top of page

Panier garni autour de la joie: 14 janvier 2024

Deuxième dimanche après l’Epiphanie

« Le Christ, Prince de la joie »

 

Accueil Au nom de Dieu, Père, Fils et Saint Esprit, soyez tous les bienvenus à ce culte du 2ème dimanche après l’Epiphanie.

Dimanche dernier, c’était la fête de l’Epiphanie, on a mangé la galette. L’Epiphanie, c’est la fête qui veut dire que le Salut de Dieu est proposé à tous les peuples, c’est l’universalité du Salut en Christ incarné dans ces mages venus de loin, d’Orient selon la Bible.

 

Le thème de ce dimanche « Le Christ, le Prince de la joie  nous invite ce matin à la fête de la vie, à la fête de la joie. Pour nous souvenir encore en ce 2ème dimanche de l’Epiphanie du message de Noël, "Dieu est avec nous, Il est parmi nous !"

Aujourd'hui, en relisant le récit des noces de Cana, nous comprendrons que Dieu veut être avec nous comme un invité dans notre vie, comme un convive à notre table. Nous sommes appelés aussi à ne pas seulement nous remémorer de ce Jésus enfant, nouveau-né, mais de saisir que ce Jésus est aussi celui qui a réalisé des signes miraculeux, dont le 1er était lorsqu’il était l’invité d’une noce à Cana.

 

D’un cœur joyeux, chantons donc le premier chant, qui fait de nous, à la suite des bergers de la crèche et des mages de l’Epiphanie, des serviteurs joyeux !

 

CHANT : Comme les mages 54-03 strophes 1+4

 

Psaume 105, 1-8 :

Louez le Seigneur, dites bien haut qui est Dieu, annoncez aux autres peuples ses exploits.

Chantez pour lui, célébrez-le par vos chants, parlez de toutes ses merveilles.

Soyez fiers de lui, l'unique vrai Dieu, ayez le cœur en joie, fidèles du Seigneur.

Tournez-vous vers le Seigneur tout-puissant, cherchez continuellement sa présence.

Vous qui descendez d'Abraham, son serviteur, vous les fils de Jacob qu'il a choisis, rappelez-vous les merveilles qu'il a faites, rappelez-vous ses prodiges, les décisions qu'il a prononcées.  

Notre Dieu, c'est lui, le Seigneur ; ses décisions concernent la terre entière.

Il se souvient qu'il s'est engagé pour toujours, qu'il a donné sa parole pour mille générations.

 

Répons : Je louerai l’Eternel AEC 151, 1

 

 

Pénitence : Nous venons à toi, Dieu notre Père, pour te confier tout ce qui nous pèse et rend notre vie triste et pénible :

Nous te confions notre faiblesse, nos manquements, nos détresses et notre péché.

Et nous t’en prions :

Change en bénédiction ce qui nous accable et nous fait peur

Là où nous errons dans les ténèbres, éclaire notre chemin par ta Parole.

Là où nous nous enfermons dans l’indifférence ou la colère, redis-nous ton amour.

Là où nous sommes tristes, comble-nous de ta joie.

Là où notre vie est menacée par la mort, laisse-nous percevoir ta présence vivifiante.

Seigneur, laisse-nous vivre de ta Parole, de ton amour et de ta joie. Seigneur, aie pitié de nous

 

Répons : Jésus, le Christ, lumière intérieure (répons de Taizé)

 Rec Alléluia 61-18

 

Grâce : Jésus dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, vous pleurerez et vous vous lamenterez, et le monde se réjouira: vous serez dans la tristesse, mais votre tristesse se changera en joie.  (Jean 16, 20)

C'est maintenant un temps de grâce, de pardon et d'espérance !

Le Seigneur lui-même nous a appelés, Il nous aime et veut nous faire vivre vraiment.

Il a tissé par Jésus un lien éternel entre lui et les vivants.

Nous pouvons compter sur Lui, sur sa présence dans nos vies !

 

Répons : Seigneur tu es notre joie AEC 592, 1

 

Prière : Nous avons besoin, Seigneur, de signes quotidiens qui relèvent notre tête vers la lumière.

Comment pourrions-nous avancer dans la vie sans personne qui nous encourage à progresser ?

Comment pourrions-nous aimer, sans recevoir au milieu de nos jours, des gestes de tendresse et d’offrande ?

Comment pourrions-nous croire, Seigneur sans rencontrer au long du chemin une communauté qui révèle ta présence ?

Comment pourrions-nous espérer sans la passion de ceux qui, malgré les échecs et les doutes, réveillent en nous l’enthousiasme des rêves à réaliser ?

Seigneur, fais-nous prendre conscience des signes disposés dans notre vie et qui nous appellent à mener notre existence humaine à la clarté de l’Evangile de Jésus de Nazareth, signe de Dieu venu parmi les hommes. Amen

 

 

 

 

 

Lecture : Evangile de Jean 2, 1-11

 

1 Deux jours après, il y eut un mariage à Cana, en Galilée. La mère de Jésus était là, 2 et on avait aussi invité Jésus et ses disciples à ce mariage. 3 A un moment donné, il ne resta plus de vin. La mère de Jésus lui dit alors : « Ils n'ont plus de vin. » 4 Mais Jésus lui répondit : « Mère, est-ce à toi de me dire ce que j'ai à faire ? Mon heure n'est pas encore venue. » 5 La mère de Jésus dit alors aux serviteurs : « Faites tout ce qu'il vous dira. » 6 Il y avait là six récipients de pierre que les Juifs utilisaient pour leurs rites de purification. Chacun d'eux pouvait contenir une centaine de litres. 7 Jésus dit aux serviteurs : « Remplissez d'eau ces récipients. » Ils les remplirent jusqu'au bord. 8 Alors Jésus leur dit : « Puisez maintenant un peu de cette eau et portez-en au maître de la fête. » C'est ce qu'ils firent. 9 Le maître de la fête goûta l'eau changée en vin. Il ne savait pas d'où venait ce vin, mais les serviteurs qui avaient puisé l'eau le savaient. Il appela donc le marié 10 et lui dit : « Tout le monde commence par offrir le meilleur vin, puis, quand les invités ont beaucoup bu, on sert le moins bon. Mais toi, tu as gardé le meilleur vin jusqu'à maintenant ! »

11 Voilà comment Jésus fit le premier de ses signes miraculeux, à Cana en Galilée ; il manifesta ainsi sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

 

CHANT : Qu’aujourd’hui toute la terre AEC 228, 1-3

 

Message

Hébreux 12.extraits

 

 

Chers amis, il parait que l’on a tout le mois de janvier pour se souhaiter les vœux. Ca tombe bien, puisque le texte de prédication pour ce dimanche nous fera partager quelques vœux et résolutions, par l’entremise de l’auteur de l’épître aux Hébreux.

D’abord les vœux :

 

12 Que vos mains fatiguées se redressent, que vos genoux chancelants se fortifient !

On se croirait à la salle de sport, j’ai d’ailleurs repris un abonnement, résolution 2024 !

Bonne transition pour les résolutions et autres injonctions de notre texte du jour. Attention, ça arrive maintenant.

 

 13Engagez vos pas sur des sentiers bien droits

14Efforcez-vous d'être en paix avec tout le monde et de vivre pour Dieu (…)

15 Prenez garde que personne ne se prive de la grâce de Dieu.

 

Puis une belle  exhortation pour conclure, qui va nous faire prendre de la hauteur, au sens proche comme au sens figuré :

 

22Mais vous, vous vous êtes approchés de la montagne de Sion et de la cité du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, avec ses milliers d'anges. 23Vous vous êtes approchés d'une assemblée en fête, celle des fils premiers-nés de Dieu, dont les noms sont écrits dans les cieux. Vous vous êtes approchés de Dieu, 24Vous vous êtes approchés de Jésus, l'intermédiaire de l'alliance nouvelle.

 

A n'en pas douter, ce texte est une bonne continuation des résolutions que nous nous sommes fixées pour cette nouvelle année. Rester dans le vrai, dans le droit, s'efforcer d'être en paix avec les autres; ça rejoint sans doute aussi des choses que nous nous sommes promis de faire en ce nouveau démarrage. Drôle de mots d'ailleurs que "résolutions": il vient du verbe résoudre, la résolution ou même mieux encore la "re-solution". Autrement dit nous avions déjà cette solution en nous mais sans doute qu'elle a été oubliée en cours de route.

A propos d’oubli, une étude qui va nous intéresser et qui révèle que c'est autour du 12 janvier que les résolutions sont déjà pour la plupart mises aux oubliettes: finis le sport, la lecture quotidienne, les bons légumes vapeur le soir, le "dry january"…

 

 

 

 

Les résolutions sont finalement devenues tellement banales, tellement habituelles qu’on n’y prête guère plus attention. Qui écoute vraiment et jusqu’au bout,  les vœux qui sont formulés à notre encontre, qu’ils soient présidentiels, prononcés par le maire de notre ville, notre conjoint, notre voisin… « Bonne année, bonne santé ».  Ca ressemble vraiment à une formule rituelle. Comme l’écrivait mon collègue et ami François Wernert ancien curé de Haguenau, dans le journal catholique L’Ami Hebdo,  nos vœux échangés portent pourtant en eux une réelle attente, une vraie espérance. Pour le dire autrement, s’échanger des vœux c’est croire que l’avenir est ouvert. Chacun peut d’ailleurs personnaliser ses vœux, les adapter aux personnes, aux circonstances.

 

Vendredi dernier, avant de retrouver les aînés du groupe de l’Age d’Or, j’étais aux soins palliatifs de l’hôpital de Haguenau ; une famille m’avait contacté pour donner une bénédiction, partager une prière au chevet d’un malade, qui va sans doute être délivré de ses souffrances très prochainement. A lui aussi, à son épouse, à sa sœur qui étaient présentes, ont été adressés des souhaits, des vœux. Il y a eu des pleurs, mais aussi des rires. Des mots de la Bible aussi, évidemment, à la vie, à la mort. Nous étions tous les 4 proches de Dieu, dans nos attitudes, dans nos paroles, dans nos silences,… Dans le questionnement sur les questions autour de la fin de vie, et surtout dans l’espérance.

C’est un chemin de vie qui se termine, ici-bas. En partant, j’ai tout simplement dit : « Jeannot, on se reverra, ici ou ailleurs. Au revoir, et bon voyage ».

 

Un voyage, c’est comme cela aussi que j’appréhende ces versets de l’épître aux Hébreux : une sorte de carte pour notre chemin de foi. Une carte de route avec des conseils et des encouragements, des avertissements et des promesses.

 

Le sage dira que le chemin le plus court entre deux points, entre le départ et l’arrivée, est le chemin que nous avons choisi. Pas forcément le plus court en distance, mais celui qui nous demande de contourner les obstacles, celui qui nous demande le temps de la marche arrière lorsque nous sommes dans une impasse, les chemins inexplorés remplis d’enseignement qui nous ont fait grandir.

Ces routes humaines, ces rencontres qui nous ont offert de nous élever…

 

Le point culminant, dans le passage d'Hébreux, c’est la montagne de Sion, la nouvelle alliance en Jésus-Christ. Ce n’est pas le mont Sinaï, le mont « légaliste » qui était le lieu de la colère, de l’enfermement, de la peur devant Dieu.

 

 

 

 

La montagne de Sion est un lieu de grâce et de bienvenue. C'est un lieu où nous pouvons nous approcher de Dieu sans peur, avec confiance et amour.

 

 

 

Sur le sommet de la montagne, le voyageur dans l’existence peut prendre le temps d'écouter. Il entendra sans doute la brise, le chant des oiseaux, le murmure de l'eau dans la vallée. Mais il entendra aussi quelque chose de plus profond, une voix douce et tranquille qui lui parle au cœur.

 

Cette voix, c'est la voix de Dieu.

 

Derrière moi, depuis le début du culte, vous avez pu observer cette belle carte que vous aurez sous les yeux, vous et tous ceux qui mettront les pieds dans cette église au cours de cette nouvelle année.

 

Un joli crocus rempli de lumière, ouvert au vent, au soleil, mais aussi fragile face aux vents et aux intempéries. Une belle image que ce crocus qui pourrait nous représenter, chacune, chacun.

 

Et puis ce mot d’ordre pour l’année, comme une boussole :

« Que tout ce que vous faites soit fait avec amour ».

 

C’était aussi mon leitmotiv lorsque je suis entré au service de soins palliatifs, en plus de mes fonctions pastorales : essayer d’agir, essayer de parler, avec amour, et par amour. De l’autre, et du Dieu de Jésus-Christ.

 

Que sa lumière et son amour nous accompagnent sur nos chemins.

 

 

Amen

 

(bref interlude)

 

CHANT : Toi qui disposes version « O When the Saints’ AEC 631, 1-3

Annonces

 

LITURGIE DE SAINTE CENE ; répons Saint saint saint et Christ est venu

 

Prière d’intercession :

Dieu notre Père nous te rendons grâce pour ton amour révélé en Jésus-Christ notre Seigneur.

Merci parce que ton amour nous invite à nous lever de nos ténèbres et à avancer vers ta lumière.

Merci parce que chaque instant de notre vie est entre tes mains et la rend donc si précieuse.

Apprend-nous à vivre notre vie pleinement, à goûter chaque minute et chaque heure que tu nous donnes comme un cadeau précieux à partager avec les autres.

 
En ce jour où tu nous invites à la fête de la joie, nous voulons te prier pour ceux qui n’arrivent pas ou plus à se réjouir :

-         pour ceux qui sont malades, pour ceux qui souffrent et que rien ne peut soulager, ni guérir.

-         pour ceux qui sont victimes de la violence et de la guerre

-         pour ceux qui n’ont ni emploi, ni logement, ni perspectives d’avenir.

-         Pour ceux qui sont dans le deuil et sont brisés par la tristesse.

-         Pour ceux dont la vie n’est qu’une fuite en avant et qui ne savent pas goûter l’instant présent

-         Pour ceux qui sont enfermés dans un système de penser qui les empêche d’envisager que les choses puissent être autrement.

-         Pour ceux qui sont habités par un mal de vivre qu’ils n’osent s’avouer et qui les rend pourtant insatisfait et malheureux

 

Seigneur, tu es l’ami des affligés, tu as partagé la souffrance des malades du corps et de l’âme et la tristesse des endeuillés, tu as affronté et traversé la mort pour nous donner une espérance que rien ne peut anéantir. C’est pourquoi nous te confions tous ceux qui se sentent mal dans leur vie, pour ceux qui douent du sens de leur vie, pour ceux qui n’ont plus goût à la vie.

Donne leur la joie de découvrir ta présence dans leur vie ; donne-nous d’être les uns pour les autres, signe de ton amour libérateur et de ta tendresse, de ta compassion et de ton pardon.

Notre Père

 

Cercle de communion autour de l’autel

 

CHANT : ô Jésus ta présence AEC 626/3

 

 

Paroles d’envoi :C’est avec ta Parole, en comptant sur elle, Seigneur,

que nous voulons retourner dans nos maisons, vers nos écoles, vers nos travaux.

Donne-nous la confiance de la foi pour risquer l’impensable.

Donne-nous la joie, celle qui nous fait voir la beauté.

 

Bénédiction : Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, afin que vous débordiez d’espérance, par la puissance de l’Esprit.

87 vues
bottom of page