top of page

Culte de l'Epiphanie 8 janvier 2023


Prélude – Accueil :

Vœux de bonne année. Bienvenue pour ce culte de l’Epiphanie, 1er culte que nous célébrons dans l’année nouvelle 2023.


Le mot d’ordre de 2022 nous disait :

« Celui qui vient à moi, je ne le rejetterai pas ». Jean 6, 37b (passage de Jésus, le pain de vie). Retour aux sources, livre de la Genèse pour 2023 : « Tu es Dieu qui me voit » Genèse 16, 13.


Aujourd’hui dans les Eglises Chrétiennes, on fête aussi l’Epiphanie et on se rappelle de la visite des mages, venus de loin, d’Orient, de Perse ?


En célébrant l'Epiphanie, nous annonçons que Dieu se propose pour le salut de tous, que toute femme ou tout homme en est digne et que l'espérance de ce salut permet de traverser toutes les nuits, comme une étoile dans le ciel guidant le voyageur.


Ce 1er culte de l’année nouvelle veut nous renouveler et nous encourager dans ce sens.

Chantons donc la louange de celui qui porte en son nom le Salut du monde : CHANT: Jésus ton nom est le plus beau AEC 257, 1-3


L'Epiphanie, c'est l'autre versant de Noël. C’était d’ailleurs la fête qui était fêtée à la place de Noël jusqu’au milieu du 4ème siècle. Autant Noël est la fête de la venue de Dieu dans la fragilité, presque la clandestinité autant la fête de l'Epiphanie est la fête de la Révélation : Dieu se montre à tous sans distinction de races, de culture, de religions...

Cette révélation est incarnée dans les mages, qui selon l’Evangile, ont rendu visite à l’enfant Jésus. Nous relirons cela dans Matthieu au chap 2.


Mais déjà je vous propose d’anticiper la visite des mages avec la louange du Psaume 72 :

P : Gens du monde entier, faites une ovation au Seigneur.

Ass :Offrez-lui un culte joyeux, présentez-vous à lui avec des cris de joie.

P : Sachez-le : c'est le Seigneur qui est Dieu, c'est lui qui nous a faits, et nous sommes à lui .

Ass : Nous sommes son peuple, le troupeau dont il est le berger.

P : En entrant dans son temple, acclamez-le ; dans la cour intérieure, exprimez vos louanges. Louez le Seigneur, remerciez-le d'être votre Dieu.

Ass : Oui, le Seigneur est bon, et son amour n'a pas de fin ; de siècle en siècle il reste fidèle.


Répons : Rendons gloire à Dieu notre Père (AEC 266, 1+2)


Pénitence – confession des péchés. Méditation-Silence

Seigneur, cette année encore, tu nous appelleras par notre nom !


Un appel dans notre nuit, un appel dans notre doute, un appel dans les profondeurs de notre humanité…


Cet appel nous fera exister, il nous sortira de nos impasses, il nous ouvrira la porte du Royaume, d’une Espérance toujours renouvelée.


Jésus, notre berger, guide nos pas et indique-nous un chemin pour vivre.

Par lui, Seigneur, tu nous donnes ton Esprit comme un souffle puissant, nous habitant de l’intérieur et nous offrant le courage de continuer d’avancer sur les chemins de la vie éclairée par l’Evangile.

Silence

A l’aube de cette année nouvelle, nous voulons encore et déjà nous souvenir des hommes, des femmes, des enfants de notre terre.

Seigneur, tu les aimes tous et chacun, chacun et tous.

Tous différents et tous aimés de toi, chacun unique et aimé de toi.

Que la paix, que la joie, que la fraternité, que la miséricorde, pardon donné et offert à l’autre sans restriction et sans condition, soient cette année au centre de nos paroles et de nos actes.


Répons : Tu peux naître de nouveau AEC 417, 1


Annonce de la grâce

En devenant homme en Jésus-Christ, Dieu nous signifie qu'il nous aime jusque dans nos limites, nos faiblesses et nos défauts.

En Jésus-Christ, il a rejoint notre humanité de chair et de sang pour la sanctifier et pour la sauver.

Aujourd'hui son pardon et son amour rencontrent nos imperfections, nos ténèbres, nos limites.


Répons : AEC 374 A pleine voix chantons pour Dieu

Lectures bibliques:


Lecture du livre du prophète Esaïe chap 60, versets 1-6 Conseiller presbytéral


60 1 Debout, Jérusalem, brille de mille feux, car la lumière se lève pour toi : la glorieuse présence du Seigneur t'éclaire comme le soleil levant. 2 L'obscurité couvre la terre, la nuit enveloppe les peuples.

Mais toi, le Seigneur t'éclaire comme le soleil qui se lève.

Au-dessus de toi apparaît sa présence lumineuse. 3 Alors des nations marcheront vers la lumière dont tu rayonnes,

des rois seront attirés par l'éclat dont tu te mettras à briller. 4 Regarde bien autour de toi, et vois tous tes enfants : ils viennent et se rassemblent auprès de toi.

Tes fils arrivent de loin, on ramène tes filles en les portant dans les bras. 5 En les apercevant, tu rayonnes de bonheur ; tu en es tout émue,

ton coeur éclate de joie.

Car les richesses de la mer arrivent chez toi, les trésors des nations affluent jusqu'à toi. 6 Ton pays se couvre d'une foule de chameaux :

ce sont les caravanes de Madian et d'Éfa, arrivant toutes de Saba.

Elles apportent de l'or et de l'encens en chantant les hauts faits du Seigneur.


Répons : AEC 378 L’enfant est né à Bethléhem, strophes 1 et 2


Deuxième lecture : Evangile de Matthieu, chapitre 2, versets 2-12

1 Jésus naquit à Bethléem, en Judée, à l'époque où Hérode était roi. Après sa naissance, des savants, spécialistes des étoiles, vinrent d'Orient. Ils arrivèrent à Jérusalem 2 et demandèrent : « Où est l'enfant qui vient de naître, le roi des Juifs ? Nous avons vu son étoile apparaître en Orient et nous sommes venus l'adorer. » 3 Quand le roi Hérode apprit cette nouvelle, il fut troublé, ainsi que toute la population de Jérusalem. 4 Il convoqua tous les chefs des prêtres et les maîtres de la loi, et leur demanda où le Messie devait naître. 5 Ils lui répondirent : « A Bethléem, en Judée. Car voici ce que le prophète a écrit : 6 «Et toi, Bethléem, au pays de Juda, tu n'es certainement pas la moins importante des localités de Juda ; car c'est de toi que viendra un chef qui conduira mon peuple, Israël.» » 7 Alors Hérode convoqua secrètement les savants et s'informa auprès d'eux du moment précis où l'étoile était apparue. 8 Puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez chercher des renseignements précis sur l'enfant ; et quand vous l'aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que j'aille, moi aussi, l'adorer. »9 Après avoir reçu ces instructions du roi, ils partirent. Ils virent alors l'étoile qu'ils avaient déjà remarquée en Orient : elle allait devant eux, et quand elle arriva au-dessus de l'endroit où se trouvait l'enfant, elle s'arrêta. 10 Ils furent remplis d'une très grande joie en la voyant là. 11 Ils entrèrent dans la maison et virent l'enfant avec sa mère, Marie. Ils se mirent à genoux pour adorer l'enfant ; puis ils ouvrirent leurs bagages et lui offrirent des cadeaux : de l'or, de l'encens et de la myrrhe. 12 Ensuite, Dieu les avertit dans un rêve de ne pas retourner auprès d'Hérode ; ils prirent alors un autre chemin pour rentrer dans leur pays.

Répons : AEC 378 L’enfant est né à Bethléhem, strophes 5 et 6


Message

« Comme les rois mages en Galilée »


Pour le premier message de l’année nouvelle, je vais un peu changer mes habitudes… au lieu de lire un texte dans la Bible, je vous emmène ce matin dans les évangiles apocryphes. Ces fameux textes qui n’ont pas été retenus pour constituer le canon biblique, les 66 livres qui sont dans nos Bibles protestantes. Ces textes apocryphes semblent quelquefois farfelus, on y trouve par exemple le jeune Jésus qui, espiègle, faisaient pleurer ses copains en fracassant leurs cruches au puits, puis pour se faire pardonner les recollait par magie, ou encore transformait des gens en statues de pierre ou encore ordonnait à des arbres de s’abaisser pour que ses amis puissent monter plus facilement dedans. Jésus, inventeur de la fête foraine…


Ce tour dans les apocryphes, littéralement, les textes « cachés dessous ». Pas pour jouer à l’hérétique, pas pour vous déstabiliser, ce n’est pas dans mes us et coutumes, vous le savez bien…

Non ce matin, il sera question de tradition, puisque dans la religion chrétienne, tout n’est pas qu’une histoire de dogmes et de croyances, il y a évidemment aussi le poids de la tradition.

L’Epiphanie est une fête traditionnelle… par excellence ! Comme la galette, qui fait partie intégrante de la fête et de la tradition !


Il faudra peut-être rappeler encore une fois que c’est cette fête qui existait dans le christianisme primitif, avant que la date de Noël ne soit instaurée par un Concile du 4ème siècle. La date du 25 décembre, jour du solstice d’hiver, n’a pas été retenue au hasard ; fête païenne du Soleil Invaincu, elle deviendra jour mémoire de la naissance du Christ.

Il fallait christianiser du païen, et ce grâce à l’entremise de l’empereur Constantin, qui a été le premier à se convertir à la religion du Christ. Il avait été baptisé sur son lit de mort, autour de l’an 337. S’il n’y avait pas eu la foi de cet homme, le monde ne serait peut-être pas en l’an 2023…


On ne va pas réécrire l’histoire… ou pas directement, car l’histoire de l’Epiphanie, si historique et biblique a été, aura tout de même été réécrite et réinterprétée de multiples manières. Surtout dans les pays de la Perse, d’où viennent les savants spécialistes des étoiles.


Tout le monde est évidemment persuadé qu’il y avait là 3 hommes, un blanc, un noir, un jaune… d’âges différents, un jeune, un middle-aged et un ancien.

Les 3 continents connus à l’époque, les 3 âges de la vie… le monde entier était prosterné devant l’enfant. Tel était le symbole.

Et puis, évidemment, les 3 mages étaient des rois… on les représente avec la couronne vissée sur la tête, et on les rajoute dans la crèche autour du 6 janvier… entre le bœuf et l’âne gris… Joseph et Marie, les bergers…


Avez-vous été attentifs à la lecture de la visite des mages d’après l’Evangile de Matthieu, le seul qui en parle d’ailleurs ?

Non, je crois que non… !

On ne parle que de savants, pas de rois… ils ne sont pas trois, peut-être 2 ou 4, en tout cas, il y a 3 cadeaux. C’est la seule certitude…

Et ils ne rentrent pas dans une étable, puisque le texte dit que l’étoile s’était arrêtée devant une maison. Aïe…

Et puis, les prénoms alors ? Melchior, Gaspard et Balthazar ??? Anonymes, ils sont anonymes dans le texte ! M’enfin, dirait Gaston, alors ça vient d’où ça ?

De la tradition, de la tradition… et de ce texte apocryphe, un parmi d’autres certainement rédigé en Arménie, sans doute autour du 5ème siècle de notre ère : « et ceux qui étaient les rois mages étaient 3 frères : Melkon (dont l’Occident fera Melchior) règnait sur les Perses, Gaspard sur les Arabes et Balthazar sur les indiens. Ils arrivèrent après 9 mois de voyage, devant la vierge devenue mère… » les 3 rois prirent, par une disposition mystérieuse, l’un 3 livres d’or, l’autre 3 livres d’encens et le dernier 3 livres de myrrhe… rajoute l’Evangile arabe de la naissance.

Manque juste la galette, et on est bon !

La galette n’apparait pas, au plus des conservations entre les mages et les parents de Jésus ou Hérode… mais on sait que la galette, forme ronde et de couleur jaune, représente symboliquement le soleil. Jésus, le Messie, la nouvelle lumière éclairant le monde…

L’étoile qui a conduit les mages à Bethlehem marque et symbolise l’endroit exact de la crèche, dans lequel le Sauveur du monde a reposé.

Jésus est né, c’est vrai, nous nous en rappelons encore dans l’Evangile de ce matin.

Puis il a vécu, il a enseigné, soigné, guéri, accompli des signes miraculeux.

Il est mort

Il est ressuscité

Il est vivant

Depuis sa naissance, nous comptons l’histoire des hommes en avant et après cette naissance.

Mais elle n’a pas été fortuite, cette naissance était préparée, planifiée de longue date à Bethlehem en Judée.

Cette naissance, cette manifestation divine à portée d’hommes, à vue d’oeil, est une partie de l’histoire d’amour entre Dieu et l’humanité.


La Bible, les récits canoniques et même les textes apocryphes, disent tous la même chose. Dieu a tellement aimé le monde qu’il a envoyé, donné son Fils unique.

La Bible, une histoire d’amour pour témoigner d’une religion, celle des chrétiens. Il y en a une qui avait bien compris ça ! C’est Sheila, il y a 52 ans déjà. Enfin, elle, elle a interprétée la chanson, c’est Jean Schmitt et Claude Carrère qui l’ont écrite. A la base, elle servait à une publicité pour Fiat en Italie.

Allez c’est jour de fête… alors je vous passe les premiers couplets.

(musique)



Que retenir si ce n’est que les mages n’étaient pas des rois et ne sont jamais allés en Galilée, puisque Bethlehem et Jérusalem se situent en Judée, à 150 km de là !

Peut-être que cette chanson qui fait partie du patrimoine peut redire à sa manière que la frontière entre religion et amour est très fine. Cette chanson fait l’amalgame des 2 paradigmes : pas étonnant, car amour et religion en appellent à la transcendance, au dépassement de soi, au don, lié avec le cœur ou l’âme.


Sheila utilise une allégorie, une image religieuse pour évoquer un amour humain, elle compare l’amour qu’elle porte à son amoureux, ses sentiments, à ceux des mages. La pointe se trouve dans l’obstination.


« Comme les rois mages en Galilée suivaient des yeux l’étoile du Berger, je te suivrai, où tu iras j’irai, fidèle comme une ombre…

Comme les rois mages en Galilée suivaient confiants l’étoile du Berger, comme Christophe Colomb et ses 3 caravelles ont suivi le soleil avec obstination… »

Confiance, fidélité, obstination… comme or, encens et myrrhe.

Un programme de vie pour 2023 !?


Je garderai déjà celui de la confiance : pour reprendre des mots déjà utilisés en ce début d’année, ceux du philosophe allemand Emmanuel KANT :

« dans les temps difficiles, surgit un certain devoir de confiance »


Dieu est venu dans ce monde pour nous apprendre le chemin de la confiance.


Que cette confiance que nous mettons en Dieu et que Dieu met aussi en nous nous guide, nous accompagne tout au long de cette année, en plus de la santé de la paix et de petites joies quotidiennes.



Amen.


CHANT : Sur tous les peuples AEC 364, 1-3


Annonces :

Partage de la galette – café, tisane, jus de pomme ( Club du Dimanche) prévente théâtre alsacien – culte dimanche prochain, 10h ici – office œcuménique le 22 janvier.


Prière universelle :

En ce jour d’Epiphanie, nous te prions Seigneur pour les semeurs d'étoiles que sont les hommes et les femmes qui luttent pour la justice et la liberté ; pour ceux qui cherchent à soulager la faim, la maladie, l'ignorance. Donne-leur d'être courageux dans leur marche à travers les déserts du doute, du mépris, de la souffrance et parfois de la torture. Qu'ils trouvent leur joie dans le regard d'amour de ceux qu'ils aident, comme les mages l'ont trouvée dans le regard de Jésus, de Joseph et de Marie.

C’est aussi toute une année nouvelle qui est devant nous, de longs jours et de longues nuits qui nous attendent, jour de lumière et certainement aussi jour « sans »…

Tant de questions, Seigneur, me courent dans la tête et le cœur : la vie, l’avenir, la société, le climat, les fins de mois,… qu’est-ce qui mérite d’être cherché au-delà de tout, et la vie et l’amour et la mort ?

Tant de questions rivées à mes jours : à qui se lier, à qui, à quoi se fier, à qui donner sa fidélité.

Où trouver la part de vérité capable de mettre en mouvement mon ardeur et ma tendresse ?

Au début de ce temps nouveau, je viens près de toi, Seigneur, avec mon fardeau de questions et je te dis : Je te donne ma confiance et je te demande : Demeure avec moi !

Alors, je porterai mon fardeau de questions, car je vivrai de ta parole et de ta présence chaque jour au long de l’année !

Et ensemble, nous te chantons cette prière que tu nous as transmise :


Notre Père


Envoi et Bénédiction :

Les fêtes sont achevées, Seigneur, et notre vie, à nouveau, s'ouvre sur le temps ordinaire.

Fais-nous la grâce d'être à notre tour, à notre place ordinaire de chaque jour, des signes discrets et clairs de ta fidèle proximité, afin que tous nos frères et sœurs de la terre puissent te chercher et te trouver, toi Dieu qui a choisi la terre pour demeure d'éternité.

Et c'est dans ce sens que nous recevons ta bénédiction


QUE LE SEIGNEUR VOUS BENISSE ET VOUS GARDE.

QUE LE SEIGNEUR FASSE LUIRE SA FACE SUR VOUS ET VOUS ACCORDE SA GRACE

QUE LE SEIGNEUR TOURNE SA FACE VERS VOUS ET VOUS DONNE SA PAIX

CHANT avec les enfants du Club du Dimanche : Roi des rois, Seigneur des Seigneurs, AEC 262 ( 3 fois) et postlude à l’orgue

0 commentaire
bottom of page