top of page

Panier garni du 27 août 2023


12ème de la Trinité Souvenir, 10h

Dimanche 27 août 2023


Prélude à l’orgue et accueil :

La paix soit avec vous au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit !

En son nom, soyez les bienvenus à ce culte du 12ème dimanche du temps de la Trinité, dont le thème proposé à notre méditation s’intitule « la grande guérison » et dont le mot d’ordre, tiré du livre du prophète Esaïe nous dit :

« Il ne brisera pas le roseau froissé, il n’éteindra pas la mèche qui fume encore » Es.42, 3

En ce temps de vacances qui s’achèvent lentement et avec cette rentrée qui est devant nous, et pour le temps de toute notre vie, que nous ayons la certitude d’être accompagnés, épaulés, guéris par ce Dieu de la vie !

Ce matin, Dieu deviendra père encore une fois, puisqu’il sera le témoin du baptême de Eloïse MOTSCH. Bienvenue à sa famille et à Eloïse, qui par son baptême devient ma et notre soeur en Christ. Amen


Chantons d’un seul cœur et d’une seule voix :


CHANT : AEC 153 Tournez les yeux vers le Seigneur 3 strophes


LOUANGE :

P S A U M E 1 4 7


* Le Seigneur guérit ceux qui ont le cœur brisé, * il panse leurs blessures.


* C’est lui aussi qui fait le compte des étoiles, * à chacune d’elles, il attribue un nom.


* Notre Seigneur est grand, sa force est immense, * son savoir-faire est sans limite.


* Le Seigneur aide les humbles à se relever, * mais il abaisse les méchants jusqu’à la terre.


* Chantez votre reconnaissance au Seigneur, * célébrez notre Dieu aux accords de la lyre.


* C’est lui qui couvre le ciel de nuages ; * il prépare ainsi la pluie pour la terre.


* Il fait pousser l’herbe sur les montagnes ; * il assure la nourriture du bétail


* et des petits du corbeau, quand ils crient de faim. * La vigueur du cheval le laisse indifférent,


* il n’a pas de goût pour les exploits du coureur, * mais pour ceux qui le reconnaissent comme

Dieu,

Tous : Alléluia, vive le Seigneur !


Répons : Je louerai l’Eternel AEC 151, 4 Gloire au Père et au Fils


PENITENCE

Déposons notre vie devant Dieu

Seigneur Jésus, tu as ouvert les yeux des aveugles :

ouvre nos yeux à ta présence.

Prends pitié de nous lorsque nous ne sommes plus capables de te faire confiance.


O Christ tu as guéris les sourds :

ouvre nos oreilles à ta Parole.

Prends pitié de nous quand nous n’entendons plus tes promesses.


Seigneur Jésus, tu as permis aux boiteux de marcher :

conduis-nous à ta vérité.


Lorsque je suis moi-même sourd, aveugle et que je refuse de suivre la route que tu m’as tracée ; Prends pitié de nous !


Répons : Prends pitié de moi ô Seigneur ( Kumbaya AEC 609)


Paroles de relèvement :

1ère lettre de Jean 4:

9 Voici comment Dieu nous a montré son amour: il a envoyé son Fils unique dans le monde, pour que nous vivions par lui.

10 Alors, l’amour, qu’est-ce que c’est? Ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, c’est lui qui nous a aimés.

Il nous a tellement aimés qu’il a envoyé son Fils.

Celui-ci s’est offert en sacrifice pour nous,

c’est pourquoi Dieu pardonne nos péchés.


Quelles que soient nos erreurs ou nos blessures, Dieu nous tend la main.

Par Jésus, il nous offre son pardon et sa guérison.

Il nous relève. Il nous envoie.

Nous le remercions par notre louange.

Répons : Magnifique est le Seigneur AEC 174, 1+2


LITURGIE DE BAPTEME de Eloïse ( papa, maman, parrain-marraine)


Chant : Seigneur dirige et sanctifie AEC 568, 1 strophe


Lecture de l’Evangile de Marc 7, 31-37

- Marc 7, 31-37

31 Jésus quitta ensuite le territoire de Tyr, passa par Sidon et revint vers le lac de Galilée à travers le territoire des Dix Villes. 32 On lui amena un homme qui était sourd et avait de la peine à parler, et on le supplia de poser la main sur lui. 33 Alors Jésus l'emmena seul avec lui, loin de la foule ; il mit ses doigts dans les oreilles de l'homme et lui toucha la langue avec sa propre salive. 34 Puis il leva les yeux vers le ciel, soupira et dit à l'homme : « Effata » — ce qui signifie « Ouvre-toi ! » — 35 Aussitôt, les oreilles de l'homme s'ouvrirent, sa langue fut libérée et il se mit à parler normalement. 36 Jésus recommanda à tous de n'en parler à personne ; mais plus il le leur recommandait, plus ils répandaient la nouvelle. 37 Et les gens étaient impressionnés au plus haut point ; ils disaient : « Tout ce qu'il fait est vraiment bien ! Il fait même entendre les sourds et parler les muets ! »

Répons : Touche nos oreilles, nous entendrons AEC 229, 2 strophes

Prédication Esaïe 29

Comme la vision du prophète Esaïe nous l’a rappelée, le monde, notre monde est appelé à changer, à se transformer. En paraphrasant le livre d’un ancien président de la République, on pourrait parler du « temps des combats ». On ne va tous les citer les combats actuels : écologie, moralité, climat, valeurs républicaines, migrations… Dans 20 ans l’Europe aura baissé sa population, l’Afrique sera peuplée de 2.5 milliards d’individus. Comme disait Sarkozy l’autre soir à la télé, la crise migratoire n’a pas encore commencé !

Le monde d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier, on le sait, les anciens nous le rappellent, on s’en rend déjà compte à 40 ans passés.

Le monde de demain, dans lequel grandiront nos enfants et petits-enfants ne sera plus celui d’aujourd’hui. On s’en doute !

Et dans ce monde d’aujourd’hui, il y a moi, avec ma vie. Et ma vie est, de la même façon, appelée à changer, à se transformer, à évoluer.

Réécoutons cette phrase mystérieuse : Le Liban se changera en verger et le verger deviendra une forêt.


En ce temps de rentrée, les choses ont peut-être déjà changé, ou vont évoluerc aussi pour vous

Et dans ce monde, il y a moi, avec ma vie. Et ma vie est et sera, de la même façon, appelée à changer, à se transformer.

La forêt deviendra un verger, le verger deviendra une forêt, écrivait Esaïe.


En ce temps de rentrée, les choses changeront, évolueront peut-être aussi pour vous : le petit dernier de la famille rentrera à l’école, au lycée, à la fac…

Je vais partir à la retraite…en CDI : congés à durée indéterminée

Je vais me faire opérer

Je vais changer de boulot, de mec, de région… je ne mangerai plus de viande !

Je vais me remettre au sport. Je vais mourir.

Des changements, il y en a des grands et des tout-petits…et il y en aura aussi longtemps que dure ma vie. Il y a ceux qu’on a impulsés et ceux qui nous dépassent totalement…

Pourtant, tous, jeunes générations et sages aux cheveux grisonnants, nous sommes appelés à changer encore et à avancer toujours en donnant la main à ce monde qui s’est transformé plus lors des 50 dernières années que tout au long de son histoire. Grâce à la télé et à internet, nous sommes au courant de tout ce qui se passe aux 4 coins du globe, presque en direct, et ça peut nous effrayer, nous rendre amer, fataliste ou angoissé.


Ce discours que notre Johnny national qualifierait de « noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir » est exactement celui que tenait le peuple d’Israël au temps où Esaïe annonçait la Parole de Dieu. Seul le prophète gardait espoir, lui était le dernier optimiste.

Quelle espérance peut nous agiter et nous aider à vivre ? C’était 700 ans avant Jésus-Christ, et l’ambiance était la même qu’aujourd’hui.

Il y avait là une grave crise internationale, des calculs politiques, des violations du droit et de la justice sociale.

Les pauvres se faisaient déjà exploiter, d’autres n’avaient d’autre désir que d’exploiter, de régner, d’assassiner s’il le fallait.


Mais tous, presque tous, avaient peur de l’avenir, et étaient découragés.

L’espoir leur venait de ce prophète qui annonçait qu’avec Dieu, une grande transformation était possible : les sourds entendront, les aveugles verront, les plus pauvres connaîtront le bonheur, ce sera la fin des tyrans. Le peuple, du coup, avait misé et cru en cette prophétie .

Dans l'Ancien Testament, et c'est encore vrai aujourd'hui, une prophétie, c'est une parole donnée : la Parole de Dieu. Rien de moins et rien de plus que la Parole de Dieu. C'est Dieu qui s'adresse à son peuple, par l'intermédiaire d’un porte-parole. Et par sa bouche, il rappelle ses commandements et annonce les événements à venir.

Souvenez-vous : c’est par la voix du prophète que Dieu a annoncé au peuple son exil, la déportation, puis son retour au pays. C'est par le prophète qu'il a annoncé la naissance du Messie et aussi sa mort.

La prophétie, c'est la preuve que Dieu parle à son peuple pour le guider sur la

bonne voie.


La forêt du Liban deviendra un verger, le verger deviendra une forêt. C’est avec ce mot un peu énigmatique que le prophète débute son message.

Cette prophétie s'est-elle réalisée ? Les historiens et les géographes, les économistes s'accordent à dire que, depuis la création de l'état d'Israël en 1948, certains déserts sont devenus des vergers florissants. Et la forêt du Liban, une sorte de maquis.

Cette forêt a été défrichée, et elle est verdoyante, plantée avec des arbres fruitiers. Le peuple d’Israel, installé à nouveau sur la Terre Promise, l'a fait fructifier, l'a fait refleurir.

Une prophétie s’est réalisée, Dieu est intervenu dans l’Histoire. Ce n'est plus une espérance, c'est une certitude, un fait historique, une réalité géographique.


Mais en ce qui concerne la deuxième partie de la prophétie, autour du rétablissement des droits pour les personnes défavorisées, les personnes handicapées, les personnes sans aucun droit, on est loin du compte., Que ce soit en Israël mais aussi dans nos pays occidentaux et dans le monde entier, les sourds n'entendent toujours pas et les aveugles ne voient pas. Et certains objecteront que, du temps de Jésus, les sourds entendaient et les aveugles voyaient. L’Evangile de ce jour nous l’a redit. Mais là c'était du temps de Jésus, un temps qui préfigure d'une certaine manière, le Royaume des cieux à venir.

Pour cette partie de la prophétie, celle qui concerne les sourds et les aveugles, les petits et les pauvres, les dictateurs et les orgueilleux, la réalisation est encore à venir. Et ce malgré tous les efforts consentis depuis des millénaires.

Cette prophétie-là n'est pas de l'ordre de la certitude, elle est de l'ordre

de l'espérance.


Certains auront certes essayé de vivre ce qu'annonce le prophète Esaïe : je pense à des hommes et des femmes qui se sont mis au service des autres, au service "des plus pauvres parmi les plus pauvres", comme le disait si bien Mère Térésa. Au service des noirs oppressés par le racisme et la ségrégation comme Martin Luther King. Au service des indigènes dans les forêts d'Afrique Centrale comme Albert Schweitzer. Au service de ceux qui sont sans toit, jetés à la rue, comme l'abbé Pierre. Et j’y ajoute tous ceux qui s’investissent discrètement au service des autres, sans popularité, la foule des anonymes qui font tourner les organes d’aide aux plus défavorisés, d’obédience religieuse ou non.


Et moi, dans tout cela ? Globalement, et malgré tout, nous aussi, nous avons failli, car cette prophétie est encore loin d'être réalisée. Peut-être ne le sera-t-elle jamais, du moins, tant que durera ce monde, tant que durera cette création ?

Peut-être se réalisera-t-elle définitivement avec le retour du Christ et l'instauration du Royaume de Dieu ?


Alors chers amis, que faire ? Et maintenant, pour maintenant,que vais-je faire ?

Tout simplement me mettre au travail. C’est bientôt la rentrée.


Mettons au travail avec l'aide de l'Esprit du Seigneur, tout en sachant que nous ne sommes que des hommes. Tout en sachant que nous sommes faibles et qu’il m’arrive que nous nous trompions.


Laissons-nous alors inspirer, ne rêvons pas seulement le changement.

Soyons-en un acteur !

Comme le disait Luther : si je savais que demain serait le dernier jour, j’irai, aujourd’hui, planter un pommier.



CHANT : AEC 526 Jésus est au milieu de nous 3 strophes

( je veux vous guérir tous, 1ère strophe !)


Intercession pour rassembler notre prière…

Seigneur, tu es un Dieu de vie et tu ne nous abandonnes pas aux puissances de destruction. Nous pouvons nous réjouir de la vie que tu nous donnes, aux enfants que tu nous confies, aux malades et ceux qui souffrent qui peuvent trouver en toi espérance et consolation.

Nous te prions pour ta force vivifiante ; pour l’énergie que tu encourages à mettre dans la transformation du monde et de nos rapports les uns aux autres.

Sois auprès de ceux qui sont isolés par la maladie, le handicap ; de ceux qui sont marqués par l’empreinte de la mort.

Ce matin, nous te remettons particulièrement les malades de notre paroisse, des endeuillés, de ceux qui souffrent et qui n’osent pas le dire. Pose ton regard et ta main sur chacun de nous ; redonne-nous courage et espérance ; Viens guérir les cœurs fatigués ; redonne-nous patience et foi.

Donne-nous d’apercevoir ton Salut à travers la vie des autres ; sois auprès des + jeunes de ton Eglise; fais-leur sentir ce que signifie « être une communauté ».


Par ta parole, par ses promesses, par ton Esprit, tu peux nous aider à nous relever mutuellement et à guérir de tous les maux. Reçois maintenant nos demandes personnelles, nos questions, nos joies partagées…nous les unissons en te disant : Notre Père


CHANT Tu es là au cœur de nos vies AEC 614, 1+3


Envoi et Bénédiction

Soyez en paix et heureux dans votre cœur, autant que l’on puisse l’être...

Soyez en paix dans votre corps, vos souffrances et vos limites

Soyez en paix avec vos frères et sœurs, les plus lointains comme les plus proches, les plus étranges comme les plus familiers.

Et que (mains levées) :

le Seigneur vous ouvre les chemins qui conduisent jusqu’à lui.

Qu’il vous accompagne tout au long de votre route,

et qu’il vous bénisse au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

79 vues

Comments


bottom of page