Panier garni du 26 juin: l'invitation


2ème dimanche du temps de la Trinité : L’invitation

26 juin 2022

Prélude

Accueil : Au nom de Dieu, Père, Fils et saint Esprit, soyez tous les bienvenus à ce culte de ce 2ème dimanche après la Trinité, avec ce thème : l’invitation.

Ce matin, comme tous les dimanches, mais aussi à chaque moment de la vie, Dieu nous invite à une proximité avec lui.

Après le thème de l’écoute la semaine passée, nous voici invités à nous rapprocher encore un peu plus et à faire le pas de la confiance, comme nous y incite le mot d’ordre de ce dimanche et de toute cette nouvelle semaine : « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau et moi, je vous donnerai le repos ». Paroles de Jésus Christ dans Matthieu 11, 28


CHANT ASSEMBLEE : AEC 212, 1-3 Seigneur tu nous appelles


Louange – On appelle le 18 ? (pompiers) Psaume 18 :

P.:Je t’aime, Seigneur, tu es ma force.

Ass.: Le Seigneur est pour moi un roc, un refuge où je suis en sûreté.

P.: Que le Seigneur soit loué !

Ass.: Dès que je l’appelle au secours, je suis délivré de mes ennemis.

P.: Dans la détresse j’ai appelé le Seigneur, j’ai crié au secours vers mon Dieu.

Ass.: Il a entendu ma voix, il a bien voulu écouter mon cri.

Tous: Vive le Seigneur !

Répons Je louerai l’Eternel AEC 151,1+ 4


Pénitence : Seigneur tu nous invites à la fête ; à la fête de la vie ; à la fête de la joie ; à la fête de l’amour.

Tu nous as créés pour le bonheur et tu veux que nous ayons la vie en abondance.

Tu nous as créés les uns pour les autres, comme frères et sœurs appelés à faire éclore la vie et à la protéger.

Tu attends de nous de vivre en ta présence et d’être généreux et fraternels les uns avec les autres.

Depuis notre baptême, tu nous invites à te faire confiance et à te suivre. Mais nous voulons vivre et ce que tu nous proposes ne correspond souvent pas à ce que nous entendons par « vivre ».


Tu nous invites à aimer notre prochain alors que nous avons déjà tellement de peine à nous aimer nous-mêmes.

Tu nous invites à partager, alors que nous avons tellement soif de posséder.

Notre travail, notre argent, nos loisirs, nos soucis, notre famille nous occupent tant qu’il ne nous reste que peu de temps pour construire notre foi et pour vivre de Ta Parole.

Serions-nous entrain de passer à côté de l’essentiel ? Seigneur, je le reconnais ce matin avec un cœur sincère, ni pour toi, ni pour les autres, je ne prends pas assez de temps. Amen.

Temps de silence

Répons : Je n’aurai pas le temps (Mél M. Fugain) orgue

Même en courant plus vite que le vent, plus vite que le temps;

Même en volant je ne prends pas le temps, pas le temps

De te parler, de te faire monter Mon humble prière

Vois ton enfant qui ne prend pas le temps de le faire!


Annonce du pardon

Dans son amour le Seigneur nous redit son invitation :

Aujourd’hui je place devant vous la vie et le bonheur d’une part, la mort et le malheur d’autre part. Choisissez la vie ! (Dt 30, 19)

Il est le chemin, la vérité et la vie ! (Jn 14, 16)

Chantons notre reconnaissance à ce Dieu qui nous invite toujours et encore, Dieu du pardon, et de l’amour inconditionnel :

Répons : A Dieu soit la gloire AEC 277, 1+2


Prière

Tu es vie et lumière Tu es invitation et fête, Merci de nous convier à la fête de la vie Merci de nous éclairer par ta Parole.

Que les mots que nous allons entendre deviennent pour nous maintenant, bonne nouvelle pour notre vie. Nous te le demandons au nom de Jésus Christ notre Sauveur. Amen


LECTURES BIBLIQUES (conseillers presbytéraux)

Le Dieu de la Bible invitait déjà son peuple, au temps des prophètes. Lecture du livre d’Esaïe chapitre 55, les versets 1-5


55 1 Holà, vous tous qui avez soif, voici de l'eau, venez. Même sans argent, venez ; prenez de quoi manger, c'est gratuit ;du vin ou du lait, c'est pour rien.

2 A quoi bon dépenser de l'argent pour un pain qui ne nourrit pas, à quoi bon vous donner du mal pour rester sur votre faim ? Ecoutez-moi bien, et vous aurez à manger quelque chose de bon, vous vous régalerez de ce qu'il y a de meilleur.

3 Accordez-moi votre attention et venez jusqu'à moi. Écoutez-moi, et vous revivrez. « Je m'engage pour toujours, dit le Seigneur,à vous accorder les bienfaits que j'avais assurés à vos pères.


Répons : Alléluia


Evangile de Luc chap 14, versets 16-24

16 Jésus leur raconta cette parabole : « Un homme offrit un grand repas auquel il invita beaucoup de monde. 17 A l'heure du repas, il envoya son serviteur dire aux invités : «Venez, car c'est prêt maintenant.» 18 Mais tous, l'un après l'autre, se mirent à s'excuser. Le premier dit au serviteur : «J'ai acheté un champ et il faut que j'aille le voir ; je te prie de m'excuser.» 19 Un autre lui dit : «J'ai acheté cinq paires de bœufs et je vais les essayer ; je te prie de m'excuser.» 20 Un autre encore dit : «Je viens de me marier et c'est pourquoi je ne peux pas y aller.» 21 Le serviteur retourna auprès de son maître et lui rapporta ces réponses. Le maître de la maison se mit en colère et dit à son serviteur : «Va vite sur les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les infirmes, les aveugles et les boiteux.» 22 Après un moment, le serviteur vint dire : «Maître, tes ordres ont été exécutés, mais il y a encore de la place.» 23 Le maître dit alors à son serviteur : «Va sur les chemins de campagne, le long des haies, et oblige les gens à entrer, afin que ma maison soit remplie. 24 Je vous le dis : aucun de ceux qui avaient été invités ne mangera de mon repas !» »


Répons : Louange à toi ô Christ


Chant : Allez-vous en sur les places AEC 540, 1+2


Message

En ce dimanche de l’invitation, une première invitation à la réflexion en vous proposant de vous remémorer certains héros de votre enfance, certaines figures héroïques qui ont jalonné votre existence d’enfant.

Il y en a certainement beaucoup moins qu’aujourd’hui ! Les spider-bat-iron- MAN, l’univers MARVEL n’existaient pas encore !

Peut-être que les messieurs se rappelleront de Michel Vaillant, de Tintin, de Rintintin, des héros des western, Ben Hur,... Mesdames, peut-être les Martine, les héroïnes de la Bibliothèque Rose, Romy Schneider, Greta Garbo, … Qui d’autre ??

Les plus bibliques d’entre vous évoqueront peut-être Moïse, Joseph, Daniel combattant les lions, le roi David, Marie,…

Toutes ces figures ont construit notre personnalité, mais aussi notre image de Dieu. Tout le monde croit en quelque chose ou en quelqu’un ; celui qui croit en Dieu, au Dieu de la Bible, doit alors aussi pouvoir dire en qui il a mis sa foi.

Certains récits bibliques nous interrogent par rapport à l’image de Dieu qu’ils nous renvoient, je pense notamment à tous ceux qui seront partagés d’ici à la fin de cette période de la Trinité, avec des paraboles dures ou les portes sont fermées, les brebis séparés des moutons,… Déjà dimanche dernier, le riche n’avait que ses yeux pour pleurer alors que le pauvre Lazare passait dans le Royaume. Encore dans l’Evangile de ce matin, les invités au repas n’auront finalement pas leur assiette à la table du roi, dans d’autres versions, ils sont même tout simplement massacrés !

Heureusement qu’il y a alors aussi, pour contre-balancer, pour nuancer un peu les choses, des histoires pittoresques, rassurantes, où le héros est finalement un anti-héros ; je vous emmène ce matin dans le monde merveilleux du livre de Jonas ! Un conte plein d’humour où l’exagération, le comique ne manquent pas ! Entre le livre d’Abdias et de Michée comme vous le savez tous !

Lecture Jonas chapitre 3

Dans notre passage, Jonas devait encore sentir un peu la marée, puisqu’au chapitre précédent, c’est la fameuse histoire du grand poisson qui avale et recrache le prophète au bout de 3 jours. On en a fait un précurseur de Jésus, qui restera 3 jours et 3 nuits au tombeau.

On retrouve d’ailleurs cette symbolique des 3 jours dans notre passage du jour, puisque 3 jours, c’est le temps qu’il faut pour traverser la divinement belle et grande ville de Ninive, dans l’actuel Irak.

C’est donc la 2ème fois que Dieu donne l’ordre à Jonas d’annoncer à la ville et à ses habitants sa future destruction, sauf repentance de leur part. « Lève-toi ! », hop, steh uff : dans ce mots, j’entends presque l’intonation d’un parent excédé demander à sa progéniture de revenir dans le monde des vivants, vers 11h du matin…

Quelques part, et sans le vouloir, c’est le portrait de Gaston Lagaffe qui me vient en tête en lisant cette histoire de Jonas. Un peu flegmatique, bougon, fatigué de naissance…sans grande conviction à la tâche, sauf ce qu’il lui plait de faire. Toute ressemblance avec des personnes connues ne serait que fortuite !!

C’est donc sans grand conviction qu’il finit par s’acquitter de sa tâche en mettant à exécution l’ordre divin. Et voilà quoi ? Surprise ! La vile et ses habitants finissent par écouter le prophète.

Miracle de la persévérance, la pédagogie, on sait tous, que c’est la répétition ! Ubong macht den Meister : c’est la phrase que je lisais en allemand sur mes méthodes d’accordéon Gestern, Morgen, Immer…

Cette séquence où Jonas se fait surprendre par un retour positif nous rappellera aussi toutes les fois où nos efforts de volonté auront été couronnés de succès : la première fois est quelque fois mais rarement la bonne, on le sait aussi, c’est vrai dans le couple, l’éducation, les succès ne se sont pas faits en un jour. Rome non plus, Ninive encore moins !

Ninive, à l’époque de l’épopée biblique, c’était la ville de la perversion, du paganisme, une ville sous le joug des Assyriens, puissance héréditairement ennemie des Hébreux.

Tant mieux s’ils méritent la punition divine ! N’a-t-on jamais dit ou au moins pensé de cette manière lorsqu’un fléau, un mal, une souffrance venaient s’abattre sur l’une ou l’un de ceux que l’on ne porte pas spécialement dans son cœur ?

En tout cas, la conversion se fait, et voilà nos Ninivites repentis. Va et repens-toi, lit-on aussi dans l’Ecriture, attention à l’écriture de « repens-toi », vous connaissez la blague… Simon le Magicien voulait acheter aux apôtres le don de l’Esprit Saint : Pierre et Jean le remettent à sa place. Lisez ou relisez Actes 8…

Mais revenons à nos apprentis repentis. Le signe de la repentance est avant tout visible : publication d’un jeûne et tout le monde, roi compris, enfile la combinaison du pénitent : le sac ! Evidemment pas un Vuitton, un Hermès ou un Gucci…

Voyant cela, conclusion de notre chapitre , Dieu lui-même se repent du mal dont il les avait menacés… Happy End, comme on les trouve malheureusement surtout dans les jolis contes qui finissent bien. Notre prophète tombera d’ailleurs dans la foulée en dépression, colérique et contrarié par ce revirement de la populace et de Dieu. Jonas attendait autre chose de son Dieu, il ne s’attendait pas à cela de lui… et là, encore une fois, nous sommes tous des Jonas.

On rêve d’un idéal de vie, de relation avec les parents, les enfants, les voisins, les amis, les conjoints que nous arrivons rarement à mettre en place. Dieu aussi est souvent mis sur le banc des accusés quand les choses ne prennent pas le cours souhaité, attendu, espéré, surtout si ces demandes ont été mises dans une prière confiante. Que dire en plus lorsque la maladie, la mort, des tragédies, des deuils douloureux s’invitent sur nos chemins ? Colère, contrariété, dépression… nous faisons non pas une jaunisse, mais une « Jonas ».

Dernière chose à retenir de ce texte : l’histoire de Jonas nous évoque aussi l’universalité du Salut de Dieu. Comme les mages l’ont annoncé au moment de se recueillir devant l’enfant Jésus. Tous les habitants de ce monde, les bons comme les moins bons, même les animaux bénéficient de la grâce et de la bonté divines. Si même des bêtes se couvrent d’habits de deuil et de repentance, et des bêtes, on en connait tous, si le « méchant » peut évoluer, si Dieu lui-même a changé de point de vue, à plus forte raison devrions-nous porter un regard nouveau sur l’autre.

Avant de savoir accueillir l’autre, il faut souvent avoir au préalable fait l’expérience d’être soi-même accueilli, ou tout du moins d’avoir désiré un accueil de la sorte.

Le mot d’ordre de ce dimanche en est une parfaite image : « venez à moi, vous tous qui peinez, car moi, je vous donnerai le repos ».

AMEN



Chant d’assemblée : Tu es là au cœur de nos vies AEC 614, 1-3


Annonces (interlude musical à l’orgue)


Je vous invite à la prière : Seigneur Dieu, nous te rendons grâce pour ton amour qui nous invite inlassablement à venir vers toi. Merci parce que tu nous invites à un nouveau départ et nous combles de ta grâce.


Nous t'en prions, donne-nous la force de vivre avec autrui la foi, l'espérance et l'amour. Avec nos familles, avec nos enfants, avec ceux qui nous sont proches et ceux avec lesquels nous n’avons pas grand’chose en commun.

Donne-nous l'amour nécessaire pour porter et supporter notre prochain aussi et surtout celui qui nous a humiliés et blessés.


Seigneur, nous pensons ce matin à tous ceux qui n’ont pas répondu à ton invitation. Parce qu’ils n’entendent pas ta voix au milieu du bruit de ce monde, parce que leurs soucis, leur doute les empêchent d’oser venir à ta fête.

Bénis-les tous, afin que leur journée soit belle,

Nous te prions pour chacun de nous ; pour ce temps d’été qui s’ouvre doucement devant nous.


Reçois nos demandes personnelles…

Et exauce-nous lorsqu’ensemble tous tes enfants nous nous adressons à toi en te disant : Notre Père…


Chant final : Toi, lève-toi AEC 545, 1 strophe


Bénédiction à partager à son voisin

Que le Seigneur te bénisse et te garde !

Que le Seigneur tourne son visage vers toi et qu’il t’accorde sa Grâce

Que le Seigneur te donne sa paix !



Postlude

0 commentaire