top of page

Panier garni du 4ème Avent 18 décembre 2022



Dimanche 18 décembre 2022 – culte du 4ème Avent, avec Ste-Cène


Prélude et Accueil : Au nom de Dieu, Père, Fils et Esprit, soyez les bienvenus à ce culte du 4ème dimanche du temps de l'Avent.

Soyez les bienvenus à ce culte du 4ème avent qui nous ouvre à la joie de Noël !

Le thème et le mot d'ordre de ce dimanche nous invitent à la joie :

"Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur, je le répète, réjouissez-vous. Le Seigneur est proche" Philippiens 4, 5b

Il vient, fruit de Dieu, par le ventre d’une femme. Il vient naître dans le berceau d’humanité. Il vient consoler ceux qui pleurent. Il vient homme pour être Dieu parmi les hommes. Il vient établir le pouvoir de la vie. Chantons pour hâter la venue de cette joie imminente d’un cœur joyeux !


CHANT : Nos cœurs te chantent AEC 255, 1+2


Louange :

P : Quelle joie quand on m’a dit : „Allons à la maison du Seigneur !“

Ass : Les cieux racontent la gloire de Dieu, toutes les étoiles annoncent ce qu’il a fait.

P : Chaque jour raconte cela au jour suivant, chaque nuit le fait connaître à la nuit qui la suit.

Ass : La loi du Seigneur est parfaite, elle redonne la vie.

P : Les exigences du Seigneur sont justes, elles rendent le cœur joyeux

Ass : Vous qui obéissez au Seigneur, réjouissez-vous à cause de lui !

Chantez sa louange en rappelant son nom très saint !

Répons: Bénissez l’Eternel AEC 161

Pénitence

Seigneur, tu es proche, ta venue est proche. Aujourd’hui, cependant, nous reconnaissons humblement que nos cœurs et nos têtes ont été occupés par tant d’autres choses : préparatifs de la fête, le menu, les cadeaux... le prix de l’électricité, les délestages annoncés, les bruits de la guerre aux portes de l’Europe, les affaires et autres faits divers… la joie de ta venue a, comme tous les ans eu du mal à s’installer.

Le monde va mal ; beaucoup de femmes et d’hommes qui le peuplent vont mal ; nous sommes presque gênés par cet appel à la joie.

Comment pourrions-nous nous réjouir avec tant d’obscurité et d’incertitudes…


Nous t'en prions, Seigneur, aide-nous à ne pas rater ce qui est essentiel Amen

Seigneur, aie pitié de nous, nous te chantons cette demande de pardon


Répons : Prends pitié de moi (mél Kumbaya, ou AEC 609)


Annonce de la grâce

Comme c’était le cas pour le 1er Avent, lorsque nous allumions la bougie lumière, puis joie, puis paix, puis espérance, je rappelle ce matin ces versets d’Evangile.


Jésus dit : Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres.

Je suis la lumière du monde, celui qui me suit ne marchera pas dans l’obscurité.

A quoi sert la lumière sous elle est mise sous le boisseau ?


Répons : Toi qui es lumière AEC 318/5


Lectures bibliques :

1) Esaïe 62, 1-5


62 Pour l'amour de Sion je ne me tairai point, Pour l'amour de Jérusalem je ne prendrai point de repos, Jusqu'à ce que son salut paraisse, comme l'aurore, Et sa délivrance, comme un flambeau qui s'allume.

2 Alors les nations verront ton salut, Et tous les rois ta gloire; Et l'on t'appellera d'un nom nouveau, Que la bouche de l'Éternel déterminera.

3 Tu seras une couronne éclatante dans la main de l'Éternel, Un turban royal dans la main de ton Dieu.

4 On ne te nommera plus délaissée, On ne nommera plus ta terre désolation; Mais on t'appellera mon plaisir en elle, Et l'on appellera ta terre épouse; Car l'Éternel met son plaisir en toi, Et ta terre aura un époux.

5 Comme un jeune homme s'unit à une vierge, Ainsi tes fils s'uniront à toi; Et comme la fiancée fait la joie de son fiancé, Ainsi tu feras la joie de ton Dieu.



Répons : Alléluia


2) LUC 1,26-38

26 Au sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,

27 auprès d'une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie.

28 L'ange entra chez elle, et dit: Je te salue, toi à qui une grâce a été faite; le Seigneur est avec toi.

29 Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation.

30 L'ange lui dit: Ne crains point, Marie; car tu as trouvé grâce devant Dieu.

31 Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus.

32 Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.

33 Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n'aura point de fin.

34 Marie dit à l'ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme?

35 L'ange lui répondit: Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu.

36 Voici, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois.

37 Car rien n'est impossible à Dieu.

38 Marie dit: Je suis la servante du Seigneur; qu'il me soit fait selon ta parole! Et l'ange la quitta.




Répons : Louange à toi ô Christ

CHANT : Nous avons vu les pas AEC 320, 1-3

Prédication

La joie! Dans nos assemblées protestantes luthériennes souvent plus intellectuelles qu'émotionnelles, voici que la dernière des 4 bougies de l'Avent nous demande comme chaque année, de nous pencher un peu sur cette émotion: la joie!

Depuis le "Y'a d' la joie" de M Trenet, on a l'impression qu'il n'y a plus guère d'hirondelles à qui dire bonjour! « Une hirondelle fait mon printemps », disait l'autre; mais problème, nous sommes à 3 jours de l'hiver et on l’a bien remarqué depuis mercredi dernier! Pas d’hirondelles dans la neige ; on voit plutôt des corbeaux et des corneilles, qui rappellent la corvée originelle que Noé leur adressait: sortir de l'arche pour vérifier si l'eau du Déluge avait baissé. Et oui, corbeau et corvée ont la même racine, vous le savez sans doute! Ce sera du coup un oiseau de malheur, notre maître corbeau!

Je voulais vous parler de joie et déjà je digresse vers le malheur ! La joie est pourtant bien une émotion qui a toute sa place dans une église chrétienne: pourquoi? Parce qu'elle est une émotion biblique!

Ecoutez déjà ce condensé du livre du prophète Sophonie, chapitre 3, 7 siècles avant le 1er Noël:

4 Réjouis-toi, fille de Sion ! Réjouis-toi et triomphe de tout cœur, fille de Jérusalem !

15 L’Éternel a retourné le jugement qui pesait sur toi il a écarté ton ennemi ;

17 L’Éternel, ton Dieu, en ton sein, est un héros qui te sauve ; il est dans l’allégresse car tu es sa joie il fait silence par amour pour toi ; il jubile à propos de toi, explosant de joie.

Et qui dire du texte du jour de Paul aux Philippiens 4, dont est issu notre mot d'ordre de la semaine:

4Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ; je le répète, réjouissez-vous ! 5Que votre attitude conciliante soit connue de tous. Le Seigneur est proche. 6Ne vous inquiétez de rien ; mais, en tout, par la prière et la supplication, avec des actions de grâces, faites connaître à Dieu vos demandes. 7Et la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée, gardera votre cœur et votre intelligence en Jésus-Christ.

Les mots de Sophonie nous semblent être plus personnels, plus adressés à cœur de chacune et de chacun. Est-ce que ça ne nous laisse froid et distant d’entendre que Dieu est dans l’allégresse parce que toi et moi, chacun, nous sommes sa joie ! Pas une joie diffusée à l’arroseur automatique, bombardée du ciel… pas une liesse collective comme une victoire en coupe du monde pourra procurer à certains… non, quelque chose de plus intime, de plus sincère, de plus durable aussi !

Ces mots à quelques jours de Noël ont pour objectif de nous booster, de nous doper.

Réjouis-toi, dit autrement, ce serait « espère avoir un meilleur moral ! », surtout si tu n’en es pas capable ! Espère une joie inatteignable.

Réjouis-toi, ça veut dire aussi ne sois pas trop crispé par ton passé, essaye de te libérer du jugement, du mépris. Ma dignité, ta dignité, notre dignité nous vient de Dieu pour lequel nous sommes ses enfants. Cela vient de loin, de très loin, ça nous dépasse. C’est comme « être fils ou fille de »…

Se réjouir, c’est aussi une posture, un mouvement : c’est un travail à l’intérieur qui se voit à l’extérieur ; avoir moins peur, mobiliser sa force pour créer, ouvrir une main, …

On sait que ce n’est pas toujours facile, les peurs sont enfermantes, les habitudes tenaces et nous connaissons aussi nos passés, et ses points faibles, le nom de celles et de ceux que nous avons déçu, trahi… Alors oui, sans doute que l’apôtre doit nous répéter cette injonction à la joie. « Réjouissez-vous, oui je vous le répère, réjouissez-vous… et encore une fois, réjouissez-vous ! »

La joie étant une émotion, donc par définition éphémère et fluctuante, pas toujours évident de se conformer à ces paroles de l’apôtre Paul ! A moins de prendre des substances illicites ou de confondre la foi avec une drogue euphorisante – à vue humaine, il est impossible d’être toujours joyeux. Mais justement, Paul veut amener les destinataires de sa lettre à voir les choses différemment, du point de vue spirituel. Il les invite à accueillir une joie, qui dépasse leur compréhension courante des choses. En effet, Il s’agit d’une joie qui trouve sa source dans la rencontre avec le Christ.

Paul parle du lieu de son expérience, une expérience qu’il souhaite partager avec la communauté des Philippiens. Comment peut-il être joyeux alors qu’il leur écrit depuis une prison ? Est-il en train d’occulter la réalité de l’épreuve qu’il traverse ? Paul ferait-il partie de la catégorie des pervers narcissiques amnésiques qu’aucun événement ne peut déstabiliser et qui retombent toujours sur leurs pattes, quitte à détruire autour d’eux ? Loin de là.

En lisant l’Epître aux Philippiens, on se rend compte que la joie qui l’anime naît d’un lien : bien sûr avec le Christ, évidemment avec Dieu, mais aussi avec les autres. Pour Paul, la joie naît et se ravive au cœur de la relation : la joie s’exprime dans la prière, dans l’hospitalité, dans la capacité de se soutenir dans un projet plus grand et plus vaste que le seul accomplissement de ses propres désirs et que ses ambitions…

Ainsi, la joie est le fruit de cette capacité qu’ont les chrétiens d’avoir une pensée commune. Une pensée commune qui n’est pas une pensée unique, loin de là ! « Avoir la même pensée » dépasse le seul domaine de l’intellect. C’est aussi la capacité de travailler ensemble, d’avoir une même ‘politique’

C’est dans la rencontre que nait la joie, elle se trouve dans ce chemin toujours renouvelé vers l’autre… Ce matin, en communauté, mais aussi chacun en tant qu’unique, en tant qu’individu est invité à aller vers, à se mettre en route vers la table où le Christ souhaite nous accueillir autour du pain et du vin.

« Vous n’aurez pas ma haine», c’est le titre d’un livre d’Antoine Leiris, un journaliste de 41 ans dont la femme est morte dans l’attentat du Bataclan.

Dans le monde dans lequel nous vivons, par rapport à nos vies pas toujours simples, peut-être que le peuple chrétien pourrait dire : « Vous n’aurez pas ma joie un la joie de la fête.

Personne ne doit pouvoir nous prendre notre joie. Et ce n’est qu’en union, qu’en communion les uns avec les autres que nous pourrons résister.

C’est sur ce verset que se conclue notre passage du jour, un souhait de bénédiction :Et la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée, gardera votre cœur et votre intelligence en Jésus-Christ

Sur les 4 images illustrant ce verset, faites votre choix….



Le lever de soleil sur les blancs sommets.

La chaleur du soleil du midi accueillie bras ouverts

Le coucher de soleil sur la mer…

Mon choix va au cygne tout seul sur son lac… j’entends le silence, je sens la sérénité. Et j’y aime la lumière, entre jour et nuit, ou entre nuit et jour, on ne sait pas. C’est la nuit de Noël ou le matin de Pâques. En tout cas, Dieu est présent. Et ça réveille en moi la… joie ! AMEN

(interlude à l’orgue)

CHANT : Oh viens Seigneur ne tarde pas ! AEC 310, 1-3


Annonces-


LITURGIE DE SAINTE CENE : AEC 863 Saint saint saint et AEC 871 Christ est venu

Prière d’intercession :

A quelques jours de la fête de Noël qui devrait être pour tous les hommes la fête de la joie, nous voulons présenter à Dieu toutes les situations de détresse et toutes les personnes pour lesquels Noël, cette année, sera une épreuve, une souffrance, voire un déchirement.//

Nous te prions pour les familles, qu’elles reçoivent dans ces fêtes un respect mutuel et un amour renouvelé.


Nous pensons à ceux qui sont sans famille ou loin d’elle, qu’ils se sentent accueillis par toi Seigneur et par ton église.


Nous te remettons ta famille, que chaque communauté qui se réclame de toi renaisse sans cesse à ton amour et soit une source d’amour pour tous les hommes.//


Tu nous rejoins au cœur de nos besoins, merci !

Tu nous relèves quelles que soient nos détresses, bénis sois-tu !

Merci pour Noël qui nous rapproche de toi et fortifie notre foi.

AMEN

Avec Jésus Christ, nous te disons : Notre Père…


Communion sous les deux espèces hosties et vin ( gobelets à préparer)

Envoi et Bénédiction

Recevez le mot d’ordre de ce dimanche comme une parole sur votre route :

« Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur, je le répète, réjouissez-vous. Le Seigneur est proche Phil 4, 5b


CHANT AEC 315/3 Quand s’éveilleront nos coeurs

0 commentaire
bottom of page