Panier garni du 30 octobre Réformation



Accueil

Soyez tous les bienvenus pour ce culte de la fête de la Réformation que nous célébrons au nom du Dieu trois fois saint.

Aujourd’hui, nous protestants ou sympathisants du protestantisme, nous nous souvenons de l’action du moine Martin Luther et de sa protestation contre les dérives de l’Eglise de son temps : au-delà des dérives financières symbolisées par les Indulgences, Luther s’est battu pour que la Bible ne soit plus le monopole du clergé et d’une certaine élite ; rendre la Bible accessible et compréhensible pour tous, pouvoir se faire son opinion, afin que chacun puisse choisir en âme et conscience ce Dieu auquel elle fait référence, voilà le combat de Martin Luther.


Fêter la Réforme, 505 ans après le 31 octobre 1517, cela signifie pour nous aujourd’hui qu’en tant qu’homme, que femme libres, nous souhaitons placer notre confiance et notre espérance dans le Dieu de Jésus-Christ seul, pas besoin de pape, de saints et d’autres intermédiaires entre Dieu et nous.


Le verset de la semaine, nous redit ce qui constitue le cœur de notre foi, à savoir Jésus le Christ. Ainsi il est écrit : « Nul ne peut poser un autre fondement que celui qui est en place Jésus Christ » 1 Cor 3, 11


Vivre libre ! C’est notre vœu le plus cher !


Nous aimerions êtres libres comme l’oiseau dans le ciel !

Libre de nos angoisses ; libre des contraintes ; libre de tout ce qui alourdit notre marche et nous tire vers le bas.

« Le Christ nous a libérés pour que nous soyons vraiment libres ! »



En ce jour de la fête de la Réformation, trouvons force et réconfort dans cette promesse du Psaume 46 dont Luther s’est inspiré pour son fameux cantique « Ein feste Burg ist unser Gott » « Dieu est pour nous un abri sûr, un secours toujours prêt dans la détresse. C’est pourquoi nous n’avons rien à craindre quand la terre est bouleversée » Psaume 46, 2-3



CHANT: c’est un rempart que notre Dieu AEC 543, 1+2 et une strophe en allemand



Psaume 46 (en alternance) :


P :Dieu est pour nous un abri sûr,

Ass :un secours toujours prêt dans la détresse.

P : C'est pourquoi nous n'avons rien à craindre,

Ass : même si la terre se met à trembler, si les montagnes s'écroulent au fond des mers.

P : Dieu est là, dans la ville, elle tiendra bon ;

Ass : dès que le jour se lève, il lui apporte son secours.


Répons : Gloire soit au Père, gloire soit au Fils, gloire au Saint Esprit

AEC 821


Pénitence :

C’est en lisant assidûment la Bible et notamment l’épître de Paul aux Romains, que Martin Luther redécouvrit le sens formidablement libérateur et à l’origine du mouvement réformateur de cette vieille parole écrite jadis par le prophète Habacuc au 7ème siècle avant Jésus-Christ et citée souvent par l’apôtre Paul :

Le juste vivra par la foi. (Habacuc 2.4)


Je vous invite à la prière :

Le juste vivra par la foi, pour nous aussi cette Parole est première.

Le juste vivra par la foi, mais pas par n’importe quelle foi ! Pas celle qui appelle à la haine, à la division, au meurtre…


Seigneur,

Tu nous appelles à être intègres, à pratiquer la justice et la vérité.

Nous sommes divisés, prisonniers de nos hypocrisies et de nos jugements.

Tu nous appelles à pratiquer le droit et à aimer la bonté. L’actualité ferait plutôt que nous voulions nous aussi être violents, et répondre au fanatisme par la haine…

Tu nous appelles à marcher humblement avec toi, à toujours te chercher. Fais que nous restions humbles et remplis de sagesse !


Nous te prions pour que, par ta grâce, la foi, l’Évangile, l'amour, la justice... ne soient plus de simples mots entendus dans la Bible que nous lisons, mais qu'ils deviennent des signaux qui jalonnent la route sur laquelle nous marchons. Sur nos routes ensanglantées par le sang de martyrs qui sont morts à cause de leur foi, sur les chemins de ce reconfinement qui nous angoisse et paralyse nos activités…


Répons : Seigneur reçois, Seigneur pardonne AEC 407, 1

Annonce de la grâce : Le juste vivra par la foi.

Telle est la belle assurance que Paul partage avec les Corinthiens :

Dieu vous a unis à Jésus-Christ, il a fait du Christ votre sagesse.

Par le Christ nous sommes rendus justes devant Dieu, nous sommes amenés à vivre pour Dieu, nous sommes délivrés du péché.

(l Corinthiens 1.30)

Chantons notre reconnaissance :

Répons : Notre Dieu est délivrance AEC 160


Baptême de Cyprian René Gérard GERGES ( Cyril et Cynthia)

Parrain Quentin et marraine Elisabeth


CHANT de baptême AEC 614, 3 Tu es là (accordéon)


Première lecture :

Romains 3 :

21 Mais maintenant, Dieu nous a montré comment il nous rend justes devant lui, et cela sans l'intervention de la loi. Les livres de la Loi et des Prophètes l'avaient déjà attesté : 22 Dieu rend les hommes justes à ses yeux par leur foi en Jésus-Christ. Il le fait pour tous ceux qui croient au Christ, car il n'y a pas de différence entre eux : 23 tous ont péché et sont privés de la présence glorieuse de Dieu. 24 Mais Dieu, dans sa bonté, les rend justes à ses yeux, gratuitement, par Jésus-Christ qui les délivre du péché. 25 Dieu l'a offert en sacrifice afin que, par sa mort, le Christ obtienne le pardon des péchés en faveur de ceux qui croient en lui. Dieu a montré ainsi qu'il est toujours juste : il l'était autrefois quand il a patienté et laissé impunis les péchés des hommes ; il l'est dans le temps présent, puisqu'il veut à la fois être juste et rendre justes tous ceux qui croient en Jésus.

27 Y a-t-il donc encore une raison de nous enorgueillir ? Non, aucune ! Pourquoi ? Parce que ce qui compte, ce n'est plus d'obéir à la loi, mais c'est de croire. 28 Nous estimons, en effet, qu'un être humain est rendu juste devant Dieu à cause de sa foi et non parce qu'il obéirait en tout à la loi.

Répons : Alléluia

Deuxième lecture :

Lecture de l’Evangile de Matthieu, 5, versets 1-10

1Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne ; et, après qu'il se fut assis, ses disciples s'approchèrent de lui. 2Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit : 3Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! 4Heureux les affligés, car ils seront consolés ! 5Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre ! 6Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! 7Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ! 8Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! 9Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! 10Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux !

Répons : Louange à toi, ô Christ



Prédication

Aujourd’hui, est un jour particulier : c’est dimanche. Et puis il y aura du bon rosbif pour ceux qui se sont inscrits !

Ici à Lingolsheim, depuis plusieurs années, la paroisse protestante marque l’anniversaire de la Réforme en organisant un repas festif au foyer paroissial. Nous n’oublions pas d’ouvrir notre fête à tous ceux qui le veulent : les catholiques, orthodoxes, athées sont aussi les bienvenus !

Cette année, nous avons même convié le nouveau curé de la Ville, père Daniel ETTE et son adjoint, le père Edgar. Vous voyez, on a fait du chemin depuis le 31 octobre 1517.

Une date que nous commémorons année après année, un peu comme un rite quasiment sacré, sacralisé, on fait presque de Luther ce qu’il n’aurait jamais voulu être, un saint ! D’ailleurs, certaines de ses prises de position ne sont pas recommandables, je pense en particulier à sa haine des juifs.

Non, donc pour Martin Luther, pas de vénération particulière ; il y a juste que la tradition dit que le 31 octobre 1517 marquait le début du combat de Luther contre son Eglise et la papauté avec le placardage des 95 thèses contre les indulgences sur les portes de l’église de Wittenberg, dans le land de la Saxe- Anhalt, là où il était curé de village.

Dans notre inconscient collectif protestant, on imagine le jeune moine, de moins de 35 ans, se diriger d’un pas sûr vers la porte de son église, avec un marteau dans une main et dans l’autre, son papier manuscrit contre les indulgences. Le tout, un dimanche matin, avant la messe qui allait attirer les foules en cette veille de Toussaint…

L’imagerie d’Epinal se froissera déjà un peu quand vous saurez que le 31 octobre 1517 était un mercredi…

Voilà une information…

Oui, il est aussi du devoir de l’Eglise d’informer… de former, d’éviter de déformer, et surtout de se réformer. L’église est toujours dans le besoin de se réformer : Ecclesia semper reformanda est… saint Augustin, Jean Gerson au 14ème, Luther, Karl Barth plus près de nous… tous avaient en bouche et en tête, en projet cette nécessaire réforme de l’Eglise.


Bien sûr que les réformes ne devraient pas se limiter aux seules sphères concernant les doctrines en terme de foi et de spiritualité ; les réformes sont à mener sur tous les terrains : politiques, sociaux, environnementaux, énergétiques, …

L’actualité récente et souvent dramatique fait souvent le beurre de ceux qui souhaitent récupérer les faits divers pour durcir la loi, la hâter, … la triste affaire autour de Lola en est un exemple. On a envie de réformer quand on est révolter, c’est comme ça ! Et puis après, c’est le train-train qui revient, on oublie, jusqu’à la prochaine fois…

Au début du Covid, on rêvait à la société de demain : solidarité avec les voisins, attention aux ainés et aux isolés, consommation raisonnée, plus de proximité avec la nature, envie d’être un citoyen plus impliqué et plus attentif… Qu’en reste-t-il ? (peanuts…nada)


On pourra toujours se dire que les chrétiens ne sont qu’une partie de la population mondiale, que les protestants en sont une portion congrue… Que si tout le monde était protestant, il tournerait mieux… Peut-être…


505 ans après ce fameux mercredi 31 octobre, nous nous souvenons en tout cas du combat de frère Martin.

En relisant certaines archives, je suis tombé sur un vieux numéro du « Point » autour d’un célèbre prophète catholique, qui fut en son temps la personnalité préférée des français, l’Abbé Pierre.

Il avait sorti à cette époque son dernier livre où il témoignait de sa foi et de ses doutes, de ses tentations et ses péchés ; ce qu’il pense de son Eglise. Déjà en 2005, il dénonce ses archaïsmes. Le refus du mariage des prêtres, de l’ordination des femmes, une certaine hypocrisie.


Et puis, toujours dans ce même numéro du « Point », se trouvaient les conclusions du dernier synode de Rome. Les « princes de l’Eglise » réaffirmaient solennellement et presque à l’unanimité :

- leur opposition à l’ordination d’hommes mariés à la prêtrise,

- l’interdiction de communier aux divorcés à moins qu’il ne vivent dans la chasteté !

- leur opposition à l’intercommunion avec les protestants,


Nous étions à l’époque en l’an de grâce 2005, je préparais mon ordination pour l’année suivante. J’allais entrer dans l’église protestante, chez les luthériens, là où j’ai été baptisé à l’âge de 4 mois et demi et là où j’ai accepté mon baptême 13 ans plus tard.


J’étais un protestant, parce que quelqu’un, un jour, avait protesté…

Protestant a deux sens : Protester, remettre en question, dénoncer des abus, des injustices…

Luther l’a fait en son temps.

Pour nous, il est essentiel pourtant que nous en arrivions au 2ème sens, qui se trouve dans le mot protestant, pro-tester ; témoigner ouvertement, témoigner devant…

Quel est notre témoignage, notre spécificité, notre vocation au sein de l’église universelle, dans notre monde contemporain ?

Notre place ? Car bien sûr notre salut ne viendra pas de décisions humaines.

La réforme luthérienne est certes née de l’indignation de Luther face à l’infidélité, la mondanisation de l’Eglise du Moyen Âge.

Mais, elle est surtout née de la rencontre personnelle et vivante de Luther avec le Dieu vivant, Jésus Christ vivant, et ceci à travers la Bible, la Parole de Dieu.


Luther «flairait » bien Dieu lorsqu’il était moine et curé de campagne, mais tout a changé lorsqu’il l’a rencontré personnellement et là, sa vie a été bouleversée. Il est devenu un autre homme « il est comme passé de l’obscurité en plein soleil ».

Pour lui s’est réalisé ce que nous avons lu chez Matthieu. Il en était devenu heureux !


Sa conviction était si forte que rien ni personne, ni les pires châtiments et tortures, ne pouvaient l’empêcher de témoigner pour Jésus Christ.


Au moment de son procès devant l’empereur Charles Quint et les plus hauts dignitaires de son Eglise, à Worms, il aura une seule phrase pour sa défense : « J’ai été convaincu par les arguments bibliques que j’ai cité et ma conscience est liée à la Parole de Dieu. Je ne peux et ne veux rien révoquer, car il est dangereux et il n’est pas droit d’agir contre sa propre conscience… Je ne puis autrement me voici ….. que Dieu me soit en aide. ».

Voilà qui engendre aussi pour le protestant d’aujourd’hui que pour lui, l’autorité ne vienne pas d’abord de l’Eglise, d’une institution, d’un pape, mais l’autorité intérieure de sa conscience éclairée par la Parole de Dieu.

« Il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes ».

Cela fait certes du chrétien protestant « l’esclave du Jésus-Christ » mais aussi l’homme le plus libre qui soit !!!


Esclave de Jésus-Christ mais maître de son destin.

Esclave de Jésus-Christ mais libre face à toutes les idoles de notre temps et de notre société.

Libre face à tous les intégrismes et conservatismes dans lesquels on croit trouver le salut aujourd’hui.

Non, nous ne rêvons pas d’une église où tout le monde aurait la même théologie, la même sensibilité, le même comportement, la même lecture de la Bible, la même foi, ….

« C’est un rêve Babélique » écrivait à ce sujet Antoine Nouïs


Nous croyons à la diversité et au dialogue avec la diversité des croyances religieuses, à l’ouverture, au pardon, à l’égalité homme et femme, les femmes qui portent avec les hommes et à égalité, la responsabilité de la vie dans ce monde.

Nous croyons à une église universelle mais diverse.


Voilà l’héritage laissé par celui qui avait trouvé en Dieu un rempart, un abri sûr.

Qu’il le soit aussi pour nous, 505 ans plus tard… AMEN


Cantique : Dieu fait de nous en Jésus Christ ARC 537, 1-4


Annonces –


Intercession : Seigneur notre Dieu, nous voulons en ce jour de fête pour notre Eglise te remercier d’offrir toujours et encore des femmes et des hommes courageux qui répandent ton enseignement de vie.

Aide, Seigneur, que ta Parole touche à son but, sans que nous soyons obsédés par nos manquements et nos performances personnels.


Nous te prions pour notre paroisse, notre Eglise locale et les protestants du monde entier ; pour celles et ceux qui se laissent bousculés par ton Evangile ; pour ceux qui osent se lever et qui revendiquent leur foi dans des contextes politiques hostiles.

Prends pitié, Seigneur, de ceux qui ne te trouvent pas…de tous ceux qui sont amers et blasés de la religion…



Oui Dieu, permets que nous demeurions fermes dans la foi et que nous ne cédions pas au doute.

Dieu tout-puissant, rappelle-nous toujours que personne ne peut nous faire du mal, sans se nuire mille fois plus à tes yeux.

Dieu tout-puissant, accorde-nous de rejeter toute haine et tout esprit de discorde pour vivre ensemble comme de vrais enfants de Dieu, disant en parfaite amitié non pas « mon Père » mais …« notre Père …qui es aux cieux… »


CHANT : Affermis-nous par ton Esprit AEC 884


Bénédiction : Poursuivez votre route dans le Christ, Jésus le Seigneur, tel que vous l’avez reçu. Soyez enracinés et fondés en lui, affermis dans la foi et débordants de reconnaissance.

Et que le Dieu tout-puissant et miséricordieux vous bénisse et vous garde, le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Amen

Accueil

Soyez tous les bienvenus pour ce culte de la fête de la Réformation que nous célébrons au nom du Dieu trois fois saint.

Aujourd’hui, nous protestants ou sympathisants du protestantisme, nous nous souvenons de l’action du moine Martin Luther et de sa protestation contre les dérives de l’Eglise de son temps : au-delà des dérives financières symbolisées par les Indulgences, Luther s’est battu pour que la Bible ne soit plus le monopole du clergé et d’une certaine élite ; rendre la Bible accessible et compréhensible pour tous, pouvoir se faire son opinion, afin que chacun puisse choisir en âme et conscience ce Dieu auquel elle fait référence, voilà le combat de Martin Luther.


Fêter la Réforme, 505 ans après le 31 octobre 1517, cela signifie pour nous aujourd’hui qu’en tant qu’homme, que femme libres, nous souhaitons placer notre confiance et notre espérance dans le Dieu de Jésus-Christ seul, pas besoin de pape, de saints et d’autres intermédiaires entre Dieu et nous.


Le verset de la semaine, nous redit ce qui constitue le cœur de notre foi, à savoir Jésus le Christ. Ainsi il est écrit : « Nul ne peut poser un autre fondement que celui qui est en place Jésus Christ » 1 Cor 3, 11


Vivre libre ! C’est notre vœu le plus cher !


Nous aimerions êtres libres comme l’oiseau dans le ciel !

Libre de nos angoisses ; libre des contraintes ; libre de tout ce qui alourdit notre marche et nous tire vers le bas.

« Le Christ nous a libérés pour que nous soyons vraiment libres ! »



En ce jour de la fête de la Réformation, trouvons force et réconfort dans cette promesse du Psaume 46 dont Luther s’est inspiré pour son fameux cantique « Ein feste Burg ist unser Gott » « Dieu est pour nous un abri sûr, un secours toujours prêt dans la détresse. C’est pourquoi nous n’avons rien à craindre quand la terre est bouleversée » Psaume 46, 2-3



CHANT: c’est un rempart que notre Dieu AEC 543, 1+2 et une strophe en allemand



Psaume 46 (en alternance) :


P :Dieu est pour nous un abri sûr,

Ass :un secours toujours prêt dans la détresse.

P : C'est pourquoi nous n'avons rien à craindre,

Ass : même si la terre se met à trembler, si les montagnes s'écroulent au fond des mers.

P : Dieu est là, dans la ville, elle tiendra bon ;

Ass : dès que le jour se lève, il lui apporte son secours.


Répons : Gloire soit au Père, gloire soit au Fils, gloire au Saint Esprit

AEC 821


Pénitence :

C’est en lisant assidûment la Bible et notamment l’épître de Paul aux Romains, que Martin Luther redécouvrit le sens formidablement libérateur et à l’origine du mouvement réformateur de cette vieille parole écrite jadis par le prophète Habacuc au 7ème siècle avant Jésus-Christ et citée souvent par l’apôtre Paul :

Le juste vivra par la foi. (Habacuc 2.4)


Je vous invite à la prière :

Le juste vivra par la foi, pour nous aussi cette Parole est première.

Le juste vivra par la foi, mais pas par n’importe quelle foi ! Pas celle qui appelle à la haine, à la division, au meurtre…


Seigneur,

Tu nous appelles à être intègres, à pratiquer la justice et la vérité.

Nous sommes divisés, prisonniers de nos hypocrisies et de nos jugements.

Tu nous appelles à pratiquer le droit et à aimer la bonté. L’actualité ferait plutôt que nous voulions nous aussi être violents, et répondre au fanatisme par la haine…

Tu nous appelles à marcher humblement avec toi, à toujours te chercher. Fais que nous restions humbles et remplis de sagesse !


Nous te prions pour que, par ta grâce, la foi, l’Évangile, l'amour, la justice... ne soient plus de simples mots entendus dans la Bible que nous lisons, mais qu'ils deviennent des signaux qui jalonnent la route sur laquelle nous marchons. Sur nos routes ensanglantées par le sang de martyrs qui sont morts à cause de leur foi, sur les chemins de ce reconfinement qui nous angoisse et paralyse nos activités…


Répons : Seigneur reçois, Seigneur pardonne AEC 407, 1

Annonce de la grâce : Le juste vivra par la foi.

Telle est la belle assurance que Paul partage avec les Corinthiens :

Dieu vous a unis à Jésus-Christ, il a fait du Christ votre sagesse.

Par le Christ nous sommes rendus justes devant Dieu, nous sommes amenés à vivre pour Dieu, nous sommes délivrés du péché.

(l Corinthiens 1.30)

Chantons notre reconnaissance :

Répons : Notre Dieu est délivrance AEC 160


Baptême de Cyprian René Gérard GERGES ( Cyril et Cynthia)

Parrain Quentin et marraine Elisabeth


CHANT de baptême AEC 614, 3 Tu es là (accordéon)


Première lecture :

Romains 3 :

21 Mais maintenant, Dieu nous a montré comment il nous rend justes devant lui, et cela sans l'intervention de la loi. Les livres de la Loi et des Prophètes l'avaient déjà attesté : 22 Dieu rend les hommes justes à ses yeux par leur foi en Jésus-Christ. Il le fait pour tous ceux qui croient au Christ, car il n'y a pas de différence entre eux : 23 tous ont péché et sont privés de la présence glorieuse de Dieu. 24 Mais Dieu, dans sa bonté, les rend justes à ses yeux, gratuitement, par Jésus-Christ qui les délivre du péché. 25 Dieu l'a offert en sacrifice afin que, par sa mort, le Christ obtienne le pardon des péchés en faveur de ceux qui croient en lui. Dieu a montré ainsi qu'il est toujours juste : il l'était autrefois quand il a patienté et laissé impunis les péchés des hommes ; il l'est dans le temps présent, puisqu'il veut à la fois être juste et rendre justes tous ceux qui croient en Jésus.

27 Y a-t-il donc encore une raison de nous enorgueillir ? Non, aucune ! Pourquoi ? Parce que ce qui compte, ce n'est plus d'obéir à la loi, mais c'est de croire. 28 Nous estimons, en effet, qu'un être humain est rendu juste devant Dieu à cause de sa foi et non parce qu'il obéirait en tout à la loi.

Répons : Alléluia

Deuxième lecture :

Lecture de l’Evangile de Matthieu, 5, versets 1-10

1Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne ; et, après qu'il se fut assis, ses disciples s'approchèrent de lui. 2Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit : 3Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! 4Heureux les affligés, car ils seront consolés ! 5Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre ! 6Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! 7Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ! 8Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! 9Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! 10Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux !

Répons : Louange à toi, ô Christ



Prédication

Aujourd’hui, est un jour particulier : c’est dimanche. Et puis il y aura du bon rosbif pour ceux qui se sont inscrits !

Ici à Lingolsheim, depuis plusieurs années, la paroisse protestante marque l’anniversaire de la Réforme en organisant un repas festif au foyer paroissial. Nous n’oublions pas d’ouvrir notre fête à tous ceux qui le veulent : les catholiques, orthodoxes, athées sont aussi les bienvenus !

Cette année, nous avons même convié le nouveau curé de la Ville, père Daniel ETTE et son adjoint, le père Edgar. Vous voyez, on a fait du chemin depuis le 31 octobre 1517.

Une date que nous commémorons année après année, un peu comme un rite quasiment sacré, sacralisé, on fait presque de Luther ce qu’il n’aurait jamais voulu être, un saint ! D’ailleurs, certaines de ses prises de position ne sont pas recommandables, je pense en particulier à sa haine des juifs.

Non, donc pour Martin Luther, pas de vénération particulière ; il y a juste que la tradition dit que le 31 octobre 1517 marquait le début du combat de Luther contre son Eglise et la papauté avec le placardage des 95 thèses contre les indulgences sur les portes de l’église de Wittenberg, dans le land de la Saxe- Anhalt, là où il était curé de village.

Dans notre inconscient collectif protestant, on imagine le jeune moine, de moins de 35 ans, se diriger d’un pas sûr vers la porte de son église, avec un marteau dans une main et dans l’autre, son papier manuscrit contre les indulgences. Le tout, un dimanche matin, avant la messe qui allait attirer les foules en cette veille de Toussaint…

L’imagerie d’Epinal se froissera déjà un peu quand vous saurez que le 31 octobre 1517 était un mercredi…

Voilà une information…

Oui, il est aussi du devoir de l’Eglise d’informer… de former, d’éviter de déformer, et surtout de se réformer. L’église est toujours dans le besoin de se réformer : Ecclesia semper reformanda est… saint Augustin, Jean Gerson au 14ème, Luther, Karl Barth plus près de nous… tous avaient en bouche et en tête, en projet cette nécessaire réforme de l’Eglise.


Bien sûr que les réformes ne devraient pas se limiter aux seules sphères concernant les doctrines en terme de foi et de spiritualité ; les réformes sont à mener sur tous les terrains : politiques, sociaux, environnementaux, énergétiques, …

L’actualité récente et souvent dramatique fait souvent le beurre de ceux qui souhaitent récupérer les faits divers pour durcir la loi, la hâter, … la triste affaire autour de Lola en est un exemple. On a envie de réformer quand on est révolté, c’est comme ça ! Et puis après, c’est le train-train qui revient, on oublie, jusqu’à la prochaine fois…

Au début du Covid, on rêvait à la société de demain : solidarité avec les voisins, attention aux ainés et aux isolés, consommation raisonnée, plus de proximité avec la nature, envie d’être un citoyen plus impliqué et plus attentif… Qu’en reste-t-il ? (peanuts…nada)


On pourra toujours se dire que les chrétiens ne sont qu’une partie de la population mondiale, que les protestants en sont une portion congrue… Que si tout le monde était protestant, il tournerait mieux… Peut-être…


505 ans après ce fameux mercredi 31 octobre, nous nous souvenons en tout cas du combat de frère Martin.

En relisant certaines archives, je suis tombé sur un vieux numéro du « Point » autour d’un célèbre prophète catholique, qui fut en son temps la personnalité préférée des français, l’Abbé Pierre.

Il avait sorti à cette époque son dernier livre où il témoignait de sa foi et de ses doutes, de ses tentations et ses péchés ; ce qu’il pense de son Eglise. Déjà en 2005, il dénonce ses archaïsmes. Le refus du mariage des prêtres, de l’ordination des femmes, une certaine hypocrisie.


Et puis, toujours dans ce même numéro du « Point », se trouvaient les conclusions du dernier synode de Rome. Les « princes de l’Eglise » réaffirmaient solennellement et presque à l’unanimité :

- leur opposition à l’ordination d’hommes mariés à la prêtrise,

- l’interdiction de communier aux divorcés à moins qu’il ne vivent dans la chasteté !

- leur opposition à l’intercommunion avec les protestants. On est "frères", mais désolé, je ne te veux pas à ma tatable///


Nous étions à l’époque en l’an de grâce 2005, je préparais mon ordination pour l’année suivante. J’allais entrer dans l’église protestante, chez les luthériens, là où j’ai été baptisé à l’âge de 4 mois et demi et là où j’ai accepté mon baptême 13 ans plus tard.


J’étais un protestant, parce que quelqu’un, un jour, avait protesté…

Protestant a deux sens : Protester, remettre en question, dénoncer des abus, des injustices…

Luther l’a fait en son temps.

Pour nous, il est essentiel pourtant que nous en arrivions au 2ème sens, qui se trouve dans le mot protestant, pro-tester ; témoigner ouvertement, témoigner devant…

Quel est notre témoignage, notre spécificité, notre vocation au sein de l’église universelle, dans notre monde contemporain ?

Notre place ? Car bien sûr notre salut ne viendra pas de décisions humaines.

La réforme luthérienne est certes née de l’indignation de Luther face à l’infidélité, la mondanisation de l’Eglise du Moyen Âge.

Mais, elle est surtout née de la rencontre personnelle et vivante de Luther avec le Dieu vivant, Jésus Christ vivant, et ceci à travers la Bible, la Parole de Dieu.


Luther «flairait » bien Dieu lorsqu’il était moine et curé de campagne, mais tout a changé lorsqu’il l’a rencontré personnellement et là, sa vie a été bouleversée. Il est devenu un autre homme « il est comme passé de l’obscurité en plein soleil ».

Pour lui s’est réalisé ce que nous avons lu chez Matthieu. Il en était devenu heureux !


Sa conviction était si forte que rien ni personne, ni les pires châtiments et tortures, ne pouvaient l’empêcher de témoigner pour Jésus Christ.


Au moment de son procès devant l’empereur Charles Quint et les plus hauts dignitaires de son Eglise, à Worms, il aura une seule phrase pour sa défense : « J’ai été convaincu par les arguments bibliques que j’ai cité et ma conscience est liée à la Parole de Dieu. Je ne peux et ne veux rien révoquer, car il est dangereux et il n’est pas droit d’agir contre sa propre conscience… Je ne puis autrement me voici ….. que Dieu me soit en aide. ».

Voilà qui engendre aussi pour le protestant d’aujourd’hui que pour lui, l’autorité ne vienne pas d’abord de l’Eglise, d’une institution, d’un pape, mais l’autorité intérieure de sa conscience éclairée par la Parole de Dieu.

« Il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes ».

Cela fait certes du chrétien protestant « l’esclave du Jésus-Christ » mais aussi l’homme le plus libre qui soit !!!


Esclave de Jésus-Christ mais maître de son destin.

Esclave de Jésus-Christ mais libre face à toutes les idoles de notre temps et de notre société.

Libre face à tous les intégrismes et conservatismes dans lesquels on croit trouver le salut aujourd’hui.

Non, nous ne rêvons pas d’une église où tout le monde aurait la même théologie, la même sensibilité, le même comportement, la même lecture de la Bible, la même foi, ….

« C’est un rêve Babélique » écrivait à ce sujet Antoine Nouïs


Nous croyons à la diversité et au dialogue avec la diversité des croyances religieuses, à l’ouverture, au pardon, à l’égalité homme et femme, les femmes qui portent avec les hommes et à égalité, la responsabilité de la vie dans ce monde.

Nous croyons à une église universelle mais diverse.


Voilà l’héritage laissé par celui qui avait trouvé en Dieu un rempart, un abri sûr.

Qu’il le soit aussi pour nous, 505 ans plus tard… AMEN


Cantique : Dieu fait de nous en Jésus Christ ARC 537, 1-4


Annonces –


Intercession : Seigneur notre Dieu, nous voulons en ce jour de fête pour notre Eglise te remercier d’offrir toujours et encore des femmes et des hommes courageux qui répandent ton enseignement de vie.

Aide, Seigneur, que ta Parole touche à son but, sans que nous soyons obsédés par nos manquements et nos performances personnels.


Nous te prions pour notre paroisse, notre Eglise locale et les protestants du monde entier ; pour celles et ceux qui se laissent bousculés par ton Evangile ; pour ceux qui osent se lever et qui revendiquent leur foi dans des contextes politiques hostiles.

Prends pitié, Seigneur, de ceux qui ne te trouvent pas…de tous ceux qui sont amers et blasés de la religion…



Oui Dieu, permets que nous demeurions fermes dans la foi et que nous ne cédions pas au doute.

Dieu tout-puissant, rappelle-nous toujours que personne ne peut nous faire du mal, sans se nuire mille fois plus à tes yeux.

Dieu tout-puissant, accorde-nous de rejeter toute haine et tout esprit de discorde pour vivre ensemble comme de vrais enfants de Dieu, disant en parfaite amitié non pas « mon Père » mais …« notre Père …qui es aux cieux… »


CHANT : Affermis-nous par ton Esprit AEC 884


Bénédiction : Poursuivez votre route dans le Christ, Jésus le Seigneur, tel que vous l’avez reçu. Soyez enracinés et fondés en lui, affermis dans la foi et débordants de reconnaissance.

Et que le Dieu tout-puissant et miséricordieux vous bénisse et vous garde, le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Amen

0 commentaire