top of page

Panier itinérant du 17 mars 2024

Thème de ce 5ème dimanche du Carême Judica « L’Agneau de Dieu », qui nous emmène encore un peu plus en avant dans le cheminement du Christ vers la Croix. Le mot d’ordre de ce dimanche est une parole du Christ, suite à une interpellation de la mère de Jacques et de Jean, demandant la meilleure place pour ses garçons aux côtés de Jésus. Voici sa réponse :

« Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude »  Matthieu 20, 28

Le don, le pardon, le service : voilà bien des mots qui évoquent des réalités d’Eglise, et que nous essayons, les uns et les autres, ici et ailleurs, à mettre en pratique. Nous réentendrons lors de ce culte le récit de la ligature d’Isaac, et le texte de prédication nous emmènera vers le ministère sacerdotal, avec l’image du grand prêtre selon l’épître aux Hébreux.

A nous, réunis de ce dimanche de l’Agneau de Dieu, souvenons-nous déjà simplement que nous sommes unis en Christ, réunis autour de la Parole de Jésus, qui est devenu pour nous l’Agneau de Dieu.

Pauvre ou riche, jeune ou vieux, malade ou bien portant,  triste ou joyeux, à nous tous sont données la vie, la joie et la paix en Jésus-Christ. Il est venu pour servir, et non pour être servi, et nous demande à notre tour de nous mettre en position de serviteurs, c'est ce que nous dit le premier chant :

 

CHANT : Tu me veux à ton service AEC 427 ou Rec Alléluia 44-07, 1-3

 

Psaume 43 : Avec le psalmiste, venons devant Dieu, élevons nos cœurs et nos âmes

P : Rends-moi justice, ô Dieu, défends ma cause contre des gens sans pitié.

A : Délivre-moi des menteurs et des malfaiteurs.

P : Car c'est toi, Dieu, qui es mon protecteur.

A : Pourquoi donc m'as-tu repoussé,

pourquoi dois-je vivre accablé,

pourquoi laisses-tu mes ennemis m'écraser ?

P : Fais-moi voir ta lumière et ta vérité.

A : Alors je m'approcherai de ton autel,

de toi-même, Dieu ma plus grande joie.

P : Je te louerai, je jouerai pour toi qui es mon Dieu !

A : A quoi bon me désoler, à quoi bon me plaindre de mon sort ?

Tous : Mieux vaut espérer en Dieu et le louer à nouveau,

lui, notre Sauveur et notre Dieu.

 

Répons : Bénissez l’Eternel AEC 161 ou Rec Alléluia 61-36

 

 

 

Pénitence:

Dieu, Père, toi qui nous regardes avec tendresse et compassion, nous venons te confier ce qui nous blesse et ce qui dans notre vie, ce qui n'est pas en harmonie avec ce que tu attends de nous. C’est la simple définition du péché : en rupture avec les autres, et coupé de Toi, mon Dieu.

Avec le psalmiste, nous évoquions notre incompréhension face à la méchanceté de ceux qui nous font souffrir, de ceux qui nous accablent.

 Ensemble, nous voulons aussi reconnaître  notre incapacité chronique d'entretenir des relations sereines, vraies et apaisées  avec notre prochain, à commencer par nos plus proches, nos amis, notre entourage.

La nouveauté de vie nous effraye, nous préférons nos habitudes, nos schémas de pensées qui nous ramènent trop souvent dans un passé idéalisé, enjolivé…

Combien de paroles inutiles déjà, qui ont blessé, qui ont brisé des relations ; qui ont dénigré l'autre.

Combien d'attitudes de mépris, d'hypocrisie, d'indifférence ont réduit l'autre à n'être pour nous qu’un objet ? Qu’un jouet entre nos mains ? Seigneur, à chaque fois que nous n'avons pas honoré notre prochain comme un de tes enfants, c'est toi que nous n'avons pas honoré. Pardon.

Chaque fois que nous avons sali notre prochain par des paroles qui n'étaient pas la vérité. Pardon

C'est pourquoi, nous venons humblement te dire : Seigneur prends pitié de nous  et fais éclater nos barrières et nos masques, réapprends la dimension véritable du don, du pardon, et du service. Amen

 

Répons : Tel que je suis AEC 420 ou Rec Alléluia 43-10, 3

 

Annonce du pardon :

Pour évoquer le pardon que nous allons recevoir, j’emprunte une image, en lien avec la ligature d’Isaac : le fils d’Abraham a été lié sur l’autel du sacrifice.

Je vous partage cette métaphore autour de la corde, du fil qui nous relie à Dieu.

Un vieux rabbin racontait: chacun de nous est relié à Dieu par un fil. Et lorsqu’on commet une faute, le fil est cassé. Mais lorsqu’on regrette sa faute, Dieu fait un noeud au fil. Du coup, le fil est plus court qu’avant. Et le pécheur est un peu plus près de Dieu ! Ainsi, de faute en repentir, de noeud en noeud, nous nous rapprochons de Dieu. Finalement, chacun de nos péchés est l’occasion de raccourcir d’un cran la corde à noeuds et d’arriver plus vite près du coeur de Dieu. Tout est grâce ! Même les péchés.

 

Le Seigneur s’est penché sur nous, il a envoyé son Fils pour nous délivrer, pour nous libérer. Il nous a donné sa Parole afin que nous en vivions et que nous puissions goûter à la paix. Que nous ayons l’assurance de son Pardon !

( pas de répons pendant le temps du Carême)

 

Prière d'illumination : prière du parapluie ( revisitée)

Ferme ton parapluie, mon frère, la prière n'est pas un parapluie ; Dieu ne vend pas de parapluie, il aime trop le vent ! J'avais peur de me mouiller, je me croyais à l'abri sous ma prière parapluie ; mais tu m'as éclaboussé par dessous, Seigneur ; la rafale est venue de côté, et le parapluie troussé ! J'avais cru sous le parapluie, que tu te tenais toi aussi, toi le maître de l'Esprit ... Un p'tit coin d'parapluie, un p'tit coin de paradis, c'était ma chanson....... J'ai ouvert les yeux, personne sous le parapluie. Personne d'autre que moi, un homme au sec, un homme sec, les doigts crispés sur le manche de la prière parapluie. Viens, maître du vent et de l'Esprit, emporte aux quatre coins du vent mon ridicule parapluie et ma prière paravent ! Toi le Dieu des sans - parapluie, pousse moi dehors, dans le vent, mouille moi, Seigneur. Mais donne-moi en même temps, la joie et la force de ceux que tu trempes de l'Esprit ! Amen.

 

 

Lectures bibliques :

1)  Genèse 22, 1-13 : 22 1 Par la suite, Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il l'appela et Abraham répondit : « Oui, je t'écoute. » 2 Dieu reprit : « Prends ton fils Isaac, ton fils unique que tu aimes tant, va dans le pays de Moria, sur une montagne que je t'indiquerai, et là offre-le-moi en sacrifice »

2)  3 Le lendemain Abraham se leva tôt. Il fendit le bois pour le sacrifice, sella son âne et se mit en route vers le lieu que Dieu lui avait indiqué. Il emmenait avec lui deux serviteurs, ainsi que son fils Isaac. 4 Le surlendemain, il aperçut l'endroit de loin. 5 Il dit alors aux serviteurs : « Restez ici avec l'âne. Mon fils et moi nous irons là-haut pour adorer Dieu, puis nous vous rejoindrons. »

6 Abraham chargea sur son fils Isaac le bois du sacrifice. Lui-même portait des braises pour le feu et un couteau. Tandis qu'ils marchaient tous deux ensemble, 7 Isaac s'adressa à son père, Abraham : « Mon père ! » dit-il. Celui-ci lui répondit : « Oui, je t'écoute, mon enfant. » — « Nous avons le feu et le bois, dit Isaac, mais où est l'agneau pour le sacrifice ? » 8 Abraham répondit : « Mon fils, Dieu veillera lui-même à procurer l'agneau. »

Ils continuèrent leur route tous deux ensemble.

9 Quand ils arrivèrent au lieu que Dieu lui avait indiqué, Abraham construisit un autel et y déposa le bois. Puis il lia Isaac, son propre fils, et le plaça sur l'autel, par-dessus le bois. 10 Alors il tendit la main et saisit le couteau pour égorger son fils. 11 Mais du ciel l'ange du Seigneur l'interpella : « Abraham, Abraham ! » — « Oui, répondit Abraham, je t'écoute. » 12 L'ange lui ordonna : « Ne porte pas la main sur l'enfant, ne lui fais aucun mal. Je sais maintenant que tu respectes l'autorité de Dieu, puisque tu ne lui as pas refusé ton fils, ton fils unique. »

13 Relevant la tête, Abraham aperçut un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla le prendre et l'offrit en sacrifice à la place de son fils.           (pas de répons liturgique)

2) Marc 10, 35-45 : La demande de Jacques et Jean

35Alors, Jacques et Jean, les fils de Zébédée, vinrent auprès de Jésus. Ils lui dirent : « Maître, nous désirons que tu fasses pour nous ce que nous te demanderons. » — 36« Que voulez-vous que je fasse pour vous ? » leur dit Jésus. 37Ils lui répondirent : « Quand tu seras dans ton règne glorieux, accorde-nous de siéger à côté de toi, l'un à ta droite, l'autre à ta gauche. » 38Mais Jésus leur dit : « Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe de douleur que je vais boire, ou recevoir le baptême de souffrance que je vais recevoir ? » 39Et ils lui répondirent : « Nous le pouvons. » Jésus leur dit : « Vous boirez en effet la coupe que je vais boire et vous recevrez le baptême que je vais recevoir. 40Mais ce n'est pas à moi de décider qui siègera à ma droite ou à ma gauche ; ces places sont à ceux pour qui Dieu les a préparées. »

41Quand les dix autres disciples entendirent cela, ils s'indignèrent contre Jacques et Jean. 42Alors Jésus les appela tous et leur dit : « Vous le savez, ceux qu'on regarde comme les chefs des peuples les commandent en maîtres, et les grands personnages leur font sentir leur pouvoir. 43Mais cela ne se passe pas ainsi parmi vous. Au contraire, si l'un de vous veut être grand, il doit être votre serviteur, 44et si l'un de vous veut être le premier, il doit être l'esclave de tous. 45Car le Fils de l'homme lui-même n'est pas venu pour se faire servir, mais il est venu pour servir et donner sa vie comme rançon pour libérer une multitude de gens. »

 


CHANT : confession de foi chantée AEC 566 ou Rec Alléluia 23-11, 1-3

 Je crois en Toi, mon Sauveur ressuscité

 


Prière d'intercession

Sur ce chemin de Carême qui s’achève lentement, Seigneur, donne-nous de toujours et encore contempler le don sans retenue que tu as fait au monde, par Amour.

Eloigne de nous cette conviction tenace qu’il s’agit avant tout de servir d’abord nos propres intérêts, nos propres désirs.

Que ton Eglise suscite des serviteurs fidèles,  capables de bâtir des ponts entre les femmes et les hommes, plutôt que de fabriquer des frontières et tous ces murs invisibles que nous dressons autour de nous.

Fais- nous approcher de l'idéal si pur d'offrande et de partage, en ne cherchant pas à servir d’abord notre bonheur et notre ego en premier.

Fais taire en nous toute tentation de xénophobie, de peur de l’autre, du différent parce qu’il n’a pas ma couleur de peau, ma religion, mes idées…

Dans le silence, nous voulons te remettre  toutes les situations qui nous préoccupent. L’avenir de cette paroisse, ses projets, ceux qui la font vivre aujourd’hui.

 

Nous pensons aussi  à ceux qui sont malades, aux endeuillés, à ceux qui ne trouvent pas ou plus de sens à leur existence.

 

Nous te prions pour les puissants et les forts, éveille en eux la compassion pour les petits et ramène les à des valeurs plus authentiques.

Nous te le demandons au nom de Jésus Christ qui nous a appris à te dire :

Notre Père

 

 

Chant : Bénis-nous Seigneur  Rec Alléluia 62-82 , 1+3

 

Bénédiction et envoi.

Que le Seigneur vous ouvre les chemins qui conduisent jusqu’à lui.

Qu’il vous accompagne tout au long de votre route,

Quels que soient vos déserts, vos tunnels, vos passages difficiles,

Que son amour soutienne votre foi et vous ouvre à l’espérance

Qu’il vous aide à le servir dans votre vie de tous les jours

Et qu’il vous bénisse au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.


79 vues

Comments


bottom of page