top of page

Panier garni du 25 juin


3ème dimanche de la Trinité - 25 juin 2023

Culte festif pour la fête d’été 2023


Prélude

Accueil :

Grâce et paix vous sont données de la part de notre Seigneur.

Bienvenue à ce culte du 3ème dimanche du temps de la Trinité. La nuit a été courte, c’était la fête déjà hier soir au foyer ; ça continuera à midi pour le repas, mais la fête, c’est aussi maintenant, ici, pour le culte !

Après le thème de l’invitation dimanche dernier, ce matin, celui de la réconciliation : celle que nous avons parfois bien du mal à opérer avec les autres, celle que Dieu nous propose pourtant en Christ à chaque instant. C’est ce que nous rappelle le mot d'ordre pour ce 3ème dimanche après la Trinité :

Jésus dit "Le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. » Luc 19, 10


Fête aussi parce que nous sommes nombreux pour vivre et assister au baptême de mes 2 nouvelles petites sœurs en Jésus-Christ : Eléonore et Elina FIX. Filles de Sophie et de Sébastien, qui s’étaient mariés ici le 26 août 2017.


Que la joie de Dieu soit donc avec nous pour vivre, célébrer, chanter ensemble.


CHANT : Nos cœurs te chantent AEC 255, 1+2


Louange (en alternance) :

P : Il n’y a pas, ici, d’Opéra, de Zénith où nous puissions aller mais je ne m’en plains pas.

A : Car je te remercie, Seigneur, pour la musique de la vie.


P : Je n’habite pas dans un château et je ne m’en plains pas.

A : Mais je te remercie, Seigneur, pour le travail qui me permet de construire ma maison.


P : Il n’y a pas, ici, de restaurant étoilé et je ne m’en plains pas.

A : Mais je te remercie, Seigneur, pour l’hospitalité que me donne ceux qui m’aiment.


P : Aucun grand philosophe n’habite notre village et je ne m’en plains pas.

A : Mais je te remercie d’avoir ma réflexion sur ta Parole de vie.


P : Nous sommes ici, pas plus intelligents et riches qu’ailleurs et je ne m’en plains pas.

Tous : Mais je te remercie, Seigneur, de ce que tu nous as donné cette vie pour nous découvrir nous-mêmes et les autres.


Répons : Louange et gloire à ton nom AEC 271, 1



Déposons notre vie devant Dieu


Seigneur, notre Dieu, c’est toi qui diriges notre vie

C’est toi, qui lui donnes le rythme

Tout l’univers fredonne ta mélodie

Mais souvent c’est silencieux autour de nous,

Nous n’entendons plus ta musique

Le stress, nos grands ou petits bobos,

nos obligations sont souvent plus forts

Notre vie quotidienne est trop bruyante

Aide-nous pour que nous entendions de nouveau ton rythme, le tempo de la joie, de la confiance, de la sérénité.

Maintenant, aujourd’hui, mais également dans notre vie quotidienne

Pour que nous puissions vivre notre vie heureux,

en chantant, en sifflant, même en dansant !

Pour toutes les fois où nous n’avons entendu que du bruit, ou que du silence,

Pardonne-nous et reçois-nous avec ton pardon !


Dans le silence, je dépose ce qui me cause souci, ce qui m’empêche d’être pleinement serein et heureux !

Silence


Seigneur, libère-nous et redonne-nous la joie qui vient de toi !


Répons : Te ressembler Jésus Rec Alléluia 44-12, 2+3


Parole de relèvement :

Ainsi parle le Seigneur qui prend soin de nous parce qu’il nous aime : Ne crains point, car je t’ai racheté, je t’ai appelé par ton nom, tu es à moi. Je suis ton Dieu, ton Sauveur. Ne crains point, car je suis avec toi !

(Esaïe 43)

En Jésus-Christ ;Dieu nous ouvre la voie du Salut. Le chemin de la réconciliation entre Dieu et son peuple a été tracé, en Jésus, par Jésus. Nous voici délivrés de toutes nos fausses notes, de nos craintes, de toutes nos obscurités.

Chantons notre reconnaissance à Celui qui est venu dans notre monde chercher et sauver ce qui était perdu !


Répons : Mon ancre et ma voile JEM 792


Liturgie de baptême Eléonore et Elina FIX

Papa Sébastien, maman Sophie, parrain Antoine et Marraine Cindy


Parole de la belle maman : Edith ?


CHANT de baptême : C’est lui qui tient la terre AEC 723 ( version swing)


Lecture biblique :


Evangile de Luc 15, 1-7

1 Les collecteurs d'impôts et autres gens de mauvaise réputation s'approchaient tous de Jésus pour l'écouter. 2 Les Pharisiens et les maîtres de la loi critiquaient Jésus ; ils disaient : « Cet homme fait bon accueil aux gens de mauvaise réputation et mange avec eux ! » 3 Jésus leur dit alors cette parabole : 4 « Si quelqu'un parmi vous possède cent moutons et qu'il perde l'un d'entre eux, ne va-t-il pas laisser les quatre-vingt-dix-neuf autres dans leur pâturage pour partir à la recherche de celui qui est perdu jusqu'à ce qu'il le retrouve ? 5 Et quand il l'a retrouvé, il est tout joyeux : il met le mouton sur ses épaules, 6 il rentre chez lui, puis appelle ses amis et ses voisins et leur dit : «Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé mon mouton, celui qui était perdu !» 7 De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui commence une vie nouvelle que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'en ont pas besoin. »

CHANT : Notre Père qui es aux cieux AEC 736, 1+2+4



Message

Je vais commencer par enfoncer une porte ouverte. Thème du jour : la réconciliation, vous vous rappelez !? Avant de pouvoir se réconcilier avec quelqu'un, et bien, il faut d'abord s'être fâché avec lui! Votre frère vous a fait un sale coup, votre collègue vous a foutu dedans devant votre patron, votre conjoint vous a pris la tête pour une broutille… : vous êtes fâchés ! Super, alors peut-être que vous allez pouvoir vous réconcilier. Il est difficile de se réconcilier avec une personne si on n’est pas fâché avec elle. Voilà : la porte ouverte est enfoncée, poursuivons !

La dispute, le malentendu, le désaccord, c'est comme le nez au milieu de la figure: c'est présent, c’est là, en tout cas potentiellement. Lorsqu'il y a 2 personnes, et donc 2 points de vue possibles, il y aura souvent et forcément désaccord. Une paire, un couple, une équipe, ça connaît le conflit. Les conseillers conjugaux estiment que la première dispute éclatera au bout de 6 mois de relation, après la période idyllique de l’état amoureux, sorte de lune de miel relationnelle : pendant 6 mois, les chaussettes oubliées, le lavabo pas rincé, la lunette des toilettes relevée, les soirées foot avec potes et bière à volonté ne poseront pas de problème… c’est après que ces « détails » seront vus, relevés et pointés du doigt. Aïe, elle est fâchée, même plus que ça, elle est en colère.

Cette psychologie de bas étage trouve aussi son pendant dans la Parole de Dieu: en tout cas, dans la Bible, on trouve des histoires qui nous présentent Dieu comme étant en désaccord avec ses créatures, quelque fois même en colère. Et il leur fera bien ressentir, comme dans un couple!

Le plus connu d'entre tous les récits où Dieu semble s'acharner sur quelqu'un qui lui a désobéi est bien sûr l'histoire de Jonas. Jonas, ce fameux homme dont le prénom commence avec un « Yud » comme disait mon ancienne voisine, Huguette Dreikhaus : un yud, cette même lettre qui commence les mots Yaveh, yerusalem, yesus…lettre qui représente la présence divine, mais aussi la possibilité que nous avons de communiquer avec Dieu… Communiquer en utilisant tous ces mots qui commencent par cette lettre yud et qui expriment tous les : jammere,, yoye, yerum,yesus gott im himmel!!! Dieu est fâché.

Mais Jonas a aussi de quoi être fâché contre son Dieu, car il joue vraiment avec lui : il lui monte un scénario des plus modernes, puisque les effets spéciaux ne manquent pas. L’humour est présent, et en ce jour de fête d’été, il est bon de le rappeler. Dieu rit quelque fois de ses créatures.

Dieu s’adresse à Jonas en direct, sans filte et à l’impératif : « debout, Jonas, va à Ninive ». Jonas fait partie de ces élus qui ont entendu un jour l’appel de Dieu ; Comme Moïse « Moïse, Moïse ! Seigneur, je suis là » Comme Elie, comme Jérémie. Chacun a été nommé par son prénom, comme Elélonore et Elina l’ont été il y a quelques minutes. Appelés par Dieu à la vie, appelés à servir, appelés à la responsabilité : c’est ce pour quoi chacune et chacun de nous est présent sur cette terre. On lit cette vérité dans le livre de Jérémie : « avant de te former dans le ventre de ta mère, je te connaissais. .. avant ta naissance je t’ai choisi pour me servir».

Mais, malgré l’appel, chacun de ceux qui devaient travailler pour Dieu ont eu un moment de réticence. Moïse a dit « Je ne suis pas doué pour la parole, je bégaye » Jérémie a dit « Je suis trop jeune »… Abraham a dit « Je suis trop vieux ». Mais tous ont suivi le chemin qui leur était tracé. Tous sauf Jonas. Dieu l’envoie à Ninive, il va à Tarse. Il fait un pied de nez à Dieu « ex…ex ! usgelacht !».

Dieu lui a dit: Jonas! Tu vas aller là, tu as un message à faire passer à la ville de Ninive; ils font n'importe quoi et se détournent de moi! Réponse de Jonas: F…! Moi je vais me barrer de l'autre côté. Dieu le rattrape dans sa fuite, tempête en mer et chute par-dessus bord, le poisson le gobe, le recrache 3 jours plus tard. Finalement, il y va à Ninive mais il chope une insolation, la plante qui lui faisait de l’ombre a été bouffée par les vers… CCL: il a envie de mourir. Dieu lui fait la morale, Jonas réfléchit et c'est la réconciliation. Belle histoire!

Tout comme celle de la parabole du Fils prodigue, qui suit notre Evangile de la brebis perdue. C’est ce fils cadet qui demande sa part de l'héritage, qui dilapide l'argent en mangeant au resto et en faisant la fête avec des escorts-girls. Du coup, il crève la dalle, garde des cochons et décide de rentre chez son darron. Je vais m'en prendre une belle, se dit-il.

Le père l'attend, ouvre le bras pour … le serrer contre lui. On va faire une fête, car mon fils est revenu à la raison, à la vie. Il était cuit, mal tourné, mort et il est revenu à la vie.

Point commun entre Jonas et le Fils? Tous deux étaient en rébellion avec l'autorité, avec Dieu, avec le Père, mais tous les deux à un moment ont réfléchi à leur situation. Et ils se sont convertis. Dans le sens de retourner leur point de vue et leur jugement: ils ont fait leur révolution à l'intérieur de leur tête. C’est aussi à cette conversion, à cette révolution de pensé à laquelle nous arrivons quelquefois lorsque l’autre, le frère, la bien-aimée arrivent à nous faire réfléchir, évoluer au lieu de rester camper sur une position, un point de vue, un état d’esprit. La réconciliation sera d’autant plus belle et agréable. Heureux ceux qui ne sont pas comme les bonbons têtes brûlées et qui préfèrent rester sur leur position, parce qu’ils pensent qu’ils ont plus à perdre d’avouer leur erreur que de reconnaître qu'ils se sont trompés.

Le Fils prodigue, la brebis perdue, Jonas : ce ne sont pas des histoires de morale comme les Fables de Jean de la Fontaine: ce sont là des textes bibliques, et en cela, ils nous dévoilent quelque chose du visage du Dieu de Jésus-Christ.

Bien sûr que nous savons tous que notre Dieu, c'est un Dieu qui pardonne, nous n'en doutions pas, puisque dimanche après dimanche, nous prenons le temps de dire ensemble nos fautes, manquements, éloignements par rapport à Dieu et par rapport à ceux qui sont à nos côtés. C’est le temps de la pénitence, après la louange et avant l’annonce de la Grâce, le pardon divin que Dieu offre à ceux qui reconnaissant leurs torts.

Chez Jonas et Luc, c’est Dieu qui est à l'origine de la conversion, du changement qui va s'opérer pour le prophète qui sentait la marée et le Fils prodigue qui avait tout claqué.

Encore un enseignement : Dieu est à l’origine, toujours, mais à la fin, c'est toujours aux humains de réfléchir, de se positionner et de décider. Je le disais ici-même la semaine dernière: Dieu ne pourra jamais que se proposer, il ne s'imposera jamais dans notre vie. C'est cela la liberté première du Chrétien: Martin Luther en a écrit tout un livre!

Dieu qui pardonne, Dieu qui est à l'origine et qui reprend le contact…

Dieu qui veut nous faire avancer dans nos vies, nous faire réviser nos jugements, reconnaître nos petites et grandes erreurs. Un vrai compagnon de vie, un vrai ami qui nous veut du bien.

Un Dieu qui sait aimer dans le sens noble du terme, un vrai manager qui veut nous faire grandir, une montagne de patience là où nous, nous serons plutôt dans la volonté d’un changement rapide et immédiat.

Voilà la Parole que Dieu nous a donnée, à nous ce matin. C’est qui nous ? Des jeunes, des moins jeunes, des plutôt patients et des plutôt impatients, des croyants réguliers et d’autres qui ne viennent que rarement dans une église. Des riches, des pauvres, des malades, des en pleine forme, des tatoués, des vierges de peau, des prévoyants et des insouciants, des cigales et des fourmis.

Y aurait-il un comportement qui serait + digne de l’écoute de la Parole ? Un comportement modèle ? Que nous enseignent les histoires de Jonas et du Fils prodigue ? Que le modèle de l’enfant sage, de l’adulte obéissant ne sont pas forcément ceux qui plaisent à Dieu ! Et ça, vous savez quoi, ça me rassure ! Je me sens entièrement à ma place dans la famille de Dieu, avec mes dons, mes limites, mes heures de bonté et mes moments d’égarement.

L’Évangile le redit « le fils de l’homme est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus» (ce et ceux).

Jonas, le Fils prodigue, moi, vous :

Acceptés

Reconnus

Aimés

Capables de faire ou de refaire des projets.

Bonne fête d'été, bonne fête à tous les baptisés, bonne fête à tous les enfants, fils et filles de Dieu.


AMEN


(interlude à l’orgue)


CHANT : Seigneur, tu cherches tes enfants AEC 536, 1-3


Annonces ( ACAT panneaux) et offrande ( dans les bancs, interlude musical)



PRIERE D’INTERCESSION :


Nous t'adressons nos intercessions pour ton Eglise et pour le monde.


« L’amour est le rythme »


Dieu d’amour, tu nous as donné le rythme pour notre vie

Laisse-nous danser d’après ta mélodie d’amour

Pour que nous puissions donner cet amour aux autres

Aider ceux qui ont besoin de notre aide

Les victimes de la guerre, de la faim, de l’injustice, du mépris des droits de l’Homme,

Accompagner ceux qui ne peuvent plus marcher seuls

Soutenir ceux qui sont dans les difficultés

Consoler ceux qui sont dans la tristesse

Aimer avec ton amour

Dieu d’amour, donne-nous ton rythme d’amour,

Pour que nous soyons « la musique »

Seigneur, nous avons tellement reçu de toi…

Mais malgré ces dons

Nous restons souvent à côté de la piste de danse

Nous ne bougeons pas

Nous ne participons pas à ta danse d’amour

Laisse-nous sentir ton amour dans notre vie

Laisse-nous suivre ton rythme

Pour que notre vie soit guidée par ton rythme

Pour que notre Foi soit forte,

Pour que notre musique fasse vivre.

Et tous ensemble, nous te disons Notre Père...


Bénédiction finale

CHANT D’ASSEMBLEE : Quand Dieu est là ( bande son MP3 )

Quand Dieu est là !

Je n’ai pas peur, il me tient dans ses bras,

Quand tout est noir, il reste près de moi,

Je n’ai pas peur, quand Dieu est là ! (2x)


(Je n’ai pas peur parce qu’il est…)

En haut ! En bas ! A gauche ! A droite (2x) Postlude

91 vues
bottom of page