top of page

Panier garni du 26 novembre: la Cité éternelle - Souvenir des défunts




Prélude

Accueil : Au nom de Dieu, Père, Fils et Saint Esprit soyez les bienvenus à ce culte du dernier dimanche de l'année de l’Eglise, celui de la Cité éternelle.

Ce culte nous redira l’espérance qui fait tenir les chrétiens lorsque les ténèbres et la mort les assaillent : Jésus le Christ, fils de Dieu, est le Maître de la vie.

« Soyez prêts à agir avec la ceinture serrée autour de la taille et vos lampes allumées » c’est le mot d’ordre de ce jour tiré de la parabole des 10 vierges, toutes n’ont pas été sages et précautionneuses. Nous réentendrons cet appel à la veille, à la vigilance dans l’Evangile de Marc.

Durant ce culte, et c’est ainsi la tradition, nous nous souviendrons aussi des personnes qui sont décédées depuis le 1er Avent de l’année 2022 jusqu’à ce jour.

Au sein de notre paroisse, 33 mentions ont été ajoutées à notre registre ; 32 personnes nous ont quittées, nous redirons leur nom pour leur faire place au milieu de nous, par une bougie qui a été allumée en leur souvenir. Une 34ème bougie a été allumée pour tous les défunts de la terre, auprès ou au loin, connus ou inconnus.

Nous porterons ces défunts dans le silence de notre coeur et dans la prière. Nous ne voulons pas les oublier.

Mais ce culte, nous le célébrons avant tout pour les vivants, pour nous tous qui n’avons pas achevé notre parcours terrestre. A chacune et chacun de nous, Dieu redit aujourd’hui son amour et sa fidélité.


CHANT : Mon vrai trésor AEC 617, 1-3


Nous nous souvenons des membres de notre famille paroissiale qui nous ont quittés. Ces bougies symbolisent leur vie et leur mort, aussi la présence de la lumière du Christ qui a dit : « Je suis la lumière du monde, celui, celle qui me suivent, ne marcheront pas dans les ténèbres » .


Nous ont quittés durant l’année : LISTE défunts… (avec interlude doux à l’orgue)


Prière : Dieu de puissance et de tendresse, ton Fils Jésus le Christ est descendu dans la mort pour en forcer les verrous : rien désormais ne peut nous séparer de ton amour.

Garde-nous dans cet amour, et nous resterons en communion avec tous ceux que tu nous as donnés et qui nous ont précédés auprès de toi. Je suis le chemin, la vérité et la vie ; que nous puissions nous épanouir pleinement dans cette vie que tu nous donnes. Nous t’en prions par Jésus, le Christ notre Seigneur. Amen Interlude musical : ORGUE

(debout !)

Pénitence : Prions encore : Seigneur notre Dieu, nous venons te confier ce qui, dans notre vie, est cassé. Nous t’apportons ce qui nous blesse et nous fait souffrir ; nous déposons entre tes mains, nos doutes, nos désespoirs, nos tristesses et nos peurs.

Tu connais notre faiblesse et nos limites, nos découragements et notre manque d’espérance. Tu sais la fragilité de notre foi.

Nous repensons aux temps passés. Et la tristesse nous submerge. Désemparés, et parfois amers, nous repensons aux êtres chers que nous avons perdus. Aide-nous à chercher et à trouver notre consolation en toi, Seigneur. Que nous puissions dépasser les limites que nous imposent notre raison, et faire preuve de foi. De cette confiance, de cette espérance que tu nous offres, capable de changer la mort en Vie, capable de déplacer des montagnes…


Répons : AEC 167 Quand les montagnes…


Annonce du pardon :

Jésus dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s’il meurt et celui qui vit et croit en moi ne mourra jamais. Jean 11, 24-25

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation ; il nous console dans toutes nos détresses, pour nous rendre capables de consoler tous ceux qui sont en détresse, par la consolation que nous-mêmes recevons de Dieu. 2 Corinthiens 1, 3-4

C’est pourquoi, rendons gloire à Dieu

Répons : Victoire au Seigneur de la vie AEC 500, 1 strophe


Prière

Dieu de toute éternité, notre temps est entre tes mains. Tu nous as offerts le temps de notre vie. Apprends-nous à faire bon usage de ce temps. Apprends-nous à vivre de manière plus consciente tous les beaux moments de la vie et à traverser dans la confiance les temps de désert et de solitude.

Notre vie est limitée par un commencement et une fin mais auprès de toi est l’éternité.

Seigneur tu ne veux que nous soyons tristes comme ceux qui n’ont pas d’espérance. C’est pourquoi tu veux nous offrir maintenant ta parole de vie.



1) Ancien Testament : Esaïe 65, 17-19. 23-25

Car je vais créer de nouveaux cieux Et une nouvelle terre; On ne se rappellera plus les choses passées, Elles ne reviendront plus à l'esprit.

Réjouissez-vous plutôt et soyez à toujours dans l'allégresse, A cause de ce que je vais créer; Car je vais créer Jérusalem pour l'allégresse, Et son peuple pour la joie.

Je ferai de Jérusalem mon allégresse, Et de mon peuple ma joie; On n'y entendra plus Le bruit des pleurs et le bruit des cris.

Ils ne travailleront pas en vain, Et ils n'auront pas des enfants pour les voir périr; Car ils formeront une race bénie de l'Éternel, Et leurs enfants seront avec eux.

Avant qu'ils m'invoquent, je répondrai; Avant qu'ils aient cessé de parler, j'exaucerai.

Le loup et l'agneau paîtront ensemble, Le lion, comme le boeuf, mangera de la paille, Et le serpent aura la poussière pour nourriture. Il ne se fera ni tort ni dommage Sur toute ma montagne sainte, Dit l'Éternel.

Répons :Alléluia


2) Matthieu 25, 1-13

Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq sages.

Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d'huile avec elles ; mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l'huile dans des vases.

Comme l'époux tardait, toutes s'assoupirent et s'endormirent. Au milieu de la nuit, on cria: Voici l'époux, allez à sa rencontre ! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes.

Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent.

Les sages répondirent: Non; il n'y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous.

Pendant qu'elles allaient en acheter, l'époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée.

Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous.

Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas.

Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l'heure.

Répons : Louange à toi, ô Christ


Confession de foi :

Et en ce jour du dimanche de l’éternité, après avoir reçu les lectures bibliques redisons quelle est notre foi en ce Dieu de la Vie, notre espérance en confessant ensemble notre foi chrétienne : Je crois en Dieu…


CHANT : Trouver dans ma vie ta présence AEC 601, 2 strophes



Prédication

En ce dimanche du souvenir des défunts, je vous partage un passage du livre de Daniel. Ce livre ancien porte en lui des traits communs avec le livre de l’Apocalypse, dernier du Nouveau Testament : tous deux évoquent en effet, en images, les choses de la fin. Ce mois de novembre qui s’achève est le mois de la mémoire par excellence : beaucoup se seront ainsi rendus dans les cimetières, on s’est souvenu aussi de la fin de la Première Guerre Mondiale devant les monuments aux morts de nos villes et villages. Recevons donc ce matin ces versets de Daniel entre passé et présent, entre mémoire et avenir.


Lecture du livre de Daniel, chapitre 12, versets 1b-3

Chers amis,

l’extrait qui nous occupe ce matin dépeint une image résolument moderne du monde : nous vivons dans un temps d’angoisse ! Merci de nous le rappeler, on ne le savait déjà que trop bien ! Le marché de Noël qui vient d’ouvrir ses portes hier sera une fois de plus hyper-sécurisé : cette année en plus des check-points et fouilles, les drones survoleront les chalets de Strasbourg. Il y a 5 ans, le 11 décembre, c’était un soir d’attentat, nous ne l’avons pas oublié.

On spécule : « Ce sera quand la prochaine fois ? On s’inquiète : « Que peuvent faire nos institutions, police, politiques,… » ? On constate, et on partage cette terrible impression que plus rien ni personne ne pourra enrayer la spirale de la violence et de la délinquance, sur fond de communautarismes et de sentiments anti-nationaux ». Une angoisse sociétale donc.

Faut-il évoquer aussi toutes les autres sources qui peuvent nous empêcher d’être sereins ? Angoisse de la fin du mois à boucler pour beaucoup, angoisse de l’annonce de la maladie (le nombre de cancers a doublé depuis 1990), angoisse pour les générations d’après, celles de nos enfants et petits-enfants en lien avec les problématiques économiques et écologiques… (on parle d’éco-anxiété en lien avec les problématiques écologiques : 1 adolescent sur 2 est touché par ce nouveau symptôme). Intelligence artificielle, guerres…

Et aussi l’angoisse de la solitude pour tous ceux qui viennent de perdre au cours de cette année liturgique un proche, une femme, un conjoint, un parent, un enfant…Peut-être que c’est la vôtre.

Ce qui est sûr, c’est que si nos angoisses devaient être consignées dans un livre, il y aurait sans nul doute de quoi écrire !

Notre passage biblique du jour se situe à la fin d’une série de visions qui se sont présentées à Daniel. Sous forme d’un dialogue avec un ange. Nous retrouvons dans nos trois versets le langage eschatologique, en français courant le langage en lien avec les choses de la FIN, avec ce questionnement aussi ancien qu’est l’humanité croyante : qui sera sauvé, que faut-il faire pour prendre part au Salut éternel ?

Nous évoquions plus haut le livre de nos angoisses que notre main pourrait écrire, et voici que Daniel nous suggère un autre ouvrage : « le livre de vie », la Bible en fait également mention dans le livre de l’Exode et les Psaumes.

Alors peut-être une source d’angoisse supplémentaire : les noms de ceux pour lesquels brûlent une bougie ce matin y figurent-ils ? Mon nom, en fera-t-il partie, de ce livre de vie ? Ferons-nous partie des heureux qui se réveilleront du fond de la tombe ou serons-nous condamnés à l’horreur éternelle (v.2), comme certaines paraboles de Jésus le suggèrent très clairement ?

Une tradition courante aime évoquer les défunts sous la dénomination d’étoiles, constat qui semble trouver un écho dans le dernier verset de notre passage : aider l’autre à rester fidèle (à Dieu) fera de moi une étoile ! Une star, en anglais. Il n’est pas rare que certains s’agacent lorsque les témoignages autour du cercueil s’inspirent du champ lexical de la voûte céleste : « il (ou elle) veille maintenant sur nous comme une étoile. », entend-on dans les centres funéraires ou les églises. Et bien, rappelons que c’est là une vision de Daniel, et déjà nous pourrons faire un premier lien avec la Parole Sainte, qui malheureusement n’est plus évoquée dans nombre de cérémonies, même chrétiennes ! Je ne veux pas jeter la pierre, mais lorsqu’on me rapporte que le pasteur ou le curé n’a pas prononcé une fois le nom de Jésus-Christ, je m’interroge tout de même !

Alors que faire avec ce vieux texte prophétique. La situation du peuple à l’époque de Daniel peut nous sembler bien lointaine, bien étrangère à nos réalités de vie. Et même, plus près de nous, la théologie de la Grâce du Nouveau Testament sur laquelle nous fondons nos espérances pour ceux qui nous ont quittés. Sans doute est-il plus facile de croire à la formule « crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé, toi et ta famille » du livre des Actes (16.31) que d’imaginer chercher et trouver notre nom dans le livre de vie de Daniel !

Je fais évidemment partie de ceux qui croient que les promesses du Dieu de Jésus-Christ restent actuelles. OUI, il y a quelque chose à attendre, au-delà de toutes nos angoisses, même si tout semble indiquer le contraire !

L’appel de Daniel peut nous parler à nous, qui nous trouvons confrontés à des enfermements, à des schémas de pensée, à des ruines : lorsque notre existence bascule, lorsque nos relations avec nos proches se dégradent pour une raison ou pour une autre, lorsque nous sommes confrontés à la division, à la haine, à des espoirs déçus. Lorsque la mort s’invite sur nos routes, lorsque des enfants partent avant des parents, nos certitudes, nos univers s’écroulent…

Nous aussi, il peut nous arriver de penser qu’il n’y a décidément plus rien à attendre...

Alors nous nous souvenons des beaux jours d’autrefois, notre enthousiasme cède la place à la mélancolie, à une juste révolte que nous essayerons de canaliser, en s’aidant parfois de médicaments ou d’autres palliatifs.

Ce dernier dimanche de novembre et de l’année liturgique est consacré au souvenir des défunts. Nous avons pris le temps de penser aux proches qui nous ont quittés au cours des derniers mois. Celles et ceux qui sont partis laissent évidemment de grands vides. La disparition d’êtres chers a peut-être crée à l’intérieur de vous un champ de ruine, une parcelle d’existence est cassée et sur celle-ci, vous ne voyez que le vide de l’absence.

Ce matin, nous pouvons remettre à Dieu nos déceptions, nos échecs, nos souffrances ; nous pouvons aussi lui remettre nos morts dans l’espérance qu’ils sont entre de bonnes mains, tout comme nous sommes entre de bonnes mains.

La vision de Daniel veut s’adresser particulièrement ce matin à tous ceux qui ont connu un deuil : ils peuvent « laisser le deuil et ceux qui ne sont plus » derrière eux, car Dieu s'en est chargé. Et lentement, à leur rythme, oser aller de l'avant et faire des nouveaux pas dans la vie . Oser vivre le présent et même imaginer des perspectives d’avenir n'est pas trahir ce qui a été.

Chers amis, cette vision de Daniel annonce déjà l’Evangile de Jésus-Christ, qui fait toutes choses nouvelles, qui par sa résurrection au matin de Pâques nous ouvre à l’Eternité, par la foi seule.


« Je suis la résurrection et la vie, celui qui vit et croit en moi ne mourra jamais ». déclarera Jésus. Ni plus, ni moins.

Pour terminer une petite histoire qui nous rappellera encore notre condition de mortels, aussi à nous, les vivants:

Un voyageur avait entendu parler d'un homme qui était connu pour sa grande sagesse. Au moment de quitter la ville, le voyageur lui demande une entrevue. Le sage le reçoit et le fait entrer chez lui. Quelle ne fut pas la surprise du voyageur de constater que le sage vivait dans un petit cabanon avec juste un lit, une table et une chaise.

« Où sont donc vos affaires ? » demanda-t-il au sage.

« Et les vôtres ? » répondit ce dernier

« Mais moi, ce n'est pas pareil. Je suis simplement de passage ! »

« Tout comme moi! » répliqua le sage.


Alors essayons de faire au mieux pour ce temps de passage,

Passons du passé au présent.

Passons du doute à l’espérance.


AMEN


(interlude musical : transition vers le chant suivant AEC 305 )


CHANT :AEC 305, 1-3 : Plus de nuit, le jour va naître

Annonces (intervention Président O GRAVEL)


Intercession :


Dieu, notre Père,

Toi la source de notre histoire et le but de notre chemin, une année s’achève et une autre va commencer.

Nous te prions pour tous ceux que tu as appelés à ta suite. Nous nous souvenons de ceux qui nous ont précédés dans la vie et dans la mort, et nous te remercions pour tous ceux qui arrivent dans la grande nuée de l’humanité.

Nous te prions pour nos familles, nos enfants, pour ceux qui portent le deuil et pour ceux qui vont faire de ce jour un temps de fête. Fête non pas pour oublier, mais fête parce qu’il y a l’espérance que nous donne le Christ, le premier-né d’entre les morts.

Que chacun de nous puisse trouver sa place, ce rôle pour lequel tu nous a donné la vie.

Nous te prions pour tous les hommes qui partagent avec nous notre chemin de foi et d'humanité, pour ceux qui espèrent, pour ceux qui doutent, pour ceux qui préfèrent ne pas se poser de questions.

Nous te remettons le monde et ses interrogations : toutes les victimes de la maltraitance, de la guerre, de la faim et de tous ceux qui luttent pour plus de dignité.

En ces temps où nous nous apprêtons à accueillir la Lumière et la chaleur des réjouissances, nous ne voulons pas oublier ceux qui souffrent du froid ou de la solitude.

Et nous rassemblons toutes nos prières en te disant: Notre Père


CHANT : Un monde meilleur


Bénédiction


Postlude

74 vues

Comments


bottom of page