top of page

Vigile de Pâques 2024: la liturgie domestique

Temps d'accueil en extérieur autour d'un feu avec musique et chant: La paix de Dieu puis entrée dans l'église

Liturgie domestique

 La Pâque juive se vivait et se vit encore dans un cadre domestique, autour d’une table dressée pour l’occasion. On placera au centre de la table soit une grosse bougie, soit cinq bougies (qu’on disposera en croix) en référence aux cinq plaies du Christ.

Officiant: « Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ? »

Lecteur 1: En cette nuit, notre Seigneur Jésus Christ est passé de la mort à la vie. L’Eglise invite tous ses enfants de par le monde à se réunir pour veiller et prier.

Nous allons commémorer ensemble la Pâque du Seigneur en écoutant sa parole, dans l’espérance d’avoir part à sa victoire sur la mort et de vivre avec lui pour toujours en Dieu.

Officiant: « Que la lumière du Christ, ressuscitant dans la gloire, dissipe les ténèbres de notre cœur et de notre esprit. » Allumage des bougies disposées sur la table :

   Au fur et à mesure de l'allumage des cinq bougies, on dit au fur et à mesure de l’allumage :

1ère bougie : « Le Christ hier et aujourd’hui »

2ème bougie : « Commencement et fin de toutes choses »

3ème bougie : « Alpha et Oméga »

4ème bougie : « A lui le temps et l’éternité »

5ème bougie : « A lui la gloire et la puissance » « pour les siècles des siècles »

Tous répondent : « Amen »

Officiant: « Que la lumière du Christ, ressuscitant dans la gloire,

dissipe les ténèbres de notre cœur et de notre esprit. »

Qu’éclate dans le ciel la joie des anges,

Qu’éclate de partout la joie du monde,

Qu’éclate dans l’Église la joie des fils de Dieu :

La lumière éclaire l’Église, La lumière éclaire la terre, Peuples, chantez !

Chant "Toi qui es lumière, toi qui es l'amour"

Liturgie de la Parole La Parole de Dieu constitue un élément fondamental de la veillée dans la nuit de Pâques.

Première lecture  Lecture du livre de la Genèse 1, 1-2, 2

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. Dieu dit : « Que la lumière soit. » Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière « jour », il appela les ténèbres « nuit ». Il y eut un soir, il y eut un matin : premier jour.

Et Dieu dit : « Qu’il y ait un firmament au milieu des eaux, et qu’il sépare les eaux. » Dieu fit le firmament, il sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament et les eaux qui sont au-dessus. Et ce fut ainsi. Dieu appela le firmament « ciel ». Il y eut un soir, il y eut un matin : deuxième jour.

Et Dieu dit : « Les eaux qui sont au-dessous du ciel, qu’elles se rassemblent en un seul lieu, et que paraisse la terre ferme. » Et ce fut ainsi. Dieu appela la terre ferme « terre », et il appela la masse des eaux « mer ». Et Dieu vit que cela était bon. Dieu dit : « Que la terre produise l’herbe, la plante qui porte sa semence, et que, sur la terre, l’arbre à fruit donne, selon son espèce, le fruit qui porte sa semence. » Et ce fut ainsi. La terre produisit l’herbe, la plante qui porte sa semence, selon son espèce, et l’arbre qui donne, selon son espèce, le fruit qui porte sa semence. Et Dieu vit que cela était bon. Il y eut un soir, il y eut un matin : troisième jour.

Et Dieu dit : « Qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel, pour séparer le jour de la nuit ; qu’ils servent de signes pour marquer les fêtes, les jours et les années ; et qu’ils soient, au firmament du ciel, des luminaires pour éclairer la terre. » Et ce fut ainsi Dieu fit les deux grands luminaires : le plus grand pour commander au jour, le plus petit pour commander à la nuit ; il fit aussi les étoiles. Dieu les plaça au firmament du ciel pour éclairer la terre, pour commander au jour et à la nuit, pour séparer la lumière des ténèbres. Et Dieu vit que cela était bon. Il y eut un soir, il y eut un matin : quatrième jour.

Et Dieu dit : « Que les eaux foisonnent d’une profusion d’êtres vivants, et que les oiseaux volent au-dessus de la terre, sous le firmament du ciel. » Dieu créa, selon leur espèce, les grands monstres marins, tous les êtres vivants qui vont et viennent et foisonnent dans les eaux, et aussi, selon leur espèce, tous les oiseaux qui volent. Et Dieu vit que cela était bon. Dieu les bénit par ces paroles : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez les mers, que les oiseaux se multiplient sur la terre. » Il y eut un soir, il y eut un matin : cinquième jour.

Et Dieu dit : « Que la terre produise des êtres vivants selon leur espèce, bestiaux, bestioles et bêtes sauvages selon leur espèce. » Et ce fut ainsi. Dieu fit les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce, et toutes les bestioles de la terre selon leur espèce. Et Dieu vit que cela était bon.

Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre. » Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme. Dieu les bénit et leur dit : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. » Dieu dit encore : « Je vous donne toute plante qui porte sa semence sur toute la surface de la terre, et tout arbre dont le fruit porte sa semence : telle sera votre nourriture. À tous les animaux de la terre, à tous les oiseaux du ciel, à tout ce qui va et vient sur la terre et qui a souffle de vie, je donne comme nourriture toute herbe verte. » Et ce fut ainsi. Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon. Il y eut un soir, il y eut un matin : sixième jour. Ainsi furent achevés le ciel et la terre, et tout leur déploiement. Le septième jour, Dieu avait achevé l’œuvre  qu’il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre  qu’il avait faite.

Prière Père, toi qui veux la vie de tes enfants, révèle-nous dans ton Fils ressuscité la beauté de ta Création et celle de chacune de nos vies.

Deuxième lecture  Lecture du livre de l’Exode Ex 14, 15 – 15, 1

En ces jours-là, le Seigneur dit à Moïse : « Pourquoi crier vers moi ? Ordonne aux fils d’Israël de se mettre en route ! Toi, lève ton bâton, étends le bras sur la mer, fends-la en deux, et que les fils d’Israël entrent au milieu de la mer à pied sec. Et moi, je ferai en sorte que les Égyptiens s’obstinent : ils y entreront derrière eux ; je me glorifierai aux dépens de Pharaon et de toute son armée, de ses chars et de ses guerriers. Les Égyptiens sauront que je suis le Seigneur, quand je me serai glorifié aux dépens de Pharaon, de ses chars et de ses guerriers. » L’ange de Dieu, qui marchait en avant d’Israël, se déplaça et marcha à l’arrière. La colonne de nuée se déplaça depuis l’avant-garde et vint se tenir à l’arrière, entre le camp des Égyptiens et le camp d’Israël. Cette nuée était à la fois ténèbres et lumière dans la nuit, si bien que, de toute la nuit, ils ne purent se rencontrer. Moïse étendit le bras sur la mer. Le Seigneur chassa la mer toute la nuit par un fort vent d’est ; il mit la mer à sec, et les eaux se fendirent. Les fils d’Israël entrèrent au milieu de la mer à pied sec, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche. Les Égyptiens les poursuivirent ; tous les chevaux de Pharaon, ses chars et ses guerriers entrèrent derrière eux jusqu’au milieu de la mer. Aux dernières heures de la nuit, le Seigneur observa, depuis la colonne de feu et de nuée, l’armée des Égyptiens, et il la frappa de panique. Il faussa les roues de leurs chars, et ils eurent beaucoup de peine à les conduire. Les Égyptiens s’écrièrent : « Fuyons devant Israël, car c’est le Seigneur qui combat pour eux contre nous ! » Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras sur la mer : que les eaux reviennent sur les Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers ! » Moïse étendit le bras sur la mer. Au point du jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les précipita au milieu de la mer. Les eaux refluèrent et recouvrirent les chars et les guerriers, toute l’armée de Pharaon qui était entrée dans la mer à la poursuite d’Israël. Il n’en resta pas un seul. Mais les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche. Ce jour-là, le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte, et Israël vit les Égyptiens morts sur le bord de la mer. Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Égypte. Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse. Alors Moïse et les fils d’Israël chantèrent un cantique au Seigneur.

Prière Père, tu as manifesté ton amour en délivrant autrefois les hébreux de l’esclavage. Aujourd’hui encore tu veux sauver tous les hommes en les faisant renaître par les eaux du baptême. Fais que nous soyons témoins de la puissance de ton amour pour t’aimer et te faire aimer.

 

Troisième lecture Lecture du livre d’Isaïe Is 55, 1-11

Ainsi parle le Seigneur : Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! Même si vous n’avez pas d’argent, venez acheter et consommer, venez acheter du vin et du lait sans argent, sans rien payer. Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses, vous vous régalerez de viandes savoureuses ! Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez. Je m’engagerai envers vous par une alliance éternelle : ce sont les bienfaits garantis à David. Lui, j’en ai fait un témoin pour les peuples, pour les peuples, un guide et un chef. Toi, tu appelleras une nation inconnue de toi ; une nation qui ne te connaît pas accourra vers toi, à cause du Seigneur ton Dieu, à cause du Saint d’Israël, car il fait ta splendeur. Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ; invoquez-le tant qu’il est proche. Que le méchant abandonne son chemin, et l’homme perfide, ses pensées ! Qu’il revienne vers le Seigneur qui lui montrera sa miséricorde, vers notre Dieu qui est riche en pardon. Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins, – oracle du Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus de vos chemins, et mes pensées, au-dessus de vos pensées. La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain à celui qui doit manger ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission.

Prière

Père, toi qui es riche en miséricorde, rend-nous attentif à ta Parole :  Père, tu veux nous préparer le mystère de la mort et de la résurrection de ton Fils, en nous faisant écouter l’Ancien et le Nouveau Testament. Ouvre nos cœurs  à l’intelligence de ta miséricorde : ainsi la conscience des biens déjà reçus affermira en nous l’espérance des biens à venir.

Quatrième lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains (Romains 6, 3b-11)

Frères, nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne. Nous le savons : l’homme ancien qui est en nous a été fixé à la croix avec lui pour que le corps du péché soit réduit à rien, et qu’ainsi nous ne soyons plus esclaves du péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché. Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car lui qui est mort, c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c’est pour Dieu qu’il est vivant. De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus Christ.

On entonne simplement un alléluia pour acclamer l’Evangile: CHANT L'homme ne vivra AEC 181 (l'assemblée se lève pour recevoir l'Evangile du matin de Pâques)

 

Cinquième lecture: Evangile de Marc (16, 1-7)

Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus. De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au tombeau dès le lever du soleil. Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? »Levant les yeux, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande. En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de frayeur. Mais il leur dit : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé. Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : “Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit.” »

Chant: je crois en toi, mon sauveur ressuscité

Profession de foi baptismale

Au fil des lectures, nous avons cheminé avec le peuple de Dieu dans la foi et l’espérance d’une vie nouvelle. Pour nous cette espérance est réalisée dans la résurrection de Jésus. Voilà pourquoi il nous a semblé essentiel que vous participiez à cette vie en étant baptisé. Depuis le jour de votre baptême, nous nous sommes engagés pour vous et vous pourrez toujours compter sur nous. Nous vous proposons de proclamer tous ensemble cette foi qui est la foi de l’Eglise :

Croyez-vous en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre ?

Tous répondent : Je crois

Croyez-vous en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur, qui est né de la Vierge Marie, a souffert la passion, a été enseveli, est ressuscité d’entre les morts, et qui est assis à la droite du Père ?

Tous répondent : Je crois

Croyez-vous en l’Esprit Saint, à la Sainte Église catholique, à la communion des saints, au pardon des péchés, à la résurrection de la chair, et à la Vie éternelle ?

Tous répondent : Je crois

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant,Créateur du ciel et de la terre.et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur ;qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie,a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié,est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers ;le troisième jour est ressuscité des morts,est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,d’où il viendra juger les vivants et les morts.Je crois au Saint-Esprit, la sainte Église universelle, la communion des saints, la rémission des péchés, la résurrection de la chair et à la vie éternelle. Amen

Prières conclusives sous forme de formules de bénédictions.

1. Béni sois-tu, Seigneur, Créateur de toute chose, béni sois-tu pour ces dons que nous recevons de toi.

2. Béni sois-tu pour toutes les merveilles que nous avons reconnues ou non au cours de cette année.

3. Béni sois-tu Seigneur, toi qui ressuscité des morts, tu t’es montré à tes disciples dans la fraction du pain : sois présent au milieu de nous pendant ce temps de mémoire et d'être-ensemble

4. Béni sois-tu Seigneur, toi qui ne cesses d’appeler ceux qui sont loin de toi,apprends-nous à t’accueillir comme un hôte dans nos frères et sœurs.

5. Béni sois-tu Seigneur, toi qui étais mort et qui es revenu à la vie, répands en nos cœurs la joie de Pâques.

6. Béni sois-tu, Seigneur d’associer tes enfants à la mission de ton Fils. Que nous soyons les uns pour les autres, signe de ta tendresse.

Officiant: Oui, les amis, bénissons le Seigneur !

 

            Le Seigneur est ressuscité, alléluia !

            Il est vraiment ressuscité, alléluia !

 

 Ils sont finis les jours de la passion,

suivons maintenant les pas du Ressuscité :

suivez-le désormais jusqu’à son Royaume où vous partagerez la joie parfaite.

 

 

Et que Dieu tout-puissant et miséricordieux

vous bénisse et vous garde : le Père, le Fils, le Saint-Esprit. Amen.

 

CHANT FINAL: Mon Dieu est bon

 

 

Partage d’un café-croissant

154 vues

Comments


bottom of page