top of page

Culte missionnaire 2023 liturgie, message et photos!

Samedi 4 février 2023 –

Culte consistorial missionnaire – Foyer Oberlin, 18h

Prélude au clavier

Accueil

Soyez les bienvenus pour ce culte de lancement de notre soirée Mission. Ce soir, nous sommes venus des 4 coins du Consistoire de l’Elsau, et ensemble nous avons la joie d’accueillir plusieurs personnes qui sont engagées autour de projets menés dans le pays qui nous sera présenté après le repas, la République Démocratique du Congo ( 2 prêtres congolais et M Yeremian de l’association IDS que nous voulons soutenir lors de l’offrande).

C’est par l’intermédiaire du couple LANGLET Laurence et Jean-Luc, actifs entre autres à l’ACAT, que ces contacts ont été pris. C’est d’ailleurs Jean-Luc qui nous apportera de quoi méditer lors de ce culte, avec comme sujet la justice.

Avec les collègues du Consistoire, nous vous proposons de vivre ce culte missionnaire en lien avec le thème de ce dimanche Septuagésime qui nous rappelle que nous sommes à quelques 70 jours de la fête de Pâques.

Le thème de ce dimanche s'intitule : "Mérite et grâce".


Le mot d'ordre de ce dimanche tiré du livre de Daniel qui nous dit :

"Ce n'est pas à cause de nos actes de justice que nous déposons devant toi nos supplications ; c'est à cause de ta grande miséricorde."



Et sans plus tarder, nous voulons entrer encore un peu plus dans ce culte en unissant nos voix pour chanter :

CHANT ASSEMBLEE : Seigneur fais de nous AEC 534, 4 strophes orchestre



LOUANGE :

Psaume 31: en alternance

P :Seigneur, quel grand bienfait tu réserves à tes fidèles !

Ass :Tout le monde peut voir que tu l'accordes à ceux qui ont recours à toi.

P : Tu les abrites en ta présence, hors de portée des intrigues humaines.

Ass : Tu les caches à l'abri, loin des mauvaises langues.

P : Seigneur, merci de m'avoir montré ta bonté merveilleuse, à moi qui étais comme une ville assiégée.

Ass : Aimez le Seigneur, vous tous ses fidèles, car le Seigneur veille sur ceux qui croient en lui.


Répons : Bénissez l’Eternel AEC 161(clavier)


Pénitence :

Seigneur tu nous aimes et tu nous appelles à ton service.

Seigneur, que faire de l’amour qui m’est porté ?

Alors je m’interroge… et lorsque je me demande qui est mon prochain,

Toi, tu déplaces habilement la question et tu me réponds :

« De qui te fais-tu le prochain ? Le prochain ce n’est pas l’autre, C’est toi qui te rends proche de ton voisin ».

Seigneur, toi, le premier, tu as voulu être le prochain de tout homme. Ta vie est une invitation à ouvrir toutes grandes les portes de notre maison. Tu fais éclater toutes nos frontières, Celles du sang, de la race et de la religion.

Tu nous révèles le signe de la vraie conversion :

Sortir de nous-mêmes, de notre égoïsme,

De l’étroitesse de notre petit univers,

Pour aller, chaque jour, chaque matin,

A la rencontre de celui que tu mets sur notre chemin. Au près et au loin.

Pour toutes nos barrières, nos limites, nos suffisances dans nos entre-nous, prends pitié de nous. Reçois notre prière de repentance, toi, notre Dieu et notre Père. Amen.


Répons : Mon Dieu mon Père AEC 405, strophes 2 et 3 ( clavier)

Annonce de la grâ

Voilà ce que je ferai, déclare le Seigneur :

Je soufflerai sur la cendre froide pour faire jaillir la flamme étouffée de l'amour

Je graverai mon nom sur les pierres mortes de tous les déserts et elles deviendront pain de tendresse

Alors la terre retrouvera le goût de Dieu

Et 'homme et la femme retrouveront le souffle des Vivants !


Répons : Jeunes et vieux AEC 170 orchestre ( 2 fois)


Prière avant les lectures bibliques :

Dieu notre Père, nous croyons que tu aimes chacun de nous comme ton enfant. Tu as béni la terre, et tu y as envoyé ton Fils Jésus

En lui, tu t’es donné pour rompre notre solitude et nous ouvrir le chemin vers les autres.

Tu fais de nous des missionnaires, là où nous sommes placés dans le monde, avec la force dont tu nous as pourvus.

Pour nous tous, tu es venu et tu as donné ton fils qui est aussi notre frère : Jésus-Christ.

Rends Ta Parole que nous recevons maintenant féconde. Amen


LECTURE DE LA PAROLE


1) Ancien Testament : livre du prophète Jérémie chapitre 9,

versets 22-23

Voici ce que déclare le Seigneur :

« Que l'homme sage ne se vante pas d'être sage ! Que l'homme fort ne se vante pas d'être fort ! Que le riche ne se vante pas d'être riche ! Si quelqu'un veut se vanter, qu'il se vante plutôt d'être capable de me connaître et de savoir que moi, le Seigneur, je travaille pour la bonté, le droit et l'ordre sur la terre. Ce sont de telles gens qui me plaisent », déclare le Seigneur.

Répons : Alléluia



2) Partage d’Evangile et épître d’après le choix de J-L LANGLET


Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice,

car ils seront rassasiés ! Matthieu 5:6

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,

car le royaume des cieux est à eux ! Matthieu5:10


1 Pierre 3 8-14

Soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassion, d’humilité. 9 Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction.

10 Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie Et voir des jours heureux,

Qu’il préserve sa langue du mal Et ses lèvres des paroles trompeuses,

11 Qu’il s’éloigne du mal et fasse le bien,

Qu’il recherche la paix et la poursuive;

12 Car les yeux du Seigneur sont sur les justes Et ses oreilles sont attentives à leur prière,

Mais la face du Seigneur est contre ceux qui font le mal.

13 Et qui vous maltraitera, si vous êtes zélés pour le bien?

14 D’ailleurs, même si vous souffriez pour la justice, vous seriez heureux.

N’ayez d’eux aucune crainte, et ne soyez pas troublés.

Répons : pas de répons mais

CHANT ASSEMBLEE : Comme un souffle fragile AEC 232, 1-3 orchestre


Message, prédication Jean-Luc LANGLET

Dès le début de l’Évangile, Jésus nous donne ces huit essentielles promesses de bonheur, et il en consacre deux à notre rapport à la justice.

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! Matthieu 5:6

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux ! Matthieu5:10

C’est vrai que nous sommes profondément attachés au sentiment de justice. Même pour un tout jeune enfant, il n’y a rien qui le choque plus que l’injustice. Un sentiment presque inné dirais-je chez chacun de nous. Je repense à mon petit-fils, quatre ans : Regarde papi, ils sont garés en dessous des panneaux de stationnement interdit et sur le trottoir ; on ne peut plus passer : cest pas juste, pourquoi tu ne fais rien, pourquoi t’appelles pas la police tout de suite !

-Nombreuses , trop nombreuses sont les injustices à nos yeux qui nous révoltent et nous indignent: comme celles que supportent ceux que nous allons découvrir ce soir dans le film: « En route pour le milliard »

Les personnes attachantes, dont nous allons faire connaissance sont les victimes collatérales d’une guerre qui ne les concernent pas, entre le Rwanda et l’Ouganda sur le territoire du Congo, des petites gens, marquées profondément dans leur chair qui sont laissées pour compte, qu’on oublie pourtant et auxquelles on n’accorde pas les indemnités auxquelles on a reconnu qu’elles avaient droit.


Il ne s’agit que d’une période de l’histoire d’un pays : la république du Congo ; il ne s’agit que d’une injustice parmi tant d’autres qui va nous être montrée Très nombreuses, trop nombreuses sont les injustices en ces années troublées parmi notre terre pour en faire la liste

Trop nombreuses : celles dont nous sommes informées, mais celles aussi dont nous n’avons pas connaissance, celles qui nous sont cachées ou non, celles que nous voulons voir ou celles que nous ne voulons pas voir.


Sans spoiler l’histoire de « En route pour le milliard », une scène est frappante : celle dans laquelle nos héros réclament justice à la sortie du Parlement ; celle dans laquelle vous verrez le comportement des élus et des notables à leur égard ; une part d’hostilité peut-être, mais surtout, surtout de l’étonnement, de incompréhension, de l’ignorance, du désintérêt de la part de ces représentants du peuple, et des autorités, devant une situation pourtant manifeste d’injustice. Cette scène , après que j’ai eu jeté la pierre à ces personnages est venue m’ interroger sur ma façon de réagir vis à vis de l’injustice. Et de me demander si ma réaction eut été différente de la leur; me demander, nous demander sur quelles injustices nos yeux sont-ils encore fermés. Quelles situations dans ce monde, mais aussi autour de nous sont-elles injustes ?

Et quelles situations qui ne nous semblent pas injustes aujourd’hui pourraient l’être demain. Par exemple, dans un passé encore récent , ne pas accorder le droit de vote aux femmes, exiger d’elles l’autorisation du mari pour exercer une profession, ne pas leur permettre d’avoir un compte en banque semblait juste à l’époque de nos grand pères. Cette position serait révoltante et incompréhensible aujourd’hui, comme l’est en ce jour la situation des femmes en Iran, situation d’un vrai retour en arrière pourtant justifiée par les ayatollahs au nom de Dieu. Savons- nous voir par exemple la part d’injustice que comportent la complexité des démarches exigées aux demandeurs d’asile pour se faire reconnaître un droit ratifié par les instances internationales et par notre pays? Alors,des injustices de toutes sortes, vous en trouverez vous-mêmes, qui vous touchent directement ou de celles qui vous font perdre confiance en l’humanité. Et parfois aussi en Dieu. A la sortie de la projection d’un autre film sur le Congo intitulé « l’Empire du silence », retraçant trente ans de l’histoire de ce pays dirigé en partie par des généraux responsables de graves exactions : (on dit que le ticket d’entrée au poste de général de l’armée du Congo consiste à avoir massacrer au moins 1000 personnes, et l’histoire se poursuit hélas aujourd’hui sur le même ton, 5,3 millions de morts en trente ans), à la sortie donc , un spectateur sidéré me confiait : Mais que fait Dieu la-dedans ?Pourquoi permet-il tout ça ?


- Posons-nous cette question :Quelle serait la justice par excellence ? Qui est Dieu, qu’est-ce que la justice, et comment combattre en ce monde pour la justice ? Ces trois questions forment ainsi une seule et même question.


Dieu acheva le septième jour l’œuvre qu’il avait faite, Il a vu que cela était bon.

Il laisse dès lors le monde exister devant lui, sans cesser toutefois d’être en relation avec lui. Il cesse d’agir en sens unique vers ses créatures pour laisser place à une réciprocité progressive. Ainsi, Dieu n’a pas voulu se passer de nous, en nous donnant la liberté et la responsabilité. Il est facile de nous défausser sur lui de notre responsabilité.


-Dire que Dieu est créateur revient à dire que ce qui va dans le sens de la création est juste, ce qui va dans le sens de la naissance, de la vie, de la guérison et de la résurrection sont des choses et des actions justes. Et, à l’inverse, ce qui tue, ce qui divise, ce qui blesse est par définition injuste, source de déchirement pour nos sociétés. Une évidence ; De bonnes pensés assez banales allez-vous penser ? Oui, mais pas pour tout le monde A ce moment, je ne peux m’empêcher de penser au leader et dictateur chinois XI JI Ping, qui installe déjà Chine, en Afrique, et a aussi l’ambition de le faire partout ailleurs dans le monde, ce qu’il appelle « la solution chinoise ». : une méthode qui a fait sortir son peuple de la misère il est vrai, mais en bafouant les droits élémentaires des populations dans tous les secteurs de la vie. D’après ses déclarations, les droits de l’homme, pensés comme universels dans les années 1970, et bien « ce n’est qu’une affaire occidentale pour les occidentaux, applicable seulement à nos pays décadents. Et qui ne saurait être l’avenir de l’humanité. » Le citoyen doit se ranger dans le modèle défini et toute volonté de penser, d’agir hors de ce modèle doit être soignée et redressée : les ouïghours entre autres en paient le prix actuellement.

De même ; l’idéologie de Poutine, revenant à un impérialisme avec une religion dominatrice et exclusive se veut d’avoir une vocation mondiale.

Il y a de quoi désespérer devant des avenirs difficile. Au contraire je pense que nous avons un devoir de vigilance.


Dieu est à nos côtés, pas à notre place. Pour arriver au bonheur, la justice,( ou pourrait-on dire plus justement la justesse avec ce que Dieu veut pour nous , la justice donc n’est pas une option dans le catalogue de la vie du chrétien que nous voudrions être. Et quelle conception de la justice aurons- nous si nous attendons que Dieu écrabouille les méchants ou les envoie dans un lieu de tortures éternelles ?

Ne rendons pas Dieu responsable de nos manques. Dieu n’est pas le répartiteur du malheur dans le monde.


Dans la parabole dite du bon grain et de l’ivraie, on peut comprendre que les mauvais seront envoyés au feu. Mais elle dit surtout que le maître refuse qu’on arrache l’ivraie, de peur d’endommager le bon grain qui pousse avec l’ivraie. Nous avons tous en nous de la mauvaise herbe, celle que nous connaissons et celle que nous ignorons, mais aussi du bon grain. Dieu nous donne la possibilité de faire grandir en nous le bon grain au détriment de l’ivraie. Je crois qu’au dernier jour, il enlèvera de chacun de nous la mauvaise herbe pour ne nous laisser que le bon grain et que son jugement sera un jugement d’amour ;


Dire que Dieu est amour, affirmer qu’il aime chaque personne, de tout âge, de toute origine et de tout sexe, que Dieu aime même son ennemi, comme le dit Jésus… cela revient à dire qu’il est juste de pardonner, même s’il nous en coûte, qu’il est juste que chacun soit respecté en tant que personne même si ses actes sont inacceptables.


Les membres de la petite association réclamant leur milliard, ne réclament pas vengeance ; elles veulent être indemnisées, c’est sûr (et nous sommes intervenus pour eux à l’Acat et vous peut-être aussi.) Oui, mais surtout, elles veulent être reconnues pour de vraies personnes, non définies par leurs infirmités, mais respectées et aimées pour ce qu’elles sont et comptant dans la société qui doit entendre ce qu’il leur est arrivé, à cause de la soif de minerais (dont nous avons besoin tous les jours pour produire le matériel indispensable à notre bien être, et dont nous avons du mal à ne pas être dépendants.)

La justice rendue permet , non pas d’oublier le passé, mais de dire une vérité, de la faire accepter par tous, pour pouvoir passer au-delà des épreuves à une vie qui restera difficile certes , mais partagée et apaisée En nous disant : « Ayez faim et soif de justice »Jésus nous invite à mieux connaître Dieu et à le suivre dans sa manière d’être. Jésus nous invite même à faire l’expérience de Dieu et se laisser créer par lui comme plus juste. Il nous montre le chemin. Ce ne sont pas de bons principes, ni de bonnes pensées qui sont attendues de nous, mais des comportements et des agirs véritables et quotidiens. Les « valeurs chrétiennes », si tant est qu’il y en ait des spécifiques » se proclament mais l’Évangile se vit . «toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites ». Devoir de vigilance. Dietrich Bohnoeffer nous dit « le silence face au mal est lui-même mauvais ; Dieu ne nous tiendra pas innocents. Ne pas parler, c’est parler, ne pas agir, c’est agir » et Martin Luther King :

« L’action des méchants fait peur, mais le silence des bons est pire »


Ce n’est certes pas toujours facile.

J’ai eu l’occasion de rencontrer un diacre qui me disait : En ce moment, je suis incapable de dire le « notre père ». ça coince quand j’en arrive au « pardonne nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés » J’ai subi un grand préjudice, une grande injustice que je n’arrive pas à être prêt de pardonner à ceux qui m’ont fait ça. En la circonstance, amèrement touché, il ressentait la prière que nous a donné le Christ comme faussée et lui-même comme indigne de la prononcer.

Je pense que Jésus est comme un enseignant vis à vis d’un mauvais élève : soit il le réprimande, ou il le punit, soit il trouve le chemin qui lui fasse comprendre qu’il n’est pas nul comme on lui fait penser, mais capable de progresser,de s’améliorer. Et nous sommes tous peu ou prou des mauvais élèves, faisant le mal qu’ils ne voudrions pas faire et ne faisant pas le bien que nous voudrions faire comme nous le dit Paul.


La prière que Jésus nous a donné à ce moment est pour moi un outil d’amélioration continue Quand je récite : « que ton règne vienne » , Jésus me dit : toi que fais-tu pour qu’il vienne vraiment ce règne, « que ta volonté soit faite » toi que fais-tu pour faire sa volonté » Toi qui as facilement le pain de ce jour que fais-tu pour que chacun en ait suffisamment aussi. Toi qui est déjà pardonné que fais-tu pour arriver à pardonner, toi que fais-tu pour que les tentations de toutes sortes ne t’entraînent pas vers les ténèbres de l’égoïsme, du mépris, du jugement hâtif, de la mauvaise foi, de la xénophobie, du mal donc, etc. Et à tout cela je n’y parviendrai pas moi-même, mais heureusement Mon Dieu c’est à toi que je fais confiance car c’est à toi qu’appartiennent le règne, la puissance et la gloire.

Puis-je y parvenir moi-même? Ce peut être difficile, mais j’y suis ainsi encouragé. Dans ma cuisine, d’où on peut apercevoir quasiment tout le quartier, buvant mon café je réalisais : il est seulement 9h du matin et de combien de personnes ais-je déjà dit du mal ce matin ! De celui-ci qui ne trie pas ces déchets, de l’autre-là qui se gare sur le passage piétons à l’heure de l’école, de cet autre encore avec la décoration de sa maison qui fait penser plus à las Vegas qu’à la crèche de Noël, du jeune kéké qui nous casse les oreilles et autre chose aussi avec sa moto au pot d’échappement trafiqué etc ; etc..


J’espère ne pas être un monstre, vous qui êtes ici ce soir, sœurs et frères, vous n’êtes pas des monstres je le sais Cependant je sais aussi que j’ai à chasser de moi ce mauvais fond qui nous travaille tous. Jésus nous propose de vaincre le mal par le bien. Un royaume divisé contre lui-même ne peut survivre, nous dit-il, le bien ne peut vaincre le mal par le mal. Il nous faut plutôt, comme Dieu lui-même, chercher à surmonter le mal par le bien. Nous pouvons, comme lui et grâce à lui, tourner notre cœur, nos pensées, nos regards vers le bien, allant à la pêche de ce qui est bien chez les autres, dans notre monde et en nous même ; examiner et retenir ce qui est bien pour s’en réjouir. Et Que l’amour soit notre première référence de jugement. Ayons donc faim et soif de justice, de cette justice qui nous dépasse et nous précède en Dieu, et assimilons-la, qu’elle nous rende plus fort, plus compréhensif, plus créateur, plus juste. Et Qu’elle calme notre fièvre, ce mal être qui nous conduit sans cesse à avoir une conduite perturbée, violente et injuste. Pour cela avant même d’être source de salut, il faut se laisser sauver, avant d’être capable du pardon il faut avoir soi-même reçu le pardon, avant d’être capable d’aimer il faut d’abord avoir intégré le fait que nous avons été aimés et que sommes aimés. C’est ce que l’on voit dans bien des textes fondamentaux des évangiles


Et si nous avons du mal à trouver la feuille de route concrète, Pierre nous la donne : « Soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassion, d’humilité. Ne rendez point mal pour mal, ou injure pour injure; bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction.

Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie Et voir des jours heureux, Qu’il préserve sa langue du mal Et ses lèvres des paroles trompeuses, Qu’il s’éloigne du mal et fasse le bien, Qu’il recherche la paix et la poursuive; »

Ainsi nous pouvons crier Justice dans le monde, mais commençons par humblement chercher à nourrir un petit peu notre propre capacité à être juste. C’est un humble travail quotidien de réflexion et de méditation, avec le plus de lucidité possible.

Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice » Le Royaume c’est maintenant et le justice c’est maintenant »


Et pour ce travail de justice, il ne nous est pas demandé, heureusement, une obligation de résultat,mais une obligation d’engagement , une obligation de résister à la résignation, de tomber dans la fatigue et l’abattement comme nous y pousseraient les situations actuelles. Mais de rester en éveil ,car nous nous existons tous par les autres , avec les autres, pour les autres. « Ayez faim et soif de justice » devient alors une espérance, une recherche et une ouverture pour que Dieu puisse nous nourrir de sa justice. Amen

CHANT: Tu me veux à ton service AEC 427, 1-3 ( clavier)


Intercession :

Seigneur, nous t'adressons notre prière. Ecoute-la, exauce-la, nous t'en prions.

Nous te rendons grâce pour ce temps de louange, et d’écoute de ta Parole, que tu nous as donné de vivre.

Béni sois-tu pour ta Parole qui renouvelle notre foi et notre espérance. Elle est Bonne Nouvelle dans l’actualité de nos vies.

C’est aussi ce message d’aller vers les autres que tu nous as transmis. Ce soir, nous nous approchons de nos sœurs et frères de RDC, dans leur histoire, dans leur passé mais surtout dans leur présent et leur avenir.

Merci pour tous ceux qui se mettent en route vers les autres, pour les autres, selon un témoignage de service et d’entraide.

Dieu de solidarité, Nous te confions les nombreuses victimes et survivantes des violences sexuelles de guerre en République démocratique du Congo. Entends les cris de nos sœurs et frères qui ont été gravement blessés. Sois leur secours quand ils confrontent leurs souffrances. Soutiens-les dans leur quête de justice.


Dieu de fidélité, Nous te confions tous les artisans de paix en République démocratique du Congo qui font face aux menaces et aux persécutions, en particulier le docteur Denis Mukwege.

Accorde-leur force, persévérance et espoir pour poursuivre leurs efforts.

Nous te confions notre communauté, nos paroisses, notre Consistoire, notre Eglise et toutes les œuvres dans lesquelles l’amour et l’accueil du prochain sont au centre - guide les et bénis leur témoignage.


A toi, Notre Père, qui peut au-delà de ce que nous demandons et pensons,

nous nous confions, ayant l’assurance que tu nous gardes dans ta main et que tu poses ton regard sur l’œuvre de nos mains.

Reçois dans le secret de notre cœur nos demandes, soucis, joies personnels…

Et au nom de Jésus, le Christ, notre Seigneur et à son exemple, nous nous adressons à Toi en te disant tous ensemble : Notre Père


Bénédiction :

Que Dieu marche devant vous, pour vous ouvrir la route.

qu'il marche à vos côtés, pour vous soutenir,

qu'il marche derrière vous, pour vous protéger des pensées qui attaquent dans le dos,

Que le Dieu trois fois saint, le Père, le Fils et le Saint-Esprit,vous bénisse et vous garde. Amen.

CHANT : Une flamme en moi 2 strophes orchestre







89 vues
bottom of page