanche matin : le chant nous lie, nous relie les uns aux autres.


Le mot d’ordre est tiré du psaume 98 au v.1.

Il chante la louange de Dieu qui est proche de nous : « Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il fait des merveilles »

Mais bon, assez parlé ! Les amis, chantons de tout notre coeur !

CHANT : Nous venons dans ta maison AEC 206, 1 et 3


LOUANGE :

Psaume 98 en alternance :

Pasteur : Chantez en l’honneur du Seigneur un chant nouveau ; gens du monde entier, chantez pour le Seigneur !

Assemblée : Chantez en l’honneur du Seigneur, remerciez-le d’être votre Dieu.

P. : Jour après jour annoncez qu’il est le Sauveur !

Ass. : Parlez de sa gloire à tous les hommes, chez tous les peuples, racontez ses merveilles !


Répons : Je passerai ma vie à dire à tous les hommes AEC 273, 1


Pénitence :

Seigneur, tu nous offres chaque jour ta présence et ta bénédiction mais souvent nous sommes tellement pris par les choses immédiates que nous n’en voyons rien. //

Seigneur, quand le chant se tarit dans notre vie, viens et redis-nous ton amour et ta présence.

Quand notre chant manque d’entrain et de spontanéité redonne-nous ton souffle d’amour et de vie.

Quand notre chant sonne faux ou trébuche sur chaque note de notre vie, ré-accorde-nous au rythme et au son de ta grâce et de ton pardon.

Car notre vie est rythmée par des mélodies joyeuses et quelquefois tristes, nous n’aimons pas souvent changer de disque, et préférons-nous enfermer dans nos refrains habituels, plutôt que d’oser la nouveauté avec toi !

Dans la confortable musique de nos vies, pardonne-nous de ne plus entendre les appels de nos frères en humanité. Pardonne-nous lorsque la joie, ta joie, n’est plus présente dans nos cœurs.


Seigneur, fais-nous la grâce de te rencontrer dans le silence de ce moment de prière.

Silence

Seigneur prend pitié de nous et donne-nous ta paix

Répons : Kumbaya my lord (AEC 609) en langue originale


Annonce du pardon

Le Seigneur entend ceux qui l’appellent : de toutes leurs dissonances, il les délivre.

Merci pour la délivrance que Dieu nous accorde, parce que le chant de son amour pour sa création et pour l’homme sonne juste ; merci parce que la mélodie de son pardon qui nous accompagne sur nos routes humaines et nous apprend à murmurer la mélodie du pardon et de l’amour fraternel.


Répons : Chante alléluia au Seigneur AEC 283 (2x)


Prière : Aujourd’hui, Seigneur, que de la musique et du chant traversent toutes les maisons et tous les cœurs ! … Aujourd’hui, nous avons pris le temps pour te louer et t’adorer, nous qui sommes souvent tellement pressés, nous voulons t’offrir de notre temps pour te louer, pour t’écouter et nous réjouir les uns avec les autres de l’unique appel et de l’unique amour qui nous rassemble en ton nom. A toi seul soit honneur, puissance et gloire.

Amen


Lectures bibliques :

1) Premier livre de Samuel chapitre 16, versets 14-23

16 14 L'Esprit du Seigneur avait quitté Saül, et un esprit mauvais, envoyé par le Seigneur, le tourmentait. 15 Les serviteurs de Saül lui dirent : « Nous savons qu'un esprit mauvais, envoyé par Dieu, te tourmente. 16 Il te suffit de donner un ordre ; nous sommes à ta disposition. Nous te trouverons quelqu'un qui sache jouer de la lyre. Ainsi, lorsque l'esprit mauvais s'abattra sur toi, le musicien jouera et cela te soulagera. » — 17 « D'accord, répondit Saül, cherchez-moi un bon musicien et amenez-le-moi. » 18 Un des serviteurs dit : « Je connais justement quelqu'un, un fils de Jessé, de Bethléem ; c'est un bon musicien, un homme de valeur, et un soldat. Il s'exprime avec intelligence et il a belle apparence. De plus, le Seigneur est avec lui. »


19 Saül envoya des messagers dire à Jessé : « Envoie-moi ton fils David, le gardien de moutons. » 20 Jessé prit un âne, le chargea de pain, d'une outre de vin et d'un chevreau, et il remit le tout à David pour Saül. 21 Dès que David arriva chez Saül, il entra à son service. Saül éprouva une si vive affection pour lui qu'il lui confia le soin de porter ses armes. 22 Puis Saül fit dire à Jessé : « Je désire que David demeure à mon service, car je l'apprécie beaucoup. » 23 Dès lors, quand l'esprit mauvais envoyé par Dieu s'abattait sur Saül, David prenait sa lyre et en jouait. Cela soulageait Saül, il se calmait et l'esprit mauvais le quittait.



2) Evangile de Luc, chapitre 19, versets 37-40 :

19 37 Tandis qu'il approchait de Jérusalem, par le chemin qui descend du mont des Oliviers, toute la foule des disciples, pleine de joie, se mit à louer Dieu d'une voix forte pour tous les miracles qu'ils avaient vus. 38 Ils disaient : « Que Dieu bénisse le roi qui vient au nom du Seigneur ! Paix dans le ciel et gloire à Dieu ! »


39 Quelques Pharisiens, qui se trouvaient dans la foule, dirent à Jésus : « Maître, ordonne à tes disciples de se taire. » 40 Jésus répondit : « Je vous le déclare, s'ils se taisent, les pierres crieront ! »



CHANT : Cherchez d’abord le royaume de Dieu AEC 181, 1 et 2


Prédication –Message

A la veille de l’armistice, nous nous rappellerons ce matin déjà que les victoires se célèbrent par le chant. Après la sonnerie aux morts, c’est la Marseillaise qui retentira partout dans les villes et villages de France.


La musique, les chants, comme signes de victoire.


La musique, les chants comme traces du passé, de son passé. Mon frère, que vous connaissez désormais, est musicothérapeute dans des instituts pour personnes âgées, spécialisées Alzheimer. Retrouver des liens, des connexions avec soi en chantant, fredonnant, écoutant des airs connus… voilà le défi qu’il tente de relever avec les résidents.


A la question, qu’est-ce que vous avez fait aujourd’hui à l’école, il n’est pas rare que notre petit dernier dise : on a chanté avec la maîtresse.


Hier à Westminster, avant de manger la quiche, le peuple anglais a suivi le couronnement du roi Charles III, en musique et en chants. Dans l’abbaye et dans les rues… fête populaire. Sans musique, pas de fête. Sans alcool, la fête est plus folle disait l’autre. Mais sans musique, elle est forcément moins drôle…


Bonne transition que cet intermède royal pour arriver à notre texte de prédication du jour, qui nous emmène à l’époque où le roi d’Israël s’appelait Saül. Et notre bon roi n’était pas vraiment à la fête. Nous l’avons entendu il y a quelques instants.


A la manière du spécialiste des têtes couronnées, alias Stéphane BERN, on pourrait dire : c’est un véritable vent de panique qui soufflait naguère sur le pays. Et il soulève beaucoup de poussière. On ne voit plus clairement le projet de Dieu.

Les rumeurs vont alors bon train et elles s’envolent même aux quatre coins de la terre d’Israël.

« Il paraît que le roi Saül a recommencé à se sentir mal ; … mal dans sa tête, mal sur son trône, mal dans sa peau... Mais nous, on ne veut pas d’un roi malade. Il n’est plus capable de diriger le pays. Si le roi ne change pas, alors il faut changer de roi. »

Cette parole menaçante gronde dans tout le pays. La guerre civile menace... Mais que faire ? Où trouver une solution ? L’espoir finit par renaître le jour où les serviteurs du roi entendent parler d’un certain fils de Jessé, David. Celui-ci leur a été recommandé comme musicien de talent qui soulage les maux…

Il paraît qu’il joue tellement bien de la cithare que sa musique pourrait guérir le roi. En tout cas, eux, les serviteurs, ils espèrent qu’elle l’apaisera…


Le vieillard appelle alors le plus jeune de ses fils, que faire lorsque le roi ordonne et qu’il en va de la sauvegarde de la maison royale :

« David ! dépêche-toi, des gens du roi sont là, tu dois partir avec eux. Prends un âne, du pain, un chevreau et que Dieu soit ton guide, mon fils… ».

L’ordre paternel reste chargé de mystère, mais David obtempère sans rechigner.


Quelques instants plus tard, il se retrouve sur son âne avec sa cithare sous le bras. Et son attention est bien vite captivée par les bruits de Guilgal. Pas Guigal dans le cépage des Côtes du Rhône, mais Guilgal, étymologiquement les « pierres en cercle ». C’est là que jadis Josué dressa douze pierres du Jourdain en entrant pour la première fois en Terre Promise, après avoir erré 40 ans au désert sous la conduite de Moïse.

Guilgal ! ville où Saül rencontra le juge Samuel qui le nomma roi...

Guilgal ! ville dans laquelle le roi malade continue de résider tout en rêvant de conquérir encore un grand territoire occupé notamment par des Philistins...


Guilgal et son palais royal !

« Quelle demeure impressionnante ! » se dit David en entrant chez le roi.


Mais à peine arrivé au palais, David se met à jouer de la cithare en présence de Saül. Et aussitôt le miracle se produit : Saül se calme, il va mieux... Et quand le roi est soulagé, c’est toute la cour qui est soulagée et quand la cour est soulagée, c’est tout le pays qui va mieux...


Depuis quelques semaines maintenant, le malaise et la rumeur ont fait place, dans les rues de la ville, à un pamphlet que beaucoup chantonnent, parfois même accompagnés par quelques musiciens. Écoutez plutôt ces alexandrins

Le roi Saül ¶ est tourmenté ¶ par bien des maux ;

l’esprit mauvais ¶ qu’il a en lui ¶ fait pas d’ cadeau ! (> DO)

Le roi Saül ¶ sait plus maint’nant ¶ où retrouver

un havr’ de paix ¶ pour aller mieux, ¶ s’ régénérer. (> RÉ)

Le roi Saül, ¶ il s’interroge ; ¶ qui a permis

que Dieu ne soit ¶ plus comme avant, ¶ plus son ami ? (> MI)

Les serviteurs ¶ proposent leur aide ¶ au pauvre roi :

“vous resterez ¶ tranquillement ¶ sur votr’ sofa. (> FA)


Un musicien ¶ viendra jouer ¶ dièses et bémols.

Grâce à cela ¶ vous garderez ¶ les pieds sur l’ sol.” (> SOL)

Un serviteur ¶ s’avance et parle : ¶ “Eh bien voilà

j’en connais un, ¶ de Bethléem ¶ ou de par là !” (> LA)



Aussitôt dit, ¶ aussitôt fait ; ¶ il est inscrit,

le p’tit David ¶ musicien d’un... ¶ roi indécis. (> SI)

Le roi Saül ¶ était l’objet ¶ de bien des maux ;

Grâce à David ¶ un peu d’ musique ¶ plus de fardeau !

(> DO)


(> DO-SI-LA-SOL-FA-MI-RÉ-DO) !



CONCLUSION (en mode slam) Grand Corps Malage


Un vent de panique sur Israël soufflait

mais la tempête, pour quelques temps, s’est apaisée.

On ne savait plus sur quel pied danser ;

et voilà qu’un musicien a redonné

le rythme de Dieu à un peuple désemparé...



Que retenir de ce passage du roi Saül et de David le musicien.

La musique apaise, sans doute. Celle du jeune David a apaisé le roi, l’a détendu mais elle ne parvient pas pour autant à changer son cœur.

Preuve en est la triste fin de vie de Saül !


Quant à David, ce qui est à retenir, c’est sans doute non seulement ses compétences d’interprète, de musicien mais aussi son état d’interprète.

Motivé, dévoué, présent parce qu’assisté par Dieu.


Et nous d’ailleurs, quand nous chantons en ce dimanche Cantate, quel est notre état profond ? Sommes-nous pleinement tournés vers Celui à qui nous adressons nos chants ? Qu’il en soit ainsi.


(> DO-SI-LA-SOL-FA-MI-RÉ-DO) !


Amen.


(interlude musical)


CHANT : Que tout mon cœur soit dans mon chant AEC 138, 2 strophes


Prière d’intercession

Seigneur Dieu nous te rendons grâce pour le don de la musique et du chant. Merci pour les compositeurs d’hier et d’aujourd’hui, les instrumentistes, les organistes, chœurs et fanfares d’Eglise qui contribuent à notre joie et apportent un souffle de bonheur dans notre vie. Merci pour la communion des cœurs, des voix, des instruments qu’il permet, au-delà des langues, des cultures, des âges et des frontières.


Aide-nous à mettre tous nos dons au service de ta louange. Que nos voix portent témoignage à ton amour et servent à te louer, t’adorer et te rendre grâce.


Seigneur, tu connais les cœurs et tu sais que pour beaucoup de personnes le chant d’action de grâce, d’adoration et de louange est devenu difficile.

Si chant, il devait y avoir, ce serait plutôt un chant de lamentation et d’amertume qui monterait de leurs lèvres. Les épreuves de la vie ont fait que questions et accusations à ton égard sont plus fortes que la confiance et la reconnaissance.


Seigneur, nous te confions les endeuillés et les malades ; ceux qui sont sans force et sans espérance, ceux qui sont tristes et souffrent de la solitude. Renouvelle leur foi et leur espérance et permets qu’ils puissent un jour à nouveau entonner un chant de louange !

Et toutes nos demandes personnelles, nous voulons les unir en te chantant :

Notre Père chanté AEC 182


CHANT de bénédiction : AEC 882 Que la grâce de Dieu 1x


Bénédiction

64 vues

Comentarios


bottom of page