Panier garni des Récoltes 2 octobre 2022

Fête des moissons 2 octobre 2022





Accueil Soyez tous les bienvenus pour cette fête des récoltes et des moissons.

La fête des récoltes et des moissons est pour nous l’occasion de dire merci à Dieu pour les fruits, les légumes, les aliments et tous les bienfaits dont il nous comble ; sans oublier toutes nos récoltes, le salaire de notre travail, notre labeur qui nous rapporte de quoi pouvoir subvenir à nos besoins.


CHANT gestué : La ronde des légumes ( support tél- ampli)


Alors que nous soyons pomme de terre, salsifis, cornichon ou chou-fleur, Dieu nous souhaite la bienvenue, aux grands et aux petits. Les enfants du Club resteront avec nous, et il y a encore deux autres enfants, encore des bébés, qui vont être baptisés ce matin. Il y a Samuel DECOURTYE ( qui a eu un an cette semaine) et Timothée KNOPF ( qui aura 3 mois mercredi prochain).

Et puis il y a aussi Pénélope THALMANN, 25 ans, qui a souhaité renouveler les vœux de son baptême et de sa confirmation, en demandant une bénédiction sur elle et sur ses parrains et marraines. Bienvenue aussi à toi et aux tiens !


Toutes nos récoltes nous incitent aussi à être généreux et à partager avec d’autres; lors de ce culte, nous nous souviendrons aussi que les choses matérielles sont importantes, mais qu’elles ne suffisent pas pour combler une vie d’homme et lui donner du sens.

Oui, nous voulons nous laisser rappeler que l’être humain ne vit pas que de pain seulement, mais qu’il a aussi besoin de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ; parole de vie ; parole d’amour ; parole d’espérance ; parole d’éternité.

Le mot d’ordre de ce dimanche et de toute la semaine nous dit, avec le Psaume 145 : Les yeux sur toi, les affligés espèrent tous, tu leur donnes la nourriture au temps voulu. Psaume 145.15



CHANT : si tu as de la foi dans le cœur, dis merci (bis)

Si tu as de la foi dans le cœur, si tu aimes le Seigneur, dis merci !

Après le temps de la reconnaissance et du MERCI, disons aussi à Dieu le Créateur et au Christ notre frère ce qui nous sépare d’eux et ce qui nous sépare de tous nos frères en humanité.


Pénitence : JPS

(Seigneur, la semaine dernière, dans la Bible, nous partagions cet Evangile où l’on entendait nos angoisses :

Qu’allons-nous manger, qu’allons-nous boire ?

Tu le vois comme nous, de quoi manquons-nous en regardant cet autel ? Ici, sous nos latitudes, nous avons à manger en abondance – mais ne savons pas les utiliser de manière raisonnable et responsable. Encore aujourd’hui, toutes les 4 secondes, des hommes, des femmes et des enfants meurent de faim.

Seigneur, prends pitié pour notre gaspillage, pour notre frénésie d’achats et notre solidarité qui a ses limites.

(porter carafe d’eau sur l’autel – service baptême) Cet été, la terre a cruellement manqué d’eau. C’était la sécheresse. Sans eau, sans arrosage, pas de récoltes possibles. Ou alors en plus faible quantité. Le prix de beaucoup de produits du quotidien, fruits, légumes, pain a augmenté ; les moins bien lotis ont du mal à joindre les deux bouts.


Ici, nous avons encore la chance d’avoir encore assez d’eau potable.

Pardon lorsque nous n’en prenons pas soin, nous la gaspillons comme si elle était disponible sans limite. Nous avons pollué les mers, fleuves et nos rivières, et nous laissons faire comme si de rien n’était.


Seigneur, pardonne-moi lorsque je ne pense qu’à moi, tel un égoïste qui pense seulement à ces misères et qui oublie de plus dures réalités dans le reste du monde. Prends pitié de moi, excuse-moi, pardonne-moi! Temps de silence…


Répons : Seigneur reçois, Seigneur pardonne AEC 407, 1

Annonce de la grâce : Evangile du jour ( lecteur CP)

Evangile de Marc 8, 1-9


8 En ces jours-là, une foule nombreuse s'étant de nouveau réunie et n'ayant pas de quoi manger, Jésus appela les disciples, et leur dit:

2 Je suis ému de compassion pour cette foule; car voilà trois jours qu'ils sont près de moi,

et ils n'ont rien à manger.

3 Si je les renvoie chez eux à jeun, les forces leur manqueront en chemin;

car quelques-uns d'entre eux sont venus de loin.

4 Ses disciples lui répondirent: Comment pourrait-on les rassasier de pains, ici, dans un lieu désert?

5 Jésus leur demanda: Combien avez-vous de pains? Sept, répondirent-ils.

6 Alors il fit asseoir la foule par terre, prit les sept pains, et, après avoir rendu grâces, il les rompit, et les donna à ses disciples pour les distribuer; et ils les distribuèrent à la foule.

7 Ils avaient encore quelques petits poissons, et Jésus, ayant rendu grâces, les fit aussi distribuer.

8 Ils mangèrent et furent rassasiés, et l'on emporta sept corbeilles pleines des morceaux qui restaient.

9 Ils étaient environ quatre mille. Ensuite Jésus les renvoya.


CHANT : Mon Dieu est bon (accordéon)



LITURGIE DE BAPTEME (inviter les enfants à venir s’asseoir devant les marches)

C’est aussi dans ce sens, une soif, une envie de présence de Dieu dans notre vie, que nous célébrons les baptêmes de Samuel et de Timothée.



Une graine a été semée, celle de la vie, et aujourd’hui, Samuel et Timothée, par l’intermédiaire de leurs parents, viennent dire MERCI à ce Dieu de la Vie, pour cet appel, cet éveil à la vie.


Le signe de l’eau.

L’eau est indispensable à la vie ; elle nous désaltère, nous permet de nous laver ( fonction purificatrice). Mais l’eau peut aussi nous tuer ; elle fait des ravages et l’on peut s’y noyer ; des catastrophes récentes pas loin de chez nous ont rappelé aussi cette réalité.

C’est parce que l’eau est signe de vie et de mort que les chrétiens baptisent en utilisant de l’eau : l’eau mise sur notre front nous purifie, nous nettoie et nous apporte une vie nouvelle, que Jésus le Christ est venu offrir aux hommes.


Avant de baptiser ces enfants, qui sont aussi un don de Dieu, un fruit récolté de l’amour de leurs parents, nous nous unissons dans la confession de foi :

« Je crois en Dieu… »


Baptême de Samuel (prophète important dans l’AT) DECOURTYE ; papa Julien (menuisier) Maman Magali

(préparatrice en pharmacie) ; marraine Camille (préparatrice en pharmacie)


Baptême de Timothée (un des disciples de l’apôtre Paul) KNOPF ; papa Gilles (gestionnaire automobile), Maman Arielle (aide-soignante en rééducation fonctionnelle) ; marraine Magali et parrain Roland.

.

Chant de baptême : C’est lui qui tient la terre AEC 723, 4 strophes


Bénédiction de confirmée Pénélope THALMANN

Pour Pénélope, la graine a germé, du chemin a été fait, il y a eu des jours de soleil mais aussi des orages : elle vient demander une bonne parole, un accompagnement de Dieu et de ses plus proches pour la suite de sa route.

(rappel parcours de foi au sein de la paroisse : née le 14/12/97, baptisée le 14/06/98 par le pasteur WOESSNER, confirmée le 22/05/11 par le pasteur JOHN (photo Pwp)


Verset de confirmation : Esaïe 60,1 : « Lève-toi, brille, car la lumière se lève sur toi ; la gloire du Seigneur t’éclaire comme le soleil levant »


Parrains marraines : Monique, Hubert et Robert, dit Roby.

Imposition des mains, bénédiction.


Morceau musical Halleluja, Jeff Buckley


Message

La fête des récoltes nous donne l’occasion de manifester notre reconnaissance à Dieu pour tout ce que nous avons, tout ce dont nous jouissons !

Déjà ce matin, deux baptêmes ;puis la démarche de Pénélope vraiment sincère, touchante et certainement nécessaire. Des récoltes, oui, il y en a déjà eu dans ce culte !


Et puis regardez encore une fois cet amas sur les marches, on n’est pas à Illkirch au grand show des fruits et des légumes de la semaine passée, mais quand même !


Dire un petit « merci » une fois dans l’année, cela nous demandera pourtant de faire un effort.

Oui, un vrai effort, car dire une reconnaissance ne va pas de soi dans le monde d’aujourd’hui. Déjà, qu’est-ce qu’il a fait pour moi Dieu ? C’est lui qui me remplit mon caddie toutes les semaines au Super U ? C’est lui qui fait le plein de ma bagnole et qui paye mes factures de gaz et d’électricité ?


Et bien, oui, figurez-vous, les croyants, les chrétiens que nous sommes, que nous essayons d’être car nous sommes toujours en chemin, ces gens-là, NOUS, nous croyons que si nous avons un travail, de l’argent qui en est le fruit, la santé, la chance d’être en vie tout simplement, et bien c’est que Dieu nous a fournis les éléments pour cela. A l’artisan, à l’agriculteur, au salarié, à l'infirmière, à la cheffe d’entreprise, il a donné l’intelligence du métier, la passion du travail bien fait, et aussi de ne pas compter les heures. A l’écolier, à l’apprenti, à l’étudiant, il a donné une tête pour s’en servir. Au retraité, il donne le temps du repos, pas toujours assez long c’est vrai, pour profiter...

Alors vous me direz que c’est un tableau idéal que je dresse là ; sans doute que je caricature un peu, mais la fête des Récoltes est aussi une caricature de la reconnaissance que l’on devrait adresser à Dieu : si le seul merci qu’on a, c’est de déposer une pomme ou une courgette une fois dans l’année devant cet autel, c’est que notre MERCI n’est pas un MERCI de Ouf ( pas très appuyé).

Mais nous l’avons bien saisi, ce matin, nous sommes dans le symbole : il s’agit de marquer le coup ! D’en faire un peu plus que d’habitude : les autres dimanches, on l’oublie souvent, on dit pourtant MERCI aussi : lors de la louange en commun la lecture du Psaume et lors de l’offrande, dans les petites corbeilles à la sortie. Ce n’est pas une taxe la quête, ce n’est pas un dû : on y donne quelque chose de notre superflu, en remerciement pour celui qui nous a accueillis dans sa maison le temps du culte.


Ce matin, donc, voyez, admirez, une église richement pourvue; nous avons de la nourriture à foison. Nous nous sommes rassemblés pour rapporter quelque chose, qui sera donné plus loin. Nous partageons : ce qui est là devant vous ira plus loin, à ceux qui ont faim.

Dans l’Evangile de tout-à-l’heure, la foule aussi avait faim ; on a collecté, on s’est cotisé : 7 pains et quelques poissons ont été rassemblés, récoltés.

Récolte : étymologiquement, le mot récolte vient de l’italien « ricolta », un mot ancien attesté depuis le 14ème siècle : ça vient du verbe ricogliere ou recolligere ( à la carbonora) qui signifier recueillir, rassembler…

Autrefois, on faisait les récoltes, les moissons en commun; chacun participait pour la vie, même la survie du village et de ses habitants. Aujourd’hui, on récolte, on recueille, on rassemble toujours, mais autrement.

On rassemble ses affaires, pour faire place nette.

On rassemble ses esprits, avant de prendre une décision importante.

On rassemble ses économies avant l’achat de toute une vie ou presque…


Et on se rassemble, comme ce matin au culte, on se recueille pour arriver à un MERCI commun et sincère. Dans ces denrées alimentaires, dans ce pain, symbole du labeur quotidien, dans ce pain qu’on a sur la planche, dans tout cela, nous voulons y voir tous les fruits dont nous avons doté, tous les dons, toutes les compétences qui sont les nôtres.

Dans beaucoup de paroisses, les autels ne sont plus décorés, surtout en ville sans doute : ici, nous avons la chance d’avoir encore parmi nos paroissiens une famille d’agriculteurs BIO, des personnes qui possèdent un jardin et qui en ont la passion, et surtout des gens qui partagent!


En tout cas, cette année encore, malgré la sécheresse et les plus maigres ratios, les récoltes sont là : nous n’avons pas trop à nous inquiéter sous nos latitudes, en comparaison avec d’autres contrées bien plus miséreuses.

Rappelons-nous de la question de l’Evangile de la semaine passée, du « qu’allons-nous manger, qu’allons-nous boire ? ». Chez nous la question se pose mais dans un sens différent : qu’est-ce que vous voulez manger, qu’est-ce que vous voulez boire ? Nous avons le choix là où d’autres ne l’ont pas ou plus.


Problème de mathématiques : pourquoi est-ce que ce sont ceux qui ont le plus qui ont le plus de mal à dire merci ? Je connais des personnes aisées qui savent dire MERCI et qui n’oublient pas que la vie leur a souri…Mais l’expérience démontre pourtant que la reconnaissance est plus facile, bien plus facile et spontanée, dans le dénuement et la précarité que dans l’abondance !

Quand on n’a pas grand-chose, on est reconnaissant pour le plus petit des bienfaits. Tout ce qui est rare a de la valeur.

Quand on a faim, le moindre morceau de pain est un cadeau du ciel. Un tout petit poisson fera plus d’effet que le plus beau des homards…

Une goutte d’eau est un délice pour l’assoiffé.

Un sourire, un simple regard, un mot de soutien sont d’un immense réconfort dans la détresse.

Un stylo, un simple sachet en plastique sont des présents inestimables pour les petits camerounais, j’ai pu le constater de mes propres yeux.

Mon propos d’aujourd’hui n’est pas de vous donner un ordre « Soyez reconnaissants !», « Bon sang, soyez reconnaissants ! », cela ne sert à rien.

Mon objectif serait atteint si nous, moi compris, nous ouvrions nos yeux pour que nous puissions voir d’où vient le vrai bonheur, le bon équilibre de vie.

La sérénité, la confiance, le pain véritable.



Chacun de nous a pu déposer quelque chose devant Dieu… chacun de nous peut encore maintenant déposer quelque chose qui n’est pas nécessairement une récolte, une réussite.


Oser déposer aussi nos doutes, nos erreurs, nos peurs devant Dieu, je crois que c’est un temps qu’il apprécie particulièrement. Car là, c’est lui qui récolte, c’est lui qui recueille les mots, les demandes de nos prières.


C’est là que nous sommes aussi le plus vrai avec nous-même. Un temps que nous négligeons le plus souvent. Celui lors duquel nous déposons quelque chose. Pas une réussite, disais je… Les meilleurs des fruits ne sont pas forcément les plus beaux, n’est-ce pas ?


Dieu se réjouit de nos récoltes, il se réjouit d’avance de nous entendre dans la prière tout-à-l’heure, où pour une fois, c’est lui qui récoltera.



Pour terminer, un rapide exercice pratique, toujours autour du partage et de la multiplication :


Je vais aller prendre deux pommes.


Si tu as une pomme, et que j’ai une pomme,

Et que l’on échange nos pommes,

Nous aurons chacun …une pomme !


Mais si tu as une idée, et que j’ai une idée,

Et que l’on échange nos idées,

Nous aurons chacun… deux idées ! (d’après George Bernard SHAU)

Amen


CHANT Psaume de la Création 3 strophes

Annonces ( sur PWP) –


Introduction à l’offrande

C’est à notre tour maintenant de dire merci, de nous montrer reconnaissants pour tout ce que nous avons reçu. Et nous allons le faire de deux manières : dans la prière tout de suite puis tout à l’heure en sortant de l’église, d’une façon bien concrète en offrant un peu de ce que nous avons pour l’annonce de l’Evangile et la solidarité avec nos frères et sœurs en Christ.

Offrande : pour le Séminaire protestant à Strasbourg- Stift


Prière d’intercession

Seigneur, reçois favorablement notre offrande à venir, comme signe de notre reconnaissance et de notre engagement à ton service. Nous l’offrons pour l’annonce de ton Evangile et la solidarité avec nos frères et nos sœurs. Amen.


Seigneur, aujourd’hui, c’est la fête des récoltes, c’est le dimanche où nous te disons notre reconnaissance pour tous les biens et toutes les joies dont tu nous combles.


L.1 : Seigneur, nous te disons merci pour la nourriture abondante sur notre table. Donne-nous de toujours discerner ton amour dans cette abondance. Apprends-nous la joie du partage, pas seulement en théorie mais aussi en pratique.


L.2 : Seigneur, nous te disons merci pour toute ta création : pour le soleil et la pluie, pour les fleurs sauvages et les légumes du potager, pour les arbres des forêts et les fruits du verger. Apprends-nous à agir avec sagesse et respect pour ne pas détruire ce que tu as créé.


L.3 Seigneur, nous te disons merci pour l’affection dont nous sommes entourés, pour nos parents, nos frères et sœurs, nos familles, nos amis. Donne-nous de savoir accueillir et aimer, que ce don soit aussi offert à ceux qui ont rejoint ce matin ta famille, Samuel et Timothée, ainsi qu’à Pénélope.


Et comme Jésus-Christ l’a enseigné à ses disciples nous te disons :

Notre Père, qui es aux cieux...


Chant final : Toi qui disposes AEC 631 ( version O when the saints, accordéon)

Bénédiction :

« Que le Dieu créateur, qui nous a données toutes choses, vous bénisse et vous garde, Le Père, le Fils et le Saint Esprit. »

0 commentaire