top of page

Panier garni d'entrée en Carême 26 février

Dimanche Invocavit- dimanche 26 février 2023




Prélude et accueil : Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint Esprit soient avec vous !

Nous célébrons aujourd’hui le 1er des 6 dimanches du temps du carême, ces 40 jours où nous nous voulons préparer la grande fête de Pâques.


Historiquement, lors du Carême, on faisait « maigre », on essayait de limiter les aliments gras, sucrés, festifs et on méditait aussi de manière plus assidue la Parole de Dieu.

Ce dimanche Invocavit, 1er du temps du Carême nous parle de tentation : le serpent de la Genèse, et les 40 jours que Jésus a passé au désert avec cette triple tentation par le diviseur, étymologie du diabolos, du diable.

Tentation de jouer aux magiciens, sensation d’invulnérabilité et d’impunité, attrait du pouvoir, tentation de prétendre détenir la clé du bonheur pour les autres, savoir ce qui est bon pour eux, de décider pour eux : voilà quelques réalités que nous connaissons et que nous pratiquons.


Le seul Maître à suivre s'appelle Jésus-Christ, il ne s’impose pas, il se propose ;

il montre des chemins, il laisse une Parole, il nous laisse libre de le suivre.


Je vous partage encore le mot d’ordre de ce dimanche, tiré de la première lettre de Jean au chap. 3, le verset 18 :

« Voici pourquoi a paru le Fils de Dieu : pour détruire les œuvres du diable »


Chant : Venez au Sauveur AEC 409, 1 et 2

Psaume 91 : Celui qui se place à l’abri auprès du Dieu Très-Haut et se met sous la protection du Tout-Puissant, celui-là doit dire au Seigneur :

« Tu es la forteresse où je trouve refuge, tu es mon Dieu, j’ai confiance en toi. »

C’est le Seigneur qui te délivrera des pièges que l’on tend devant toi.

Il te protègera, tu trouveras chez lui un refuge, comme un poussin sous les ailes de sa mère. Sa fidélité est un bouclier protecteur.

Le Seigneur donnera l’ordre à ses anges de te garder où que tu ailles.

Ils te porteront sur leurs mains pour éviter que ton pied ne heurte une pierre.

Le Seigneur dit : « s’il m’appelle au secours, je lui répondrai. Je serai à ses côtés dans la détresse, je le délivrerai, et je lui ferai voir que je suis son sauveur. »


Répons : Dans toutes nos détresses, AEC 624, stophes 1 + 4


Confession :Nous ne vivons pas comme Dieu l’attend de nous. Toujours à nouveau nous sommes tentés de nous éloigner de lui et de vivre comme s’il n’existait pas. C’est pourquoi nous venons humblement à lui pour le prier de nous pardonner pour tout ce qui nous a mis en rupture avec Lui et nos prochains : la tentation de croire que je suis seul au monde, que je n’ai besoin ni de Dieu ni de maître…Pardon

Pour avoir été tenté par l’égoïsme, le jugement dur, l’argent facile… Pardon

Pour les tentations en lien avec la chair et toutes nos infidélités… Pardon

Pour la tentation d’avoir pensé que je savais mieux, plus, que les autres…Pardon

Pour avoir imposé ma volonté, pour m’être pris moi-même pour Dieu…Pardon


Pour toutes les fois où nous nous sommes égarés en pensées et en actes, Seigneur, prends pitié de nous !


Répons : Mon Dieu , mon Père AEC 405, 1

Grâce :

Ainsi parle le Seigneur : je connais bien ta conduite. Or voici quelle sera ma revanche, voici ce que je vais faire : je te guérirai, je te guiderai, je te réconforterai !

Voilà la réponse d’Amour qui nous est donnée par le Dieu de Jésus-Christ.

Chantons lui le cœur léger et rempli de joie :


Répons : Notre Dieu est délivrance AEC 160


Prière : Dieu notre Père, ton Fils, Jésus Christ notre Seigneur, a su résister à la tentation et ainsi rester uni à toi. Nous t’en prions : fortifie-nous dans la foi et dans l’amour et ne nous laisse pas nous égarer loin de toi. Nous te le demandons au nom de Jésus Christ qui vit et règne avec toi Père et le Saint Esprit, pour les siècles des siècles. Amen


Ancien Testament : La Bible, dès le commencement, nous parle du problème du mal et de la tentation, dans le récit de la confrontation d’Adam et d’Eve avec le serpent. Lisons Genèse 3, 1-19 :

Le serpent était le plus rusé de tous les animaux sauvages que le Seigneur avait faits. Il demanda à la femme : « Est-ce vrai que Dieu vous a dit : «Vous ne devez manger aucun fruit du jardin » ? » 2 La femme répondit au serpent : « Nous pouvons manger les fruits du jardin. 3 Mais quant aux fruits de l'arbre qui est au centre du jardin, Dieu nous a dit : «Vous ne devez pas en manger, pas même y toucher, de peur d'en mourir.» » 4 Le serpent répliqua : « Pas du tout, vous ne mourrez pas. 5 Mais Dieu le sait bien : dès que vous en aurez mangé, vous verrez les choses telles qu'elles sont, vous serez comme lui, capables de savoir ce qui est bon ou mauvais. »

6 La femme vit que les fruits de l'arbre étaient agréables à regarder, qu'ils devaient être bons et qu'ils donnaient envie d'en manger pour acquérir un savoir plus étendu. Elle en prit un et en mangea. Puis elle en donna à son mari, qui était avec elle, et il en mangea, lui aussi. 7 Alors ils se virent tous deux tels qu'ils étaient, ils se rendirent compte qu'ils étaient nus. Ils attachèrent ensemble des feuilles de figuier, et ils s'en firent chacun une sorte de pagne.

8 Le soir, quand souffle la brise, l'homme et la femme entendirent le Seigneur se promener dans le jardin. Ils se cachèrent de lui parmi les arbres. 9 Le Seigneur Dieu appela l'homme et lui demanda : « Où es-tu ? » 10 L'homme répondit : « Je t'ai entendu dans le jardin. J'ai eu peur, car je suis nu, et je me suis caché. » — 11 « Qui t'a appris que tu étais nu, demanda le Seigneur Dieu ; aurais-tu goûté au fruit que je t'avais défendu de manger ? » 12 L'homme répliqua : « C'est la femme que tu m'as donnée pour compagne ; c'est elle qui m'a donné ce fruit, et j'en ai mangé. »

13 Le Seigneur Dieu dit alors à la femme : « Pourquoi as-tu fait cela ? » Elle répondit : « Le serpent m'a trompée, et j'ai mangé du fruit »

14 Alors le Seigneur Dieu dit au serpent : « Puisque tu as fait cela, je te maudis. Seul de tous les animaux, tu devras ramper sur ton ventre et manger de la poussière tous les jours de ta vie. 15 Je mettrai l'hostilité entre la femme et toi, entre sa descendance et la tienne. La sienne t'écrasera la tête, tandis que tu la mordras au talon »

16 Le Seigneur dit ensuite à la femme : « Je rendrai tes grossesses pénibles, tu souffriras pour mettre au monde tes enfants. Tu te sentiras attirée par ton mari, mais il dominera sur toi. »

17 Il dit enfin à l'homme : « Tu as écouté la suggestion de ta femme et tu as mangé le fruit que je t'avais défendu.

Eh bien, par ta faute, le sol est maintenant maudit. Tu auras beaucoup de peine à en tirer ta nourriture pendant toute ta vie ; 18 il produira pour toi épines et chardons. Tu devras manger ce qui pousse dans les champs ; 19 tu gagneras ton pain à la sueur de ton front, jusqu'à ce que tu retournes à la terre dont tu as été tiré. Car tu es fait de poussière, et tu retourneras à la poussière. »


Répons : pas de répons Alléluia pendant le Carême


Evangile : Matthieu 4, 1-11

1 Ensuite l'Esprit de Dieu conduisit Jésus dans le désert pour qu'il y soit tenté par le diable. 2 Après avoir passé quarante jours et quarante nuits sans manger, Jésus eut faim. 3 Le diable, le tentateur, s'approcha et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne à ces pierres de se changer en pains. » 4 Jésus répondit : « L'Écriture déclare : «L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole que Dieu prononce.» »

5 Alors le diable l'emmena jusqu'à Jérusalem, la ville sainte, le plaça au sommet du temple 6 et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car l'Écriture déclare : «Dieu donnera pour toi des ordres à ses anges et ils te porteront sur leurs mains pour éviter que ton pied ne heurte une pierre.» »

7 Jésus lui répondit : « L'Écriture déclare aussi : «Ne mets pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu.» »

8 Le diable l'emmena encore sur une très haute montagne, lui fit voir tous les royaumes du monde et leur splendeur, 9 et lui dit : « Je te donnerai tout cela, si tu te mets à genoux devant moi pour m'adorer. » 10 Alors Jésus lui dit : « Va-t'en, Satan ! Car l'Écriture déclare : «Adore le Seigneur ton Dieu et ne rends de culte qu'à lui seul.» » 11 Cette fois le diable le laissa. Des anges vinrent alors auprès de Jésus et se mirent à le servir.

Répons : Louange à toi ô Christ

CHANT : J’ai soif de ta présence AEC 626, 1-3

Message

Job 2, 1-13 La tentation

Si tu es le fils de Dieu ordonne…

Si tu es le fils de Dieu jette-toi

Si tu es le fils de Dieu prosterne-toi

Si tu es le fils de Dieu fais ceci, fais cela…


Si tu étais le fils de Dieu tu arrêterais les guerres, les tremblements de terre, les chauffards sous cocaïne ou alcool, les pédophiles, les massacres, la souffrance, la maladie, la mort.


Si Dieu est Dieu, il commencerait donc par se conformer à notre volonté, à nos souhaits, nos désirs… Curieux, non ?

Un bel écho au dialogue entre Job et sa femme : « O Job, tu persistes à rester irréprochable, mais tu ferais mieux de maudire Dieu ! Non, femme, si nous acceptons le bonheur que Dieu nous donne, comment pourrions-nous refuser de lui le malheur » ? Déjà, là, tout est dit… accepter le malheur. Facile à dire, c’est spirituellement profond, juste… mais tellement difficile à mettre en œuvre.


Ce matin, donc, la seconde épreuve pour Job : il tombe malade. Il avait auparavant perdu ses possessions, son bétail ; bœufs, moutons ont été volés ou ont péri, tout comme ses domestiques, et enfin sa maison s’est écroulée, ses fils, morts ensevelis sous des décombres. Triste clin d’œil à l’actualité. Job, l’histoire de ce persécuté, signification du prénom IOB en hébreu, dont l’épouse, les amis tentent d’éloigner de Dieu. Un conte théologique. Un peu comme en Genèse !

L’ancien Testament commence par une histoire de tentation. Genèse 3.

Adam et Eve sont tentés par le serpent, le diable.

Rapidement, ils ont perdu leur innocence, leur responsabilité dans la déchéance s’est avérée lourde à porter, ils ne pouvaient que se reconnaître coupables et accepter la sanction. En découlèrent entre eux des difficultés relationnelles, un travail contraignant, les douleurs de l'enfantement…la terre retourne à la terre, la poussière redevient poussière, on connaît le refrain.


Morale de l'histoire: la terre est donc ce paradis dans lequel il n’est pas facile de vivre tous les jours. Merci, on le savait déjà, mais la Bible nous le confirme !

Dans le Nouveau Testament, le ministère de Jésus commence par une nouvelle histoire de tentation. Le diable, le diviseur est toujours là ! 40 jours de lutte au désert, Jésus résiste. Il sort vainqueur de l’affrontement.

Jésus ne veut pas prendre la place de Dieu, mais être homme, humain, soumis à l’Eternel. Que comprendre ? Qu’un temps nouveau peut commencer. Jésus nous montre comment y entrer. Par la soumission au Père, son Père.


Il nous permet d’entrer dans le temps nouveaux. Accéder au Royaume de Dieu.

Nous voilà donc entrés dans le Carême; la couleur violette nous le rappele.

Le mot d’ordre de cette semaine dit :

« Voilà pourquoi paru le fils de Dieu : pour détruire les œuvres du Diable ».


En Jésus nous avons une espérance sur notre terre-paradis qui se transforme souvent en enfer. Il y a autant de tentations que de personnes et situations. Incroyables parfois.

Comme ce père passionné de tennis qui empoisonnait les adversaires de ses enfants. Ce fait divers avait défrayé la chronique il y a quelques années.

Tentation de vol, détournementd'argent, mensonge, trahison, voyeurisme avec ces mini-caméras oubliées dans les toilettes, paradis artificiels, ouvrez les journaux et admirez l'ingéniosité!


Tentation de faire le mal, ou au moins de mal agir versus possibilité de bien agir…

L’être humain de 2023 est capable je crois de savoir où se situe le bien, le bon. Et si oui, alors, il saura forcément où situer le mal, le mauvais…

C'est donc avec cette histoire de Job que s'ouvre cette année le Carême, historiquement période de jeûne et de pénitence, pour nous autres certainement encore période de réflexion et de préparation à la Semaine sainte, période de questionnement aussi ! Alors question : sommes-nous capable de renoncement ?

Quelle place tiennent nos idéaux, à côté de la satisfaction de nos désirs immédiats ?

Là, nous sommes sans doute mal barrés. Beaucoup ont ainsi largué leurs idéaux pour le bien-être, qui paradoxalement, provoque le mal-être et tue !!


Complément d’enquête a fait une émission sur le surendettement : quel harcèlement des organismes de crédit pour faire succomber à la tentation, acheter, acheter encore, consommer, s’endetter, jusqu’à une destruction physique et mentale.


« Que servirait-il à un homme de gagner le monde entier s’il y perd son âme »dit Jésus. En parallèle, ces mots de sagesse que nous connaissons tous:


L’argent peut acheter :

Un lit mais non le sommeil

Des livres mais non l’intelligence

De la nourriture mais non l’appétit

Des parures mais non la beauté

Une maison mais non un foyer

Des amusements mais non le bonheur

Des médicaments mais non la santé



La maladie justement, celle de Job, aux yeux de ses proches, devait éloigner Job de Dieu. Mais il ne prononça aucun mot pour l'offenser, nous dit l’histoire. Nous ne sommes pas Job : mais il m’est souvent donné des familles dans le deuil, dont la mort a enlevé des épouses, des conjoints, des pères, des enfants… au lieu de maudire Dieu, ils sont souvent reconnaissants d’avoir pu accompagner leur proche dans la fin de vie. L'espérance reste le plus souvent la plus forte. Mais la tentation de la rupture, de la violence existe : est-ce que ce qu’il a vécu, est-ce que ce dont elle a souffert à même pas 40 ans est juste ?


Prenons alors justement l’exemple de la Justice avec un J, de la machine Justice

Nous pensons souvent : Il y a trop de droits pour les criminels, les violeurs, les tortionnaires, il faudrait les pendre haut et court comme on faisait au Texas. Aujourd'hui, c'est par injection létale, la dernière a eu lieu le 8 février. En Caroline du Sud, on est revenu au peloton d'exécution, pénurie de substance létale oblige. C'est véridique.

Notre civilisation trouve son origine dans les valeurs chrétiennes de respect de l’individu quel qu’il soit. Pour atteindre la justice il faut être juste dans toutes les circonstances et donner à chacun un procès juste. Même à ceux qui incarnent souvent ce que nos représentations appellent les possédés, les diaboliques…

En alsacien, ne dit-on pas d’un enfant turbulent ou d’une personne limite au niveau comportement : « er het de Deifel in de’ Ribbe » Il y a le diable dans les côtes…

C’est aussi la crainte qu’avaient ces vieilles villageoises de Neuwiller les Saverne, en l’an de Grâce 1978, lorsque j’étais encore de l’autre côté du col ( pas de Saverne, mais dans le ventre de ma mère) : que l’enfant à naître, moi, aurait le Deifel in de’ Ribbe parce que ma maman regardait une maison en feu… bon, j’ai la réponse, personnellement, mais je vous laisse juger.

Ce qui est sûr, c’est Job, le persécuté, est resté fidèle à Dieu. Ce conte nous fait réfléchir à notre relation au mal et malheur, qui nous frappent aussi. Je le dis souvent : ce n’est pas parce que nous sommes chrétiens, que la vie sera automatiquement belle, simple et sans encombre. Mais quand surgit le malheur, nous avons une espérance à mettre en face, ou mieux, en perspective.


Comme l’hymne à l’amour de la semaine passée, nous invitant plus à l’humilité en matière d’amour qu’à vouloir en être des super-héros, Job nous incite à faire preuve d’humilité, de retenue, d’espérance au jour de l’épreuve.


Notre plus grande tentation, notre plus grand péché au sens de rupture avec Dieu, sera toujours de ne pas mettre notre entière confiance en Jésus Christ le Seigneur, le Sauveur. Job n'est certes qu'un conte, mais il nous enseigne une attitude. A nous maintenant d'essayer de "faire le Job" Amen.



CHANT : Pour inventer la liberté AEC 431, 1-3

Annonces


Intercession ;

En Jésus Christ, ton Fils unique, toi le Seigneur de l'univers, tu es venu partager notre vie. Tu as connu les épreuves et les tentations et tu sais combien il en coûte de résister. Mais en venant partager notre vie, tu lui as aussi donné une autre dimension, cette dimension divine par laquelle nous recevons la force de résister et de nous en tenir à ta Parole.


Nous portons ton nom depuis notre baptême. Aide-nous à être digne de toi et à lutter contre toutes ces influences et ces tentations qui avilissent l'homme et détruisent en lui ton image.


Tu veux que chaque homme puisse jouir des biens nécessaires à la vie, sans avoir besoin d'en priver les autres ; sans avoir besoin non plus d'être à la merci des autres. Ne nous laisse pas agir en fonction de nos intérêts privés et collectifs, afin que nous puissions partager joyeusement, sans peur de perdre et sans compter.


Comme nous, ton Fils a connu les pourquoi de la tentation, la souffrance et la mort. Délivrés de tout fatalisme, nous te demandons la force de les surmonter comme lui, car il est notre unique espérance.

Amen et NP

CHANT : Que la grâce de Dieu soit sur toi AEC 882


Bénédiction :


Recevons la bénédiction de Dieu, cette bonne parole de Dieu sur notre vie, qui nous appelle à la liberté des enfants de Dieu, dans la joie et la paix :

Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l'amour de Dieu le Père et la communion du Saint Esprit, soit avec nous tous. Amen



Postlude

51 vues

Comments


bottom of page